Le Maillon de février 2009

C'est l'hiver, mais dès que le soleil montre un peu sa bouille ronde, un grand nombre de C.R.L. répondent présent pour les sorties hivernales. Les nouveaux licenciés montrent le bout de leur nez en curieux, un Nantais – l'ancien 2ème ligne du F.C.L. Eric Carpentier – un jeune Lourdais – le directeur du centre Leclerc et des membres qui reviennent suer les agapes de fin d'année. Notre revue imprimée "le Maillon" est en cours d'élaboration. Une équipe s'est mise en place et a travaillé dans notre local pour tracer les parcours de l'été. Elle a rajouté en sus quelques sorties au long cours, les brevets fédéraux et les randonnées proposées par le Codep 65.


 (Norbert Mazzella)                                                                                                  

         

Le compte rendu sur les dossiers Sécurité sera très court ce mois-ci, bien qu'il  n'ait pas été très fourni depuis quelques mois. Une grippe féroce et tenace m'a handicapé depuis le 12 janvier. J'en arrivais dans mon agonie à me demander si le vaccin que l'on m'avait inoculé était anti ou pro grippe. Pour terminer mes misères, un vieil accident du poignet s'est réveillé et pour le moment une attelle me freine pour pas mal d'activités. Bon c'est tout pour mes malheurs.

 Il y a eu une réunion à la Mairie concernant la circulation. Une invitation par téléphone m'a été adressée, malheureusement, l'état lamentable dans lequel je me trouvais, me rendait tout déplacement impossible. Il paraîtrait qu'une seconde réunion a eu lieu. Un compte–rendu m'a été promis, je  l'attends.  Comme je n'ai pas reçu de convocation pour la seconde et cet oubli s'ajoutant à celui de la réunion pour la Voie Verte Interrégionale qui a eu lieu à St.Pé, je me pose des questions:

 1°- Devant le complet désintéressement des clubs cyclistes Lourdais, dois-je continuer mon apostolat et batailler pour des gens s'en "foutent" comme un âne d'un coup de béret ?

 2°-  Devant le manque de réponse municipale aux plans et idées (bons ou mauvais) que j'avais émis et le temps qui s'écoule trop rapidement sans résultat , dois-je continuer à jouer Belphégor dans les couloirs et bureaux de la Mairie ?

Le doute s'insinue. Peut-être est-ce du à un manque de tonus ? Les séquelles de l'anesthésie estompées, éventuellement, votre opinion lors de la prochaine réunion pourrait être la dose d'E.P.O. qui me relancerait dans la compète. A voir !

                                                                                      

                                                                                                       René Delhom

Mis en ligne lundi 9 février 2009