Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

40 chrétiens d’Irak blessés dans l’ attentat survenu le 31 octobre à la cathédrale de Bagdad 2010 chaleureusement accueillis aux Sanctuaires

vendredi 11 février 2011 par rédaction

Des chrétiens d’Irak, survivants d’un attentat meurtrier contre leur cathédrale à Bagdad, ont prié ce vendredi à Lourdes à l’occasion du 153e anniversaire de la première apparition de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous et de la 19e journée mondiale du malade.
Cette quarantaine d’Irakiens, des blessés et leurs proches, s’est recueillie au milieu des 20 000 pèlerins de la basilique souterraine Saint-Pie-X pour l’office célébré par Mgr Jacques Perrier, évêque de Tarbes et Lourdes.

Des larmes ont coulé sur les joues des femmes. "Kyrie Eleison" ("Seigneur, prends pitié") s’est échappé de leur bouche tandis que l’évêque déplorait que, parmi toutes les "maladies qui affectent notre onde (...) l’intolérance est une des pires".

Ces Irakiens ont été accueillis et soignés en France après l’attentat qui a tué 44 fidèles et deux prêtres en pleine messe, le 31 octobre, dans la cathédrale Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours à Bagdad.
A l’issue de la messe à Saint-Pie-X, ils se sont rendus à la grotte et ont écouté l’évocation de la première apparition de Notre-Dame à la petite Bernadette.

"On est venu pour prier la Sainte Vierge, qui est notre mère. Nous gardons espoir qu’elle puisse nous guérir et nous donner la paix, en Irak et partout" ailleurs, a dit en français Raphaël Kutaimi, recteur de la cathédrale attaquée le 31 octobre 2010. Seul survivant parmi les officiants ce jour-là, il a passé une dizaine de jours à l’hôpital.
"Nous demandons la paix pour que tous les chrétiens puissent vivre en paix avec les musulmans", a-t-il dit.
Dans les faits, a-t-il rappelé, beaucoup de chrétiens d’Irak ont migré vers le Kurdistan, région réputée plus sûre au nord du pays, la Syrie, la Jordanie ou le Liban.
D’autres ont trouvé refuge en Europe, en Amérique du Nord ou en Australie. Sur les 800.000 à un million de chrétiens qui vivaient en Irak avant la guerre, il n’en resterait plus que la moitié.

Ci-dessous, on peut écouter les déclarations de Mgr Raphaël Kutaimi, en réponse aux questions des journalistes.