Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Echos…Bruits et Chuchotements

mardi 4 mars 2014 par rédaction

Les contribuables lourdais ont payé le dîner meeting de Rachida Dati !

D’aucuns se souviennent sans doute que le vendredi 2 décembre 2011, Rachida Dati, l’ancienne Garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy, s’était déplacée à Lourdes à l’invitation de Jean-Pierre Artiganave, alors candidat avec le succès que l’on sait aux élections législatives de la 2e circonscription des Hautes-Pyrénées. A cette occasion, un dîner avait été servi à 30 invités à l’hôtel Mercure Lourdes Impérial. Dont on peut découvrir les noms ci-après sur le certificat administratif signé par Jean-Pierre Artiganave en personne. La facture (1170 euros) a été réglée par la ville de Lourdes, donc par les contribuables lourdais. N’aurait-il pas fallu que ce soit à l’UMP dont Artiganave est le secrétaire départemental de la Fédération UMP 65 que revienne l’honneur de payer l’addition ? JPA aurait pu aussi les imputer à son compte de campagne pour lequel un excédent non négligeable (20 000 euros dit-on) lui a été reversé. 

Sylvain Peretto meurtri !

Pour ceux qui n’avaient pas lu nos informations, la nouvelle a fait ce matin l’effet d’une bombe. Et a été assortie de pas mal de commentaires. Il s’agit bien sûr de l’absence du premier adjoint sortant Sylvain Peretto sur la liste « Notre avenir, Lourdes ensemble » conduite par le maire sortant J-P Artiganave. Président de la 1ère Commission (Travaux, environnement, eau et assainissement, transports, circulation, stationnement, emploi), Sylvain Peretto était assurément un pion essentiel dans le dispositif d’Artiganave. Il s’est toujours comporté comme un fidèle collaborateur, « l’un des plus compétents de son équipe ». Jamais, il n’a pensé que le maire le traiterait de la sorte. « Il ne méritait pas de se faire jeter ! », nous disait un Lourdais, proche d’Artiganave mais aussi de Peretto. « En lui préférant Michel Azot comme premier adjoint en cas de succès, Sylvain s’est senti trahi, désavoué », nous a lâché un chef d’entreprise bien en vue dans la cité mariale, lequel ayant l’air bien renseigné ajoutait : « Ce qui est inquiétant c’est la montée d’Azot. Surtout que dans les années 2010-2011, il avait envisagé de monter et de préparer une liste pour les prochaines élections », se référant aux confidences que lui avait faites une personne approchée par le « Monsieur je sais tout » lourdais. Maintenant, pour tenter de sauver la face de l’évincé, Artiganave fait le forcing pour qu’il vienne à ses côtés, lors de la réunion publique qu’il a programmée pour le 20 mars, au palais des congrès. « J’espère que Sylvain qui a eu le panache de se retirer ne viendra pas au secours d’un maire à bout de souffle  ! », nous confiait-on encore au téléphone. Surtout quand on sait ce qu’a dit tout récemment Artiganave en s’adressant à l’architecte lourdais : « Si je perds les élections, ce sera de ta faute » (sic). C’est cruel. Cela choque les personnes qui ont été mises dans la confidence.

Déjeuner de liste au Magret

Suite au choc provoqué par le départ de Sylvain Peretto, Michel Azot et Serge Labordère, l’inévitable directeur de cabinet d’Artiganave, ont organisé en urgence un déjeuner de liste qui s’est déroulé ce midi au Magret. Qui va payer ce déjeuner ? La mairie comme pour Rachida Dati ? on pourra vérifier.

 Sylvain Peretto y était présent. Il a annoncé qu’il soutiendrait la candidature de JP Artiganave tout en regrettant en aparté un certain manque de clarté et de franchise de la part du maire sortant et surtout de Michel Azot. Personne n’a été dupe, l’ambiance était glaciale, il fallait sauver les apparences. « Sylvain Peretto avait les larmes aux yeux », raconte un des participants à ce repas avant d’ajouter "Lourdes ensemble, si ça continue, ça sera Arti tout seul. Après le fiasco de la photo à Robert Hossein samedi, on se demande tous si la stratégie est la bonne mais on n’ose pas le dire"

 Pour Peretto, c’était une question d’honneur, il a le sentiment d’avoir bien fait son boulot et de se faire jeter maintenant qu’Arti n’a plus besoin de lui.

 Après Pascale Miqueu, Julien Poque, Monique Estaun, cela fait encore un adjoint de plus qui connaît des problèmes.

S’il perd, Artiganave démissionnera sans doute du conseil municipal

Longtemps persuadé qu’il conservera sans problème son fauteuil à la mairie, JPA est depuis une quinzaine de jours en proie au doute. Plusieurs indices sont révélateurs. On vous en cite un. En septembre 2012, la ville de Lourdes a conclu un marché pour la location d’un véhicule léger hybride diesel/électrique (Peugeot 3008) pour une durée de 48 mois, avec un concessionnaire automobile lourdais, moyennant le versement d’un loyer mensuel de 668,79 €. Ce qui a permis de « refiler » le Koleos « municipal » qu’il utilisait à son directeur de cabinet. La Peugeot 3008 présentait des éraflures et autres cabossages. Cela a fait penser à notre « grand démocrate » qu’il serait plus prudent, à quelques semaines des élections, de rendre impeccable ce véhicule de fonction prisé en certaines circonstances par certain(e) passager(e). Le 3008 est donc parti chez le carrossier. Et la facture a été réglée bien évidemment par la mairie de Lourdes. Voilà un signe qui démontre qu’Artiganave n’est plus (et de moins en moins d’ailleurs) assuré d’avoir la confiance des électeurs lourdais. Ça déteint du reste chez ses supporters, de plus en plus pessimistes. Autre signe qui montre le désarroi des troupes : dans l’hypothèse d’une défaite, Artiganave ne compte pas rester au conseil municipal. Son entourage en est persuadé. Ce serait alors au transfuge de l’UDI Azot que reviendrait le leadership de l’opposition municipale. Et là, qu’en penserait-on alors à l’UMP ?

Pas de droit de réponse

Si friand des droits de réponse quand ça l’arrange, Arti ne nous a pas fait savoir qui était donc la 2e personne hébergée dans la chambre 519 du Sofitel, villa Borghese à Rome, du 12 au 15 février 2013 et pour lesquels les contribuables lourdais ont au moins réglé la taxe de séjour. (Lire la rubrique « Bruits et Chuchotements » du vendredi 28 février 2014.

« Union pour Lourdes toujours là » !

Ce n’est pas une nouvelle liste aux municipales dont il s’agit. Mais d’une association qui s’est constituée lors des précédents scrutins municipaux et qui se rassemble deux fois par an pour évoquer les sujets locaux. A sa tête : José Marthe, conseiller général de Lourdes-Ouest. Vendredi soir, une trentaine de personnes se sont retrouvées dans un restaurant de la périphérie de Lourdes pour perpétuer ces rencontres régulières et amicales. Il a été évidemment question des élections municipales à venir. On ne vous livrera pas le résultat du vote intervenu à la fin du repas. « C’est, paraît-il, un secret d’Etat ! »

G.M.


titre documents joints

4 mars 2014
info document : PDF
191.4 ko

4 mars 2014
info document : PDF
354.9 ko