Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Echos…Bruits et Chuchotements

mercredi 12 mars 2014 par rédaction

Robert Hossein pour contrer les soutiens de Martin Malvy et Michel Pélieu à Josette Bourdeu !

Hier matin, autour du kiosque à musique du jardin des Tilleuls (ou si vous voulez mieux du palais des congrès), le maire sortant a repris un refrain que lui souffle depuis quelque temps son inspirateur et directeur de cabinet, le coûteux Labordère. Ce dernier, auquel JPA a confié le soin de monter quelques coups fumeux, a pensé que pour contrer l’impact des soutiens des présidents Martin Malvy et Michel Pélieu, à Josette Bourdeu, il fallait faire appel à un homme de théâtre et de cinéma. Et là, on avait sous la main Robert Hossein dont on sait qu’il n’hésiterait pas, par renvoi d’ascenseur, à tenter de « sauver le soldat Artiganave ». Celui qui incarna Geoffrey de Peyrac dans « Angélique, Marquise des Anges », est donc venu avec son épouse Candice pour exprimer sa reconnaissance à JPA qui avait eu la formidable idée de baptiser la salle des fêtes « Espace Robert Hossein ». Pour la photo, ce n’est pas mal, mais pour le programme culturel de la bande à Arti, c’est autre chose. On sait combien beaucoup des promesses artiganaviennes de 2008 sont restées sans lendemain. Il nous rejoue son refrain préféré en déroulant un catalogue de réalisations pour en mettre plein la vue aux électeurs. Au point que l’un des membres éminents de la commission « Culture » a été tout étonné d’apprendre que cela était le fruit d’un travail de réflexion. « Je n’étais pas au courant. Une fois de plus, on me prend pour une potiche. Et ça fait 6 ans que ça dure ! » se confiait-il à une ancienne colistière, laissée sur la touche. Et c’est vrai que les réunions avec les colistiers pour bâtir le programme du maire sortant ne se comptent même pas sur les doigts d’une main ! Pour en revenir à la comparaison entre Robert Hossein et les présidents Martin Malvy et Michel Pélieu, on retiendra l’observation d’un élu bien connu : « Qu’apporte Robert Hossein à la ville de Lourdes ? L’inauguration de son « Espace à la salle des fêtes » a coûté au budget de la commune avec les festivités qui ont entouré durant trois jours cet « évènement » 100 000 euros. Martin Malvy et Michel Pélieu, eux, font tomber plusieurs millions d’euros dans l’escarcelle de la ville de Lourdes grâce aux politiques territoriales et aux divers partenariats. C’est tout vu… »

Le flop du lâcher de ballons !

L’idée du staff artiganavien de lâcher des ballons, place du Champ-Commun , dans la matinée de samedi dernier, jour de la fête de la Femme, continue d’alimenter les discussions des Lourdais et surtout des Lourdaises. « Je n’aime pas être prise pour une baudruche, nous disait ce matin encore, une habituée du marché. Par contre, nous avons été nombreuses à apprécier les roses offertes par Josette Bourdeu et son équipe ». Un flop qui démontre pour certains le manque d’imagination de la majorité sortante.

UMP : aucun ténor pour soutenir JPA ! 

La semaine dernière, au siège parisien de l’UMP, des réunions ont eu lieu pour examiner les situations à quelques jours des élections municipales. Les participants ne se sont guère attardés sur le cas de la ville de Lourdes. Les spécialistes de l’UMP estiment depuis longtemps que Lourdes fait partie des communes que le parti risque effectivement de perdre. Et on ne s’est pas bousculé pour venir soutenir JPA. Pourtant ce pas faute d’avoir essayé. N’est-ce pas Monsieur le dir-cab ?

Implantation d’entreprises : rien de concret

Le maire sortant, également président de la Communauté de communes du pays de Lourdes (CCPL) veut faire croire que des entreprises se bousculent pour s’installer sur la ZAC du Toulicou, à Adé. Il n’y a rien de concret. Les élus de la CCPL n’en ont pas été informés. « C’est une fumisterie complète », clame l’un d’entre eux qui rappelle que cela fait 12 ou 13 ans que ladite ZAC est au point mort. Et de conclure sans concession : « Sous la présidence d’Artiganave, cela a été le fiasco sur le plan du développement économique ».

Les « poubelles lourdaises » déchargent leurs détritus !

Les deux poubelles lourdaises, chargées de dispenser la bonne parole de leur fan de maire, continuent de déverser leur fiel, en procédant bien sûr de façon anonyme à des attaques personnelles, se gaussant du physique des adversaires de JPA, de leur soi-disant incompétence et de leur niveau intellectuel. Comme si on avait affaire à des canons de beauté à l’intelligence rare ! Elles s’en prennent aussi à Jean-Luc Laplagne. On leur suggère de concourir avec lui sur une dictée. Laquelle pourrait être suivie d’un calcul mental. On verra alors qui s’en tire le mieux. Et si leurs 32 fautes décelées dans un magazine communautaire qu’elles avaient été chargées de produire, n’étaient qu’un accident.

Azot-Cabanne : c’est à qui se démène le plus !

Dans le camp d’Artiganave, Azot auquel le maire sortant a réservé le poste de 1er adjoint (en cas de succès bien entendu), se démène comme un beau diable. L’homme à la C3 flambant neuve qui a fini par faire poser la mention « Ville de Lourdes » avec le logo sur son véhicule de fonction s’occupe de tout. Oui mais voilà, JPA qui a appris par notre site que le sieur Azot avait envisagé de monter une liste, au début des années 2010, contre lui-même, commence à revoir sa position. Il n’est pas du tout certain qu’il lui confie ce poste de 1er adjoint. « Arti » que l’on sait très rancunier, pense désormais à propulser sur le devant de la scène Marie-Henriette Cabanne, l’adjointe aux affaires sociales et à la petite enfance, qui n’a pourtant pas fait preuve d’une activité débordante durant son passage au conseil municipal. Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir Azot et Cabanne « se marquer à la culotte ». Dernière illustration : ils étaient présents tous les deux auprès du maire lors de l’incendie de la maison d’habitation sise à la Rampe du Fort. Aux dernières nouvelles, ils ne se lâchent vraiment plus. Même pendant la récréation ?

G.M.