Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Passes d’armes au conseil communautaire

samedi 5 septembre 2015 par rédaction

Appel à projets bilatéral en soutien à la coopération décentralisée France/Mexique 2015 : approbation du projet de coopération entre la communauté de communes et le Simar Sureste

En juin 2015, une délégation d’élus mexicains du Simar Sureste s’est déplacée sur le territoire de la Communauté de Communes avec pour objectif de découvrir l’organisation mise en place par la Communauté de Communes pour la gestion des déchets.

Suite à cette visite (prise en charge financièrement par l’Ambassade du Mexique), il a été envisagé de construire entre les deux collectivités un partenariat plus global qui peut s’inscrire dans le cadre d’un appel à projets bilatéral en soutien à la coopération décentralisée France/Mexique 2015.

Les actions décrites dans cet appel à projet permettraient :

- à la collectivité mexicaine de bénéficier de l’expérience de la collectivité française en matière de structuration intercommunale et d’expertise de gestion des déchets.

- à la collectivité française de profiter des liens ainsi créés pour promouvoir son territoire et en particulier Lourdes dans une logique de développement économique et touristique.

Le conseil communautaire a entériné ce projet à l’exception de MM. Artiganave et Dilmi et de Mmes Xerri et Cabanne qui ont voté contre, estimant qu’il s’agissait là d’une promenade de santé. L’ancien maire de Lourdes et ancien président de la CCPL avait posé deux questions à la présidente Josette Bourdeu : « Combien y a-t-il d’habitants dans le Simar-Sureste et que fait le Simar-Sureste au Mexique ». (Ecoutez l’audio)

 

Personnel : Création d’emplois pour faire face à un besoin lié à un accroissement temporaire d’activité

Par délibérations en date du 22 septembre 2014 et du 26 janvier 2015, le Conseil Communautaire a créé des emplois non permanents pour répondre aux besoins engendrés par la réforme des rythmes scolaires avec l’augmentation du temps périscolaire.

Afin de renouveler ces emplois et d’en créer de nouveaux pour tenir compte des besoins liés à la modification des horaires scolaires pour la rentrée 2015/2016, le Conseil Communautaire a décidé d’adapter le nombre d’emplois nécessaires en créant, du 31 août 2015 au 31 août 2016,35 emplois non permanents d’agents non titulaires à temps complet et non complet, et du 1er janvier au 31 décembre 2016, 8 emplois supplémentaires.

Personnel : création de contrats aidés

Le Conseil Communautaire a décidé de procéder à la création de contrats aidés, principalement dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, afin de répondre aux besoins liés à la rentrée 2015/2016, et pour faire face à un accroissement ponctuel d’activité au sein des services. Le nombre d’emplois créés sera de 10, 8 Contrats d’Accompagnement dans l’Emploi et 2 Contrats d’Avenir, entre 20h et 35h hebdomadaires, pour une durée de 1 an renouvelable.

Vie scolaire/péri-extrascolaire tarifs 2015 : modifications

Garderie sur les écoles de Lourdes et de Saint-Pé de Bigorre :

Afin de financer la restructuration des horaires scolaires et périscolaires de la rentrée 20152016, de permettre le maintien d’un service facultatif sur les écoles maternelles et primaires de Lourdes et de Saint-Pé de Bigorre, et dans un souci d’équité vis-à-vis des autres écoles des communes rurales de la Communauté de Communes facturant d’ores et déjà les temps périscolaires, le Conseil Communautaire instaurera sur les deux jours sans Temps d’Activités Périscolaires une tarification pour les temps d’animations structurés mis en place à partir de 15h30 dans les écoles primaires de Lourdes et à l’école de St-Pé de Bigorre et de 15h45 dans les écoles maternelles de Lourdes. Le tarif proposé sera de 0,90 € par jour.

Tarifs dégressifs à destination des familles pour la restauration scolaire à partir du 1er janvier 2016 :

Afin d’optimiser la gestion des commandes (réduire les pertes) et de prendre en compte la charge importante que peut constituer les coûts par enfant pour les familles, le Conseil Communautaire a décidé d’instaurer, à partir du ler janvier 2016, un système de carte de réservation de repas par période scolaire à tarifs dégressifs :

- 3,20 € le repas pour les parents d’élèves des écoles maternelles et primaires réservant à minima 2 repas hebdomadaires à jours fixes, n’ayant qu’un enfant.

- 3,00 € le repas pour les parents élèves des écoles maternelles et primaires réservant à minima 2 repas hebdomadaires à jours fixes et ayant deux enfants et plus.

Pour les familles ne souhaitant pas entrer dans ce dispositif, l’achat de carnet de 10 tickets au tarif actuellement en vigueur sera toujours possible.

Les 4 élus de l’opposition artiganavienne (MM. Artiganave, Dilmi, Mmes Xerri et Cabanne) ont voté contre la décision concernant les garderies et ont voté pour les tarifs dégressifs des repas à la cantine. (Ecoutez l’audio)

Vie scolaire/peri-extrascolaire : Dénonciation du contrat d’association avec l’organisme de gestion de l’enseignement catholique (OGEC) de Lourdes

Le Conseil Communautaire est appelé à se prononcer sur la dénonciation du contrat d’association liant actuellement la Communauté de Communes à l’OGEC de Lourdes.

Ce contrat prévoit une participation de la CCPL calculée sur la base du coût moyen de l’élève prenant en compte des dépenses obligatoires et facultatives. La dénonciation de cette convention au 30 septembre 2015, préalable à la co-construction d’une nouvelle convention, permettra de redéfinir les critères de calcul de la participation à partir du ler janvier 2016. Seule L’opposition artiganavienne a voté contre la dénonciation de ce contrat d’association, opération pilotée par Ange Mur, lui-même retraité de l’enseignement catholique et diacre au sein du diocèse.

Cette question a donné lieu, comme attendu, à de vifs échanges. L’opposant Artiganave a parlé de décision grave. Ila rappelé que cette convention avait été toujours votée à l’unanimité sous toutes les municipalités. « Face à l’émoi suscité, souligne-t-il, vous prenez le risque de rompre la paix scolaire ». Il est intervenu en demandant à Ange Mur, vice-président, quelles étaient les motivations qui justifiaient cette dénonciation. Nous mettons en ligne l’ensemble de la discussion où l’on se rendra compte que l’on ne s’est pas fait de cadeaux (AUDIO)

 

A SUIVRE…