Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Echos, bruits et chuchotements...

samedi 6 août 2011 par rédaction

La préparation du centenaire du FC Lourdais XV n’a pas été un long fleuve tranquille

Nous revenons comme promis sur les péripéties qui ont précédé les festivités marquant le centenaire du FC Lourdais. Et cela pour montrer la mainmise du maire de Lourdes sur l’évènement dont il entendait de toute évidence tirer profit.

Tout commence en septembre 2009. Michel Hauser réunit une équipe d’anciens joueurs dont nous faisions partie. Les premiers courriers officiels notamment avec Michel Crauste afin de préciser les responsabilités sont datés de septembre 2009. Des réunions ont lieu tous les 15 jours. C’est à ce moment-là qu’il est décidé d’éditer le livre du centenaire qu’allaient réaliser bénévolement Jean Abadie et Michel Corsini, le DVD et le CD.

Le 4 mai 2010, les anciens sont prêts et par courrier ils contactent le maire de Lourdes pour l’associer à cette manifestation fixée aux 2 et 3 juillet 2011. Cet évènement marquant serait le prélude aux fêtes de Lourdes et animerait notre cité qui en a bien besoin.

Les courriers se succèdent avec la mairie et avec la presse « Recensement des joueurs » (22 juillet 2010).

Toute la logistique est en place. Le budget prévisionnel est bien calé (de l’ordre de 12 000 euros), les besoins structurels définis. Le dossier est alors déposé en mairie.

Le temps passe. Les réunions se succèdent. La mairie ne concrétise aucune des demandes des anciens.

Puis coup de théâtre ! Le maire demande de changer les dates et de lier l’évènement avec l’arrivée d’une étape du tour de France à Lourdes (qui n’est pas encore officielle à cette époque-là mais il venait d’être contacté par la direction d’ASO suite à une défection d’une ville de Midi-Pyrénées). Il veut également que le Rassemblement International des Sportifs se déroule en même temps. Pour Artiganave-le-censeur démocrate- cela sera bénéfique au FCL et impactera son avenir.

En amoureux du club, les anciens se laissent convaincre et continuent à peaufiner le programme.

Fin avril – début mai 2011, le maire demande de créer l’A.O.C. (Association Organisation Le Centenaire), persuadé –en tout cas il l’a fait sentir – que l’évènement dépassait la compétence des anciens.
Les courriers adressés au conseil régional et au conseil général pour promouvoir la publication du livre du centenaire font mention de cet abandon forcé d’une partie de l’organisation (9 mai 2011).

Les festivités, nous avons été les premiers à le dire, ont été une réussite. Tant mieux. Et à notre modeste place, nous y avons contribué. Maintenant vient l’heure des comptes. L’analyse de ceux-ci permettra de juger de la pertinence des choix imposés. Nous attendons avec impatience !

Des chiffres

Pas mal de supporters nous ont interrogé sur le coût de la prestation de « Team One Events », la société toulousaine chargée de monter le fameux gala VIP du 15 juillet au stade. Cette structure dont Philippe Spanghero est le responsable du pôle évènementiel avait été recommandée par Philippe Rancoule, président de l’association AOC. Elle est proche du Stade Toulousain et s’appuie sur des rugbymen stadistes comme Vincent Clerc et Gregory Lamboley. Elle avait été préférée à une autre société toulousaine le groupe "A la Une" dont le professionnalisme est reconnu au niveau national et qui accompagna longtemps le Stade Toulousain dans sa communication et l’organisation de divers évènements. On remarquera qu’il n’a plus été question de Luc Dayan. Pour en revenir donc à la prestation de « Team One Events », elle aurait été de l’ordre de 11 500 euros, somme à laquelle il conviendrait d’ajouter la gestion de la soirée VIP (5 500 euros). Reste à découvrir ce que cela a rapporté au FCL. On devrait bientôt le savoir et comparer les résultats des professionnels d’un côté et des « amateurs » de l’autre.

