Passes d'armes au Conseil municipal

AI2P-PI

Alain Garrot (GOM)  : au dernier conseil municipal, j'avais soulevé le problème par rapport à AI2P-PI (risque de transfert vers les P-A). Qu'en est-il vraiment ? Avez vous des informations ?

 

Jean-Pierre Artiganave :  Cette histoire est terminée. La proposition de reprise de la société AI2P-PI basée à Lourdes  a été refusée par l'administrateur  

 

Pierre Carillo évoque un regroupement des directions de Tarbes et Lourdes 

 

Pierre Carillo (GOM) : La rumeur court  à Lourdes qu'il y aurait un regroupement des directions des hôpitaux de Tarbes et Lourdes sur Tarbes. Qu'en est-il ?

 

Jean-Pierre Artiganave : Monsieur Carillo, cette question ne figure pas l'ordre du jour donc je ne l'évoquerai pas durant ce conseil. Je ne doute pas que dans d'autres lieux et dans d'autres occasions vous et  moi nous pourrons  nous exprimer là-dessus. La ruminologie, ça commence à être un peu fatigant. Je m'en tiendrai donc à l'ordre du jour du conseil municipal. Je ne reviendrai pas sur les propos tenus lors du dernier conseil municipal.

 

Pierre Carillo : Je m'adresse aussi au président du conseil d’administration de l'hôpital. Vous êtes quand même capable de me dire si c'est vrai ou si ce n'est pas vrai.

 

Jean-Pierre Artiganave : J'ai parlé de ruminologie.

 

Pierre Carillo: Dites-moi si c'est vrai ou si ce n'est pas vrai. Dites-moi oui ou non.

 

Jean-Pierre Artiganave : Je viens de vous répondre avec un mot qui est dorénavant assez clair.

 

Pierre Carillo : Pour moi ce n'est pas clair, il y a des inquiétudes parmi les personnels qui ne sont pas levées ce soir. Répondez, vous êtes président du conseil d'administration.

 

Jean-Pierre Artiganave : Je ne m'énerverai pas. Malheureusement c'est le dernier conseil municipal…

 

Pierre Carillo : Vous savez Monsieur le maire pour moi et pour beaucoup de Lourdais vous serez celui qui a tué la maternité de Lourdes, qui aura signé la fermeture de la maternité de Lourdes. Vous savez qu'il y a un plan hôpital qui se profile à l'horizon, bien évidemment le gouvernement va attendre que les élections municipales soient passées, mais je veux savoir moi ce que va devenir l'hôpital de Lourdes après.

 

Jean-Pierre Artiganave : Vous ne m'avez pas compris M. Carillo ? Ce n'est pas ici soyez en sûr que j'évoquerai cette question.

 

Pierre Carillo : Elle intéresse les Lourdais.

 

Jean-Pierre Artiganave : Si vous ne me laissez pas parler M. Carillo (qui l’interrompt plusieurs fois) , je vous ai répondu par le terme de ruminologie. Si vous voulez céder à la rumeur, cédez à la rumeur. Vous n'avez aucun élément de ce genre à pouvoir justifier et à la fois une telle intervention dans un climat qui est celui d'aujourd'hui le vôtre, ce n'est pas le mien. Et si vous voulez entendre de la part du maire de Lourdes et du président du conseil d'administration de l'hôpital de Lourdes qu'il défendra l'hôpital de Lourdes, voilà je m'arrêterai là.

 

Pierre Carillo : Je constate que vous vous défilez encore une fois.

 

Jean-Pierre Artiganave : Je n’ai pas l’habitude de me défiler ni sur l’hôpital ni sur quoi que ce soit M. Carillo. Malheureusement cette question n’est pas à l’ordre du jour. Je vous ai répondu : le maire de Lourdes est là pour défendre l’hôpital de Lourdes et ne cédez pas à la ruminologie. Mais enfin ça, c’est une autre histoire.

 

(Propos recueillis par Gérard Merriot)

Mis en ligne vendredi 8 février 2008-9h15