Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Conseil général : vive émotion en ouverture de la 5ème réunion

vendredi 21 juin 2013 par rédaction

Beaucoup d’émotion ce matin, à l’ouverture de le session du conseil général. Les esprits étaient évidemment occupés par la situation catastrophique causée par la crue du gave et des rivières dans la vallée du pays Toy, du Lavedan, de la Neste et du Louron. Michel Pélieu qui s’est beaucoup investi ces jours derniers a prononcé une déclaration dans un silence glacial. (...)

mso-border-alt:solid windowtext .5pt;padding:0cm;mso-padding-alt:1.0pt 4.0pt 1.0pt 4.0pt'><b
style='mso-bidi-font-weight:normal'>Discours
du Président - Session du vendredi 21 juin 2013

 

Cette
séance publique s’ouvre, alors que notre département vient d’être frappé par
des crues d’une exceptionnelle violence venues dévaster une partie de notre
territoire et entraîner un véritable désastre. C’est un spectacle de désolation
auquel nous avons assisté ces derniers jours dans la vallée des Gaves.

 

En
premier lieu, je pense aux familles des 2 personnes décédées : Madame
Bernadette ROUSSEL de Pierrefitte, emportée par la crue du Gave, et Monsieur
Marcel MARTINEZ de Luz, emporté par une vague sur un pont en plein centre de
Luz. Je vous proposerai à la fin de mon propos de leur consacrer une minute de
silence.

 

Je
voudrais témoigner également des dizaines de personnes que nous avons
rencontré, choquées, traumatisées par la violence de l’événement et
véritablement meurtries.

 

Les
dégâts matériels sont considérables : des routes coupées, emportées, des
maisons détruites, des villages dévastés, tout un environnement ravagé et
défiguré.

 

C’est
toute l’économie du département qui est fragilisé par cet événement, qu’il
s’agisse du tourisme bien sûr, mais aussi de l’agriculture, de l’industrie.

 

Mais
au delà, c’est la vie même qui est malmenée dans certains villages et dans un
environnement qu’on ne reconnaît plus et qui ne sera plus tout à fait le même.

 

Enfin,
pour ce qui concerne plus particulièrement notre collectivité, le bilan des
dégâts sur les routes départementales n’est pas encore définitif mais nous
savons qu’ils seront beaucoup plus importants qu’à l’automne dernier. Ce sont peut-être
près de 10 millions d’euros qu’il nous faudra trouver pour réparer et
localement reconstruire les routes et les ponts.

 

Des
travaux d’urgence doivent être engagés sur les routes de montagne et dans les
vallées pour rétablir et sécuriser les accès. Dès mercredi soir, j’ai réuni,
avec Gérard Boube, les entreprises du département pour les mobiliser d’urgence.

 

Lors
de la visite de Monsieur Manuel VALLS, Ministre de l’Intérieur, et de Madame
Delphine BATHO, Ministre de l’écologie, du développement durable et de
l’énergie, mercredi dernier, j’ai insisté sur la nécessaire solidarité
nationale.

 

J’ai
demandé que les indemnisations de la précédente crue d’octobre soient
accélérées car, à ce jour, la procédure de mobilisation des fonds n’est pas
encore engagée.

 

J’ai
bien sûr demandé que la reconnaissance de catastrophe naturelle soit confirmée
le plus rapidement possible pour ces derniers évènements.

 

J’ai
aussi fait part aux deux Ministres des tracasseries administratives auxquelles
nous sommes confrontés face à l’application des textes relatifs à la loi sur
l’eau et leur application sur le terrain par l’administration de l’Etat.

 

J’attends
donc de l’Etat que cette reconnaissance de catastrophe naturelle se traduise
aussi par un accompagnement technique et administratif à la hauteur des enjeux
que nous avons à gérer.

 

Lors
de sa visite hier, le Président de w:st="on">la République, François HOLLANDE a tenu des propos
rassurants sur le soutien de l’Etat à notre département pour faire face à cet
événement exceptionnel. Il prend la mesure de la difficulté pour le Conseil
Général et s’est engagé à accélérer les procédures et à apporter un soutien
financier à notre Collectivité.

