Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

"Voyageurs dans les Pyrénées, de sources en cascades", thème de l’exposition du Château-Fort-Musée Pyrénéen

jeudi 12 juin 2014 par rédaction

Après un premier partenariat fructueux pour l’exposition « Pyrénées - Les sports d’hiver s’affichent » en 2012/2013, le musée du Pays de Luchon et le musée Pyrénéen s’associent une nouvelle fois, en 2014, dans le cadre d’une nouvelle exposition temporaire consacrée aux « Voyageurs dans les Pyrénées, de sources en cascades ».

Depuis le 17 mai et jusqu’au 30 septembre, cette exposition est présentée dans le même temps au musée du Pays de Luchon et au musée Pyrénéen du château-fort de Lourdes. Une même thématique est déclinée au travers de deux regards et de deux collections pyrénéennes. Cette double présentation raconte le séjour des voyageurs dans les villes d’eaux et de bains des Pyrénées françaises au 19e siècle.

Dès la fin du 18e et au début du 19e siècle, de nombreux voyageurs viennent découvrir les Pyrénées. Scientifiques et grands voyageurs recherchent dans les vallées, encore sauvages, la connaissance, l’aventure et la beauté de la montagne. A côté de ces marcheurs infatigables, d’autres visiteurs, célèbres ou moins célèbres mais toujours fortunés, fréquentent les villages et petites villes des Pyrénées françaises réputés pour la qualité de leurs eaux thermales.

L’engouement pour le thermalisme est croissant à partir de la seconde moitié du 19e siècle et marque les débuts du développement touristique dans les Pyrénées. L’amélioration des voies de communication vers les vallées pyrénéennes, routes puis chemins de fer, est un facteur d’essor des stations balnéaires dont les sources étaient déjà réputées sous l’Antiquité.

Les curistes, étrangers aux Pyrénées, viennent prendre les eaux chaudes et sulfureuses pour soulager leurs douleurs mais n’oublient pas-de se divertir durant les longues semaines passées dans les villes thermales, devenues de juin à septembre les nouveaux lieux à la mode.

A la recherche d’une meilleure santé et de bon air

L’homme a très tôt pris conscience des propriétés curatives de certaines eaux. Le thermalisme est né en Grèce durant l’Antiquité. Les Romains vont développer cette pratique dans toute l’Europe, exploitant certaines sources pyrénéennes, celles de Bagnères-de-Bigorre, de Cauterets, de Capvern et de Bagnères-de-Luchon qui a pour devise : « Balneum Lixonense post Neapolitense primum » (« les bains de Luchon sont les premiers après ceux de Naples »).

Renommée des villes d’eaux et de bains

Les stations thermales pyrénéennes attirent dès le 16e siècle la noblesse. Au 19e siècle et principalement sous Napoléon III, elles voient leurs infrastructures thermales et résidentielles se développer pour devenir, pour certaines, de véritables villes d’eaux et de bains. Les grands hôtels accueillent les curistes accompagnés de leur famille, des jardins agrémentent leur promenade au bon air de la montagne.

Leur accès et les communications entre elles se modernisent, la « route thermale » est créée en 1864. Elle relie les principales stations des Pyrénées centrales : Saint-Christau, Eaux-Chaudes, Eaux-Bonnes, Argelès-Gazost, Cauterets, Saint-Sauveur, Barèges, Bagnères-de-Bigorre et Bagnères-de- Luchon. L’arrivée du chemin de fer aux villes du piémont met à portée les stations d’altitude. Encore un effort au voyageur à cheval, en diligence ou en carrosse pour arriver jusqu’aux stations montagnardes. Cette plus grande facilité d’accès et le désir d’une meilleure santé offrent à la bourgeoisie ce luxe.

La réputation des villes d’eaux pyrénéennes se répand à travers le monde portée par les médecins, la presse thermale, les souvenirs de voyages d’illustres personnages ou par les premiers guides de voyages.

Soins aux sources thermales

Les sources minérales, utilisées par les étrangers comme par les pyrénéens, ont des vertus thérapeutiques reconnues et soignent des affections de tout ordre. De nombreuses observations et études publiées attestent des effets bienfaisants des eaux des Pyrénées.

Durant de longues semaines, la vie du curiste est de se rendre, plutôt le matin, à pied ou en chaise à porteurs, de son hôtel ou de sa pension aux thermes et aux buvettes. Afin de soulager ses douleurs ou aboutir à une guérison, une grande diversité de soins lui est proposée : bains, douches, massages, piscine, buvette, gargarismes, humages, aérosols, bains de pieds et vaporarium. L’après-midi est consacrée à la promenade, au repos.

Plaisirs des villes thermales

Promenades et excursions en montagne

Durant ces temps libres, seul ou en famille, le curiste s’éloigne parfois du cœur de la ville thermale. Simple curiosité touristique ou désir d’aller respirer l’air pur et vivifiant de la montagne, il parcourt les jardins et promenades aménagés qui agrémentent de nombreuses villes d’eaux.

Les plus hardis s’aventurent en montagne, accompagnés de guides pyrénéens, vers des sites naturels grandioses et réputés sauvages, cascades, lacs, cirques... Ils réalisent, parfois à pied, ces excursions montagnardes mais, le plus souvent, ils profitent de chevaux, d’ânes ou de chaises à porteurs pour faciliter les montées difficiles. Les guides et les porteurs, établis en véritables corporations, font l’admiration des touristes pour leur force, agilité et connaissance de la montagne.

Ces excursionnistes de quelques heures garderont le souvenir d’une très grande aventure !

Vie mondaine

La saison d’un voyageur en montagne comprend deux temps forts : la cure, premier but de voyage, et une vie mondaine qui rend le séjour moins pénible et qui, dans la seconde moitié du 19e siècle, aura tout l’éclat de la vie parisienne.

A côté des soins médicaux, les plaisirs et les distractions dans les villes d’eaux ne manquent pas. Durant les journées et les soirées, une société fortunée et internationale côtoie un milieu plus bourgeois. Les stations rivalisent pour proposer aux curistes un programme d’animations diversifiées. Elles organisent, des jeux divers, des cavalcades, des corridas, des concerts, des bals, du théâtre et même des cabinets littéraires. Elles créent des casinos.

Des voyageurs célèbres et prestigieux tels, entre autres, Eugénie de Montijo et son époux Napoléon III, Victor Hugo, Hippolyte Taine, George Sand, Gustave Flaubert, Eugène Delacroix ou François-René de Chateaubriand vont par leur passage, leurs écrits, leur oeuvres, être un vecteur de connaissance des Pyrénées centrales.

Le château fort et son musée Pyrénéen

25, rue de Fort– 65100 Lourdes

0033 (0)5 62 42 37 37

www.chateaufort-lourdes.fr

chateaufort.museepyreneen@ville-lourdes.fr

Juin

Ouvert tous les jours

De 9h à 18h30

Juillet - septembre

Ouvert tous les jours

De 9h à 19h

Dernier ticket délivré l h avant la fermeture du site

Le samedi 20 et le dimanche 21 septembre, entrée libre à l’exposition
dans le cadre des Journées du patrimoine

Le billet d’entrée au château fort et musée Pyrénéen donne droit à la
visite de l’exposition temporaire

DIAPORAMA