Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

417 personnes au meeting d’Artiganave et pas d’ambiance

vendredi 21 mars 2014 par rédaction

Ce jeudi soir, on attendait avec intérêt le meeting de Jean-Pierre Artiganave, candidat pour un troisième mandat à la mairie de Lourdes, après 25 ans passés au conseil municipal. La comparaison avec le meeting enthousiaste de Josette Bourdeu s’imposait. D’abord côté affluence. Il y avait, dans la salle du palais des congrès, précisément 417 personnes auxquelles il fallait ajouter les 33 candidats de la liste artiganavienne, 6 ou 7 vigiles de la SPEL pour assurer la protection et la sécurité et des techniciens « son et lumière ». 15 à 20 personnes étaient debout alors que des sièges étaient libres dans des endroits clairsemés. Soit 200 personnes de moins qu’hier soir. Au 1er rang, on remarquait la présence de Fred Duplan, longtemps opposant à l’actuel maire, compagnon de route de Thierry Lavit, conseiller municipal d’opposition sortant et plus surprenant Jean-Pierre Mengelle, conseiller municipal sortant, évincé par JPA !

A l’entrée, du palais des congrès un mini concert de guitare avec le fils de Norbert Dahman, régisseur de l’espace Robert Hossein. Pour mettre l’ambiance, assurément il y a mieux. Le public était composé d’une grande majorité de cheveux blancs. Les jeunes tout comme la tranche des 40-50 ans étaient peu représentés. Autre constatation à l’entrée : la distribution des bons bulletins de vote d’Artiganave.

Le directeur de cabinet Serge Labordère a fait la voix off pour présenter chaque candidat. Il n’avait pas la chaleur et le métier de Chantal Robin-Rodrigo , la Madame Loyal du meeting de Josette Bourdeu. On aura remarqué l’hommage appuyé qui a été fait à Marie-Henriette Cabanne, ce qui pourrait laisser penser qu’en cas de succès, elle serait choisie comme première adjointe en lieu et place de Michel Azot. Dernier arrivé sur l’estrade Artiganave qui a fait un monologue très technocratique d’une heure de temps, particulièrement ennuyeux, qui en a assoupi plus d’un dans l’assistance. JPA a passé plus de temps à attaquer sa principale opposante qu’à dérouler son programme, incompréhensible pour pas mal de personnes. On aura retenu que notre « grand démocrate » lourdais, fier d’avoir un petit (tout juste petit) mot de soutien de François Bayrou, veut confier à une agence privée de l’habitat toute la rénovation des immeubles du boulevard de la Grotte pour y réaliser des appartements. Pas sûr que cela plaise aux riverains. En mal d’inspiration, JPA a annoncé que Josette Bourdeu était la candidate de Tarbes, c’est-à-dire imposée par le PRG tarbais, cirant au passage les pompes de Thierry Lavit qui avait un temps postulé. Visiblement, il veut mettre la division chez l’adversaire, oubliant de faire observer que lui-même s’est séparé d’un Sylvain Peretto au profit de Michel Azot et qu’il a également laissé sur la touche bon nombre d’anciens équipiers. Les coups de griffe méchants, les attaques incessantes contre Josette Bourdeu rappellent étrangement ce qui s’était produit en 1989 où le comportement de François Abadie, maire sortant de l’époque, avait été sévèrement sanctionné par les électeurs qui lui avaient préféré dès le 1er tour Philippe Douste-Blazy ? Le scénario va-t-il se reproduire ?

On aura noté qu’il n’y a pas eu un seul applaudissement pendant le discours-récitation d’Artiganave, ce qui est assez stupéfiant. Pas d’éclat de rire non plus. Un trait d’humour détend toujours l’atmosphère.

La fin de la réunion s’est achevée par La Marseillaise, suivie d’une sangria, toujours sur un fond de guitare. On retiendra de cette heure de monologue, l’image d’un homme seul. Dans quelques cafés, on a écouté certains commentaires. Tel celui de cet homme disant : Heureusement que ma femme m’a pincé parce que je commençais à m’endormir et à ronfler. Qu’est-ce que c’était ch… ? »

Les gens n’ont pas compris non plus ce que JPA proposait comme projet pour Lourdes. Et le ton n’était pas chaleureux. Aucune convivialité ne s’est dégagée.

Vendredi matin, candidats et quelques supporters vont distribuer le bon bulletin de vote d’Artiganave ainsi qu’un tract qui attaquerait méchamment celle qui est devenue sa bête noire : Josette Bourdeu.

 

G.M.