Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Annonce des lauréats de l’appel à projets AVELO 2

mardi 21 septembre 2021 par rédaction

La ville de Lourdes aurait-elle oublié de candidater ?

A l’occasion du 3ème anniversaire du Plan Vélo et mobilités actives, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et l’ADEME, annoncent les résultats de l’appel à projets « AVELO 2 ». Le plan vélo et mobilités actives, présenté par le Gouvernement en septembre 2018, avait fixé pour objectif de tripler d’ici 2024 la part modale du vélo dans les déplacements du quotidien, en passant de 3 à 9 %. Un objectif ambitieux qui passe par un développement fort de ce mode partout sur le territoire national. Afin de poursuivre l’accompagnement des territoires dans cette transition vers une mobilité quotidienne plus active initié dès 2019 avec le programme AVELO[1], le ministère de la Transition écologique et l’ADEME ont lancé en mars 2021 le programme AVELO 2, visant à accompagner 400 territoires peu et moyennement denses dans la définition et la mise en œuvre de leur politique cyclable.

254 lauréats porteurs de projets ambitieux et innovants pour les mobilités actives !

254 candidats ont été retenus au 1er relevé de cet appel. Il s’agit de territoires ruraux, péri-urbains et urbains peu denses, représentant près de 23 millions d’habitants dans toutes les régions métropolitaines mais également les Outremer avec des lauréats en Guadeloupe, en Martinique et à La Réunion.

Cette mobilisation inédite des territoires, dans toute leur diversité, confirme que le vélo est l’une des solutions de mobilité plébiscitées par nos concitoyens et leurs élus locaux, tant pour engager la transition écologique des mobilités quotidiennes que pour lutter contre les fractures sociales et territoriales.

Les projets retenus comportent, pour près de 87% d’entre eux, des études de planification des aménagements cyclables, pierre angulaire de toute politique cyclable efficace (itinéraires, stationnement…). 32% des demandes concernent d’ailleurs uniquement la réalisation d’un schéma directeur cyclable : beaucoup de territoires étant au stade de la définition de leur politique cyclable.

50% des projets retenus proposent par ailleurs l’expérimentation de services vélo (location, partage, réparation et entretien, …). La mise en place d’animations et la promotion de politiques cyclables concerne 54% des lauréats et le soutien à l’ingénierie territoriale, via le recrutement de chargé.e.s de mission, concerne, elle, 38% des lauréats.

A noter également que 21% des lauréats ont fait une demande de financement pour un projet global (étude, service, communication, chargé.e de mission), un signal fort qui montre l’ambition des collectivités à développer le vélo sur leur territoire.

Les projets de ces 254 premiers lauréats et ceux des lauréats du 2nd relevé de l’appel à projets (lancement prévu d’ici fin 2021) seront accompagnés techniquement par l’ADEME, assistée du CEREMA. Ils bénéficieront d’un accompagnement financier de l’ADEME pour l’axe 4, et du dispositif CEE pour les axes 1, 2 et 3.

Près de 310 candidatures pour cet appel à projets, une mobilisation exceptionnelle !

L’appel à projets, qui suscitait beaucoup d’attente, a remporté un grand succès. Alors même qu’elle ne s’adressait qu’aux territoires de moins de 250 000 habitants (où la pratique du vélo est généralement en progression), l’ADEME a reçu pas moins de 309 candidatures sur ce 1er relevé, un record en la matière. Ces candidatures représentent un coût total des projets de 60 millions d’euros.

Ce succès renouvelé est un signal fort qui témoigne de l’appétence continue pour le sujet dans les territoires peu ou moyennement denses. Il montre que le vélo n’est plus l’apanage des grandes agglomérations : le vélo est dorénavant considéré aussi comme une solution de mobilité en dehors des métropoles, tantôt à part entière, tantôt complémentaire des autres modes (en particulier du train) dans une approche intermodale.

Parmi les candidats, on recense une petite majorité d’EPCI, plus d’un tiers de communes, mais également des départements, des parcs naturels régionaux, ou encore des syndicats et pôles d’équilibre territorial et rural.

38% des lauréats ont par ailleurs la compétence Autorité Organisatrice de la Mobilité (AOM).

L’intérêt est donc général. Certains territoires se lancent pour la première fois dans une politique en faveur du vélo pour faire émerger la pratique. D’autres territoires, déjà actifs, poussent l’ambition encore plus loin, notamment car la qualité des aménagements et services cyclables est devenue un gage d’attractivité du territoire et de qualité de vie.

Pour les territoires qui n’étaient pas encore prêt à candidater, un second appel à projets sera publié en fin d’année 2021.

===

NDLR. Plusieurs territoires du département des Hautes-Pyrénées ont été retenus (voir liste). Lors d’un des derniers conseils municipaux de Lourdes, Marie-Laure Pargala, élue d’opposition, avait mis en avant cette opportunité. Le Maire Thierry Lavit avait rétorqué que la ville de Lourdes avait candidaté. Nous avons cherché mais on n’a pas trouvé trace de cet appel à projet (sic).