Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Journée nationale d’hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives

dimanche 26 septembre 2021 par rédaction

Ce samedi 25 septembre, la Nation a rendu hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives. A Lourdes, la cérémonie qui s’est déroulée au square Charles de Gaulle, était présidée par Didier Carponcin, sous-préfet d’Argelès-Gazost. A ses côtés se trouvaient Jeanine Dubié, députée des Hautes-Pyrénées, le maire de Lourdes Thierry Lavit, et son adjoint délégué aux anciens combattants Jean-Georges Crabarie, des élus municipaux dont Marie-Christine Assouère et Marie-Laure Pargala, seules représentantes de l’opposition, Stéphane Peyras et Marie Plane, conseillers départementaux . Les associations patriotiques lourdaises étaient évidemment présentes ainsi que les porte-drapeaux.

Rappel historique par José Moura

L’engagement de troupes étrangères dans les forces armées françaises remonte à la colonisation de l’Algérie en 1830 lorsque des tribus d’indigènes prêtent allégeance à la France. Les régiments de supplétifs s’illustrent dans la plupart des campagnes militaires de 1850 à 1914, date à partir de laquelle ils se sont mobilisés dans les troupes de l’Armée d’Afrique. A ce titre les régiments de tirailleurs nord-africains sont, avec les Zouaves, parmi les plus décorés de l’armée française. Comme en Indochine, le déclenchement de la guerre d’Algérie relance l’emploi des supplétifs.

Le mot "harki", dérivé du mot arabe "haraka" qui veut dire “mouvement", désigne des groupes militaires très mobiles, engagés dans des unités bien spécifiques.

Le registre de l’armée française compte plus de 160 000 harkis engagés tout au long de la guerre d’Algérie. En 1962, près de 80 000 d’entre eux seront accueillis en métropole fuyant les représailles du front de libération national (FLN).

La journée nationale d’hommage aux Harkis et autres membres des formations supplétives a été instituée en reconnaissance des sacrifices consentis du fait de leur engagement au service de la France lors de la guerre d’Algérie, par le décret du 31 mars 2003.

====

Hier soir, la cérémonie lourdaise a débuté par la lecture du message de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées par Didier Carponcin.

Ont suivi trois dépôts de gerbes par Madame Monique Ladjini, femme de harki, accompagnée de ses petits-enfants, pour l’association des Anciens Combattants et Victimes de Guerre ; Thierry Lavit, maire de Lourdes, accompagné de Jean-Georges Crabarie et Didier Carponcin, sous-préfet d’Argelès-Gazost.

Après la sonnerie aux morts et la minute de silence, l’hymne national a retenti. La cérémonie s’est achevée par un lâcher de pigeons par le Messager Lourdais.


titre documents joints

26 septembre 2021
info document : PDF
208.3 ko