Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

L’ours à toujours faim.... Normal mais...

mercredi 3 juillet 2013 par rédaction

Que l’ours ait faim, c’est normal. Qu’il se serve gratis dans les troupeaux sans discernement est une autre chose beaucoup moins acceptable.

Tandis qu’on le cherche à Bachebirou, la semaine dernière il se servait de l’autre côté de la vallée, à Luz-Ardiden. Le voici maintenant au Pont d’Espagne où il s’est servi d’une brebis dans le troupeau de Pierre Pommiès. Selon nos informations, la prédation a été reconnue par les agents du Parc National. Il manque également une brebis à Jean-Bernard Capou qui, si elle n’est pas retrouvée ne sera pas indemnisée ni même comptabilisées parmi les prédations.

Des actions inutiles et un suivi discutable

On se souvient que le 21 juin, en plein milieu du drame des inondations en Pays Toy, les éleveurs avaient lancé un ultimatum au Préfet

La situation n’ayant pas changé, à notre connaissance la menace reste d’actualité même si, manifestement, aucune action n’a été lancée, trop occupés en vallée par les inodation et la fauche des foins.

De leur côté, les services de l’État ne sont pas, dans ce domaine, plus efficace aujourd’hui qu’hier. Et en plus, le problème se déplace chaque jour sans jamais être préalablement prévenus ou informés. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce n’est pas possible de suivre un tel animal malgré une batterie de caméras qui portent plus atteinte aux principes de liberté de circulation des personnes et à leur droit à l’image qu’à une capacité informative sur les déplacements des grands prédateurs.

Quant aux pièges à poils mis en place par l’ONCFS, selon un protocole de parcours théorique avec appâts, il s’agit plus, selon des documents que nous nous sommes procurés, d’attirer l’ours au milieu des troupeaux dont la prédation est le seul signe sérieux de présence. En aucun cas les services de l’état n’ont été e mesure d’informer à l’avance les éleveurs et encore moins de protéger les troupeaux comme le voudrait le Code Rural royalement ignoré par tout le monde.

Autant dire que toutes ces dispositions et tout ce personnel ne sert à rien et coûte cher à la collectivité alors même que le budget du Ministère de l’écologie devrait baisser de 7%. Mesure à laquelle n’est guère habituée ce milieu plutôt favorisé par des augmentations continues sans aucune réflexion sur l’intérêt des actions entreprises.

Les éleveurs attendront-il encore longtemps

Selon des informations recueillies hier après-midi, il est assez peu probable que les éleveurs attendent plus longtemps que des mesures et protocoles administratifs se mettent en place. Pour eux, les attentes de l’an dernier n’ont jamais été satisfaites et actuellement on se dirige une nouvelle fois vers un « brassage de paroles inefficaces ».

La question aujourd’hui est de savoir s’ils passeront du stade de la déclaration à celle de l’action et quand ?

Louis Dollo