Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Bruits et chuchotements...

jeudi 4 mars 2010 par rédaction

Parmi les visiteurs de lourdes-infos.com, il y en a aussi du… Venezuela

Voici quelques statistiques intéressantes concernant notre site www.lourdes-infos.com, premier site indépendant du Grand Sud-Ouest voire au-delà, depuis le 1er janvier 2010 (jusqu’au 2 mars 2010). La fréquentation ne fléchit pas. Bien au contraire. N’en déplaise aux grincheux et aux jaloux.

Depuis le début de l’année, le compteur de notre fournisseur d’accès (1&1) affiche : 850 842 visites uniques (418 998 en janvier, 394 843 en février et 37 001 pour les deux premiers jours de mars). Que vous indique ces statistiques ? Cette analyse résume toutes les pages ouvertes par un visiteur précis au cours d’une visite unique. Un visiteur unique est comptabilisé seulement lorsqu’il ouvre plus d’une page et qu’il ne s’écoule pas plus de 30 minutes entre chacune des pages. S’agissant des pages vues, depuis le 1er janvier 2010 et jusqu’au 3 mars 2010, 3 242 635 pages ont été vues (1 578 908 en janvier, 1 465 127 en février et 198 600 pour les trois premiers jours de mars).

Nous sommes également en mesure de vous dire les pays d’où viennent nos visiteurs. Au 3 mars 2010, sur 866 651 visites uniques, 398 941 permettent d’identifier les pays d’origine, 467 710 n’ont pu être évaluées.

Pas de surprise, la France arrive en tête avec 62,56%, suivie des utilisateurs en .net (ordinateurs en réseau et organisations) avec 24,85%, les organisations à but lucratif (11,58%), la Belgique avec 675 visites uniques (0,17%), le Canada, le Royaume-Uni, le Japon, l’Italie. 84 pays sont recensés dans notre classement. Le Pakistan, en 84e position, ferme la marche avec un seul visiteur. Dans ce classement, on trouve en 36e position le Venezuela avec 24 visiteurs uniques. Il s’agit peut-être de l’équipe du président Chavez chargée de constater si l’élève lourdais du dictateur venezuelien suit ses bons conseils, à savoir sélectionner les médias et censurer la presse opposante ou plutôt peu disposée à jouer les cireurs de pompes, car nous ne sommes pas des opposants systématiques au frétillant maire de Lourdes.

Des absences qui font jaser
Le maire de Lourdes est aussi, ce n’est pas un scoop, président de la communauté de communes du pays de Lourdes, autrement dit de la CCPL. Hier soir, s’est tenue la réunion de la commission des finances de ladite CCPL. Grand absent : M. Artiganave. C’est le premier vice-président et « grand argentier » Georges Castres qui a présenté le DOB (Débat d’Orientations Budgétaires) 2010, lequel préfigure le budget 2010 qui sera examiné dans quelques semaines. S’il est plus prompt à rédiger tous azimuts des attestations*, par contre M. Artiganave est moins enclin à se rendre au siège de la zone du Monge, siège de la CCPL. Ses absences fréquentes commencent à faire jaser dans l’enceinte de cette structure intercommunale. Il se murmure que le maire de Lourdes laisse de plus en plus les mains libres à son premier vice-président , loin de faire l’unanimité. Rien d’étonnant, nous disait-on, ce matin que le malaise plane à la CCPL.

*NDLR. JPA nous comprendra. Nous vous expliquerons plus tard - disons en temps utile - l’appétit « artiganavien » pour les attestations.

Réveil
Avant les municipales de 2002, l’association « Union pour Lourdes » avait été portée sur les fonts baptismaux. Elle avait pour objectif de soutenir pour les élections municipales de 2002 la liste portant la même appellation et qui était conduite par José Marthe. Le désistement de cette liste arrivée deuxième derrière celle de M. Artiganave permit à ce dernier de s’installer dans le fauteuil réservé au premier magistrat de Lourdes. Depuis cette date, l’association « Union pour Lourdes » s’était mise en sommeil. Certains de ses membres ne se désintéressaient pas pour autant des affaires publiques et électorales. La semaine dernière, dans un restaurant du centre-ville, une trentaine d’entre eux se sont retrouvés pour ce qui ressemble à un réveil. Sous la présidence de Jacques Barzu, une assemblée générale a relancé ladite association qui entend suivre de près la vie locale et s’immiscer dans les échéances électorales à venir. José Marthe, conseiller général de Lourdes-Ouest (son mandat court jusqu’en 2014, année où seront élus les nouveaux conseillers territoriaux appelés à remplacer les conseillers régionaux et les conseillers généraux) était présent tout comme Christian Merriot et Monique Estaun, respectivement secrétaire et trésorière de l’UPL. Que doit-on penser de ce retour sur la scène lourdaise ? Réponse sans doute dans les semaines à venir…