Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Jeanjean Barthe, une légende du rugby, est décédé

dimanche 3 décembre 2017 par rédaction

Né à Lourdes, Jean Barthe qui a d’abord brillé au XV puis au XIII - il fut capitaine des équipes de France de ces deux sports qui se livrèrent une sérieuse concurrence dans les années 60 - est décédé samedi après-midi à l’âge de 85 ans.

Il débuta au FC Lourdais en juniors B, équipe avec laquelle il remporta le premier titre de champion de France. Après avoir signé à Biscarosse durant son service militaire, il porta les couleurs du Stade bordelais. C’est là qu’il obtint, en 1954, ses deux premières sélections avec l’équipe de France, faisant partie de la tournée tricolore en Argentine. Le mal du pays était trop fort. Il revint au FCL qui disposait déjà d’une 3e ligne flamboyante avec Jean Prat, Diochet Manterola et Henri Domec. Avec un 3e ligne de trop, l’entraîneur Henri Laffont proposa à Diochet Manterola de monter en pilier, avec le succès qu’on connaît. A partir de 1955, la 3e ligne Jean Prat, Jean Barthe et Henri Domec fut un des diamants du FCL de la grande époque. Jean Barthe glana les trois titres nationaux avec Lourdes en 1956, 1957 et 1958. Cette dernière année, il participa à la tournée historique du XV de France en Afrique du Sud qui remporta pour la première fois une série de tests.

Jean Barthe était une force de la nature, solide en défense, dévoreur d’espaces, qui aimait être au soutien de ses trois-quarts mais qui n’hésitait pas à monter en seconde ligne pour suppléer un forfait. En 1959, après la défaite du FCL face au Racing, l’équipe lourdaise connut sa première crise. Jean Barthe, convoité par les clubs treizistes, choisit d’émigrer à Roanne XIII, club avec lequel il fut champion de France en 1960. Il se rapprocha ensuite de Carcassonne, équipe treiziste avec laquelle il fut encore champion de France. A Carcassonne, il exploita un bar avec son épouse Denise. Au nom évocateur : Le Rugby. Les dimanches, au retour des matchs, nombreuses étaient les équipes à s’arrêter pour saluer Jeanjean. On y refaisait les matchs, on se remémorait le passé. Son cœur était toujours lourdais. Son Pic du Jer, il en parlait toujours. Et quand il entendait résonner les chants bigourdans et Lourdo Salut !, l’émotion gagnait ce colosse qui ne craignait personne sur un terrain. Il nous revient un épisode, raconté par lui, alors qu’il jouait avec l’équipe de France à XIII. Dans les rangs treizistes anglais, figurait une « terreur » qui avait défié Jeanjean. A la fin du match, tous les deux étaient défigurés, le Lourdais avait été complimenté par son adversaire qui ne s’était jamais heurté à une telle opposition physique.  

Pour sa retraite, Jean Barthe avait choisi le village de Villemoustaussou, près de Carcassonne, et dont le stade porte d’ailleurs son nom.