Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Communiqué de Sylvain Péretto, groupe d’opposition municipale.

mercredi 23 décembre 2020 par rédaction

L’année qui s’achève restera longtemps gravée dans nos mémoires comme celle d’une crise sanitaire, économique, sociale majeure pour le monde entier, pour la France et pour Lourdes.

Je n’ai cessé de marteler la nécessaire solidarité collective comme unique sortie de crise ; solidarité financière de la part des institutions, mais aussi solidarité et cohésion de tous les acteurs locaux, chacun à son niveau mais surtout, une grande solidarité humaine y compris sur la scène politique locale.

Là le compte n’y est pas. 

Pas encore ? Pas avec tout le monde ? Je garde malgré tout espoir et nous sommes prêts avec mes collègues, avec nos amis, tous ceux qui nous soutiennent, à agir pour le bien de Lourdes.

Nous avons du mal à nous exprimer, à nous faire entendre, à formuler des propositions.

Parfois nous sommes « oubliés », parfois pas souhaités, parfois un peu « bâillonnés » aussi.

Si le contexte était plus propice je dirais que c’est « le jeu politique » et je ne vais pas feindre de le découvrir mais il y a tellement mieux à faire que de s’écharper sur la place publique.

Je voudrais ici témoigner du soutien de notre groupe sans faille à Marie-Christine Assouère qui a été la cible d’attaques aussi injustifiées qu’approximatives.

Quand l’un des nôtres est attaqué c’est tout le groupe qui est attaqué.

Nous sommes à ses côtés.

Pour ce qui est de la gestion municipale, il y a la méthode et il y a aussi l’action et les résultats obtenus et même si nous sommes impatients de les voir, il faut savoir raison garder.

La crise est un peu confiscatoire dans l’action d’une municipalité et les priorités doivent être revues en direction des politiques sociales, du redressement économique et de l’emploi.

Dans ce secteur la détresse est très forte, je pense aux saisonniers qui sont en souffrance, je pense aussi à tous les employés qui, en temps normal se trouvaient dans des secteurs stables qui ont été frappés de plein-fouet.

Je pense aussi aux employeurs, aux entrepreneurs, aux artisans, aux commerçants, aux acteurs du tourisme. Et Lourdes vit de ses visiteurs, qu’ils soient portés par la foi ou simplement « curieux » de rencontrer cette ville au destin exceptionnel.

Je dois dire que du côté du Sanctuaire, des professionnels hôteliers et commerçants, la volonté et la détermination sont grandes pour maintenir le besoin, le désir même, de venir à Lourdes. Je voudrais les saluer.

Dans ce domaine la municipalité agit elle aussi, il faut le dire, même si nous regrettons de n’être plus associés dans les instances telles que l’office du tourisme.

M. Thierry Lavit prend souvent M. Gérard Trémège en exemple. Je mesure, bien sûr l’astuce de cette démarche, mais je vais prendre le parti de m’en féliciter et de proposer aussi à notre maire de s’inspirer des méthodes de gouvernance mises en place par le président de l’Agglomération qui fonctionnent très bien et créent un climat de collaboration, de confiance et de respect mutuel.

En ces moments très difficiles pour tous, nos vœux sont modestes, ils sont simples et sincères : nous voulons aider, nous voulons participer, nous voulons être utiles. Et c’est ce que nous allons faire avec force, avec détermination.

Au-delà de l’action municipale, il y a des espaces où nous pouvons nous rendre utiles, des associations qui sont très actives. La vie associative c’est le cœur battant de la ville. Il faut les encourager et les soutenir.

Dans ces temps troublés, les soignants et les aidants dont on parle moins mais qui sont toujours sur la brèche, les forces de l’ordre, les employés municipaux, et également la Croix rouge, le Secours populaire, le Secours catholique, les Petits frères des pauvres, les Restos du cœur, les clubs services, Lion’s et Rotary, font un travail formidable.

On ne peut les citer tous mais du fond du cœur je les remercie.

A tous les Lourdaises et les Lourdais, je souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.

Malgré les contraintes, malgré l’éloignement, malgré les disparitions d’êtres chers, la famille reste le premier cercle de protection, de refuge. C’est un des socles de notre société.

Prenez bien soin les uns des autres et de vous-même.