Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Inondations en Midi-Pyrénées

vendredi 21 juin 2013 par rédaction

« J’ai vu beaucoup d’inondations. Mais jamais autant de violence de l’eau et de dégâts publics et privés  », a déclaré Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, au retour d’une visite sur trois des communes les plus sinistrées.

« C’est une catastrophe sans précédent. Des vieux moulins construits il y a 400 ans ont été balayés. L’eau a pratiquement atteint 2 mètres de haut dans la traversée de Saint Béat  », a ajouté le président de la Région qui a rencontré les élus et les sauveteurs sur les 3 sites, le préfet des Hautes-Pyrénées à Barèges, Bertrand Auban et Carole Delga à Saint-Béat, le maire et son conseil à Luz où il était accompagné, comme pour le reste de sa visite par Viviane Artigalas, vice-présidente haut-pyrénéenne de la Région.

« L’ampleur de la catastrophe exige que des cellules permanentes de crise soient mises en place réunissant les représentants de l’État et des collectivités et que des instructions soient données en haut lieu pour que les procédures soient simplifiées. J’ai constaté hier que, de bonne foi, on demandait à des sinistrés d’envoyer des documents qu’ils ne sont pas en mesure de rédiger. Je désignerai lundi matin un interlocuteur unique chargé de recevoir et de traiter les demandes qui parviendront à la Région dès que les comités de crise auront précisé les modalités respectives d’intervention de chacun. Il faut aller vite tant pour ce qui est des dommages publics que privés. L’état de catastrophe naturelle sera décidé. Il est inutile d’attendre pour enclencher les procédures de reconstruction. La catastrophe est d’une telle ampleur que même en évacuant certaines contraintes, il faudra du temps pour mener à bien des chantiers comme la reconstruction de certaines routes. » a conclu Martin Malvy.