Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Nuit des musées : le Château Fort de Lourdes et son musée pyrénéen ont ouvert leurs portes

dimanche 18 mai 2014 par rédaction

La 10e édition de la Nuit des musées samedi a rassemblé plus de 2 millions de visiteurs en France, a annoncé dimanche le ministère de la Culture.

La fréquentation est stable par rapport aux deux dernières années. Mais elle est « deux fois plus importante que pour la première édition en 2005 », selon le ministère.

Quelque 1300 musées avaient ouvert gratuitement leurs portes et proposé quelque 5000 animations insolites et originales destinés à un public jeune et familial. Evidemment, de nombreux visiteurs ont pu accéder au château-fort de Lourdes et à son musée pyrénéen. L’occasion de remonter dans le temps et de faire connaissance pour certains avec l’histoire des lieux.

Histoire des lieux

Le château forteresse

Lors de la conquête de la Gaule, les Romains sont sûrement les premiers à tirer parti de la position stratégique du piton rocheux.

En 778, Charlemagne assiège la forteresse occupée par les Sarrasins, ayant pour chef Mirat. Cette légende, qui dit-on aurait donné son nom à la ville de Lourdes et qui a laissé les clefs de son blason raconte : un aigle laisse tomber, au bon moment, une truite aux pieds de Mirat, qui, rusé, la porte au chef des Francs, lui laissant croire qu’il est encore pourvu en vivres. Charlemagne est prêt à quitter le siège mais l’évêque du Puy-en-Velay, qui l’accompagne, sauve la face en proposant à Mirat de conserver la place à la condition de se convertir au christianisme. Mirat, affamé, accepte et reçoit le baptême sous le nom de Lorus.

Aux 11e et 12e siècles, la forteresse, quasi imprenable, est la résidence seigneuriale du comte de Bigorre. Elle devient ensuite une place forte pour contrôler les routes du piémont que vont se disputer différents princes, maîtres de la politique du Sud de la France.

Elle trouve, au 14e siècle, son extension définitive avec son système d’enceintes successives et la construction du donjon qui dominait trois autres tours aujourd’hui disparues.

Le château prison

En 1590, sous le règne d’Henri IV, le château devient domaine royal.

On le nomme « Bastille des Pyrénées » aux 17e et 18e siècles, en raison de sa nouvelle fonction de prison où le roi fait enfermer ses opposants.

Le grand architecte du roi Louis XIV, Vauban, propose en 1685 des améliorations qui seront réalisées partiellement par ses successeurs.

Au 19e siècle, le Génie militaire transforme le château en caserne. Il donne une nouvelle allure à cette architecture militaire et ajoute de nombreux bâtiments, notamment la poudrière.

Le château musée

En 1921, le musée Pyrénéen voit le jour sous l’impulsion de Louis et Margalide Le Bondidier. Passionnés des Pyrénées, ils rassemblent des collections sur l’histoire et les cultures montagnardes de la fin du 18e au début du 20e siècle. Leur devise, faire un vaste musée régional de toute la chaîne pyrénéenne franco-espagnole où " rien de ce qui est pyrénéen ne doit nous être étranger ».

Le château fort et son musée Pyrénéen aujourd’hui

En 1995, le château fort, témoin majeur de l’histoire de la ville du 11e siècle à l’époque moderne, est classé Monument Historique. Depuis 2002, le musée est labellisé Musée de France par le Ministère de la Culture.

Le guide de visite

PDF - 1.7 Mo