Les perles du "Petit FC Lourdais illustré"

Nous revenons sur le "petit FC Lourdais illustré", publication du groupe Cèdre-La Dépêche" truffée d’erreurs et préfacée par le maire de Lourdes, lequel par contre n’a pas daigné "pondre" quelques lignes pour le livre du centenaire écrit par les Lourdais Jean Abadie et Michel Corsini.

S’agissant des erreurs, on commencera par celle qui est la plus ENORME  : on la trouve page 29 où les auteurs du « Petit FC Lourdais illustré » confondent tout simplement Jean Prat avec son frère Maurice (voir la photo ci-dessous)

Et puis on vous a relevé les perles suivantes :

• Page 5 : on nous dit qu’Albert Ross a été le président du FC Lourdais de 1912 à 1925. FAUX : il a été président de 1919 à mai 1924.

• Page 7 : On lit : « Pénalisé par l’absence sur blessure du troisième ligne Robert Soro, le FC Lourdais… ». Robert Soro n’a jamais joué troisième ligne. Il était seconde ligne.

• Page 10 : Il y a confusion de finale quand il est mentionné : « .. l’essai final d’Estrade qui clôture la rencontre ». Il s’agissait de la finale Lourdes-Mont de Marsan en 1953.

• Page 13 : dans la légende photo, on peut lire « Papillon » Lacoste. C’est bien évidemment « Papillon » Lacaze.

• Page 21 : En légende de la photo, on lit : Saison 1977-1978. Jean Gachassin (à gauche) en grande discussion avec son partenaire Alain Caussade. Jean Gachassin avait quitté le FCL en 1969. De plus, il n’a jamais joué avec Alain Caussade.

• Page 28 : On voit une photo où l’on reconnaît Papillon Lacaze et en légende : « Au sommet de son art, l’équipe du FC Lourdais de 1953 a bien évidemment comblé son emblématique président. Papillon ne jouait pas à Lourdes en 1953.

• Page 29 : La photo où l’on voit Jean Prat porté en triomphe par ses camarades. On écrit que c’est pour célébrer la victoire des siens face à l’USAP en 1952. Erreur camarades : cette photo a été prise à Bordeaux à l’issue de la finale de la coupe de France remportée face au Stadoceste Tarbais.

• Page 30 : Il est écrit qu’Eugène Buzy est arrivé à Lourdes via Pau en 1941. Faux : Eugène Buzy a signé sa licence au FCL en 1945.

• Page 31 : On attribue 6 titres de champion de France à Roger Martine. Faux : Il en a eu 5. En 1956, il était blessé et remplacé par Guy Calvo.

• Page 31 : On attribue 4 Brennus à Henri Domec. Faux : il en a conquis 5.

• Page 32 : On dit de Jean Gachassin qu’il n’a joué que cinq saisons au FC Lourdais. Faux : Jean Gachassin a porté le maillot lourdais de 1960 à 1969, soit 9 saisons.

• Page 32 : On fait partir de Lourdes Papillon Lacaze en 1958 pour le rugby à XIII au FC Lézignan. Encore une erreur : il a pris la direction de Toulouse XIII avant de rejoindre ensuite la formation audoise.

• Page 32 : Il est écrit deux fois que le surnom de Michel Crauste est : « Le Mongole ». Sans "e" ça suffit...

Voilà rapidement relevées les erreurs contenues dans ce fascicule parrainé par la mairie de Lourdes (combien a-t-elle commandé d’exemplaires et pour quel coût ?) dont les derniers thuriféraires artiganaviens* nous ont rebattu les oreilles, passant sous silence le magnifique ouvrage des anciens réalisé par Jean Abadie et Michel Corsini dont il a été convenu, signalons-le, d’en retirer plusieurs centaines, tant la demande est grande. Il est bon, parfois, de rétablir quelques vérités...

*NDLR. Cliquez ici pour lire l’article de la pigiste Pereira paru le 19 juillet dans les colonnes de La Dépêche du Midi.