 

Je
me dois d’insister auprès de vous sur le volet financier, nous allons être
contraints de mobiliser un budget important pour réparer nos infrastructures,
alors que globalement nous sommes déjà dans une situation financière
préoccupante, comme de très nombreux départements d’ailleurs.

font-family:"Cambria","serif"'> 

J’ai
plaidé auprès de Manuel VALLS et de Delphine BATHO pour que nous puissions
bénéficier de la 2ème part du Fonds de soutien aux départements,
même si, au vu du dossier transmis il y a quelques mois, les Hautes-Pyrénées ne
sont pas encore parmi les départements les plus fragiles.

font-family:"Cambria","serif"'> 

Par
ailleurs, je m’associe totalement aux démarches engagées par le Président de
l’Assemblée des Départements de France (ADF) et le Président de
<span
class=st1>l’Observatoire
de l’Action Sociale Décentralisée (OD
"Cambria","serif"'>AS) pour faire prendre conscience au Gouvernement qu’il devient
très urgent de trouver des solutions pérennes pour financer les allocations
individuelles de solidarité dont nous avons la charge.

font-family:"Cambria","serif"'> 

Alors
que l’Etat garantit l’équilibre financier de toutes les prestations autres que
l’APA (Allocation Personnalisée pour l’Autonomie), la PCH (Prestation de
Compensation du Handicap) et le RSA (Revenu de Solidarité Active), les
départements assument depuis leur mise en œuvre progressive un déficit cumulé
de 30 milliards d’euros. Le déficit de l’exercice 2012 est estimé entre 4,8 et
6,2 milliards d’euros.

font-family:"Cambria","serif"'> 

L’ADF
demande :

font-family:"Cambria","serif"'> 

-18.0pt;mso-list:l0 level1 lfo1;tab-stops:list 36.0pt'><span
style='mso-list:Ignore'>- 
d’une part,
une compensation intégrale du financement du RSA au niveau national,

<span
style='font-size:10.0pt;font-family:"Cambria","serif"'> 

-18.0pt;mso-list:l0 level1 lfo1;tab-stops:list 36.0pt'><span
style='mso-list:Ignore'>- 
d’autre-part,
une compensation globale pour les trois allocations à hauteur minimum de 50% du
déficit.

font-family:"Cambria","serif"'> 

Cette
position forte traduit l’urgence à agir de la part de l’Etat, face à de
nombreux départements qui sont aujourd’hui dans une situation financière très
critique et qui, faute de nouvelles ressources, vont devoir renoncer à d’autres
missions de service public.

font-family:"Cambria","serif"'> 

Je
vous rappelle que la perspective budgétaire établie par nos services pour les
trois prochaines années confirme chez nous cette tendance.

font-family:"Cambria","serif"'> 

En
conséquence, je vous propose d’accorder notre soutien, appuyé à la démarche de
l’ADF, afin que les discussions à venir avec le Gouvernement aboutissent
rapidement à un accord qui reconnaisse les efforts faits par les départements
pour gérer au mieux ces allocations et rétablisse l’équité dans le financement
de la solidarité nationale.

font-family:"Cambria","serif"'> 

Nous
démontrons à l’Etat, grâce à la mobilisation engagée pour construire notre
projet de territoire, que nous sommes prêts à remettre en question beaucoup de
choses pour garantir une meilleure utilisation des fonds publics et définir les
bases d’une collaboration publique-privée intelligente et efficace sur un
territoire élargi. Nos efforts doivent être reconnus.

font-family:"Cambria","serif"'> 

Nous
n’avons pas pour habitude de baisser les bras. Les habitants des
Hautes-Pyrénées non plus.

font-family:"Cambria","serif"'> 

A
cet égard, je dois vous témoigner également, au delà du spectacle de
désolation, de la mobilisation sans faille de tous les professionnels concernés
ainsi que du formidable élan de solidarité qui se crée.

font-family:"Cambria","serif"'> 

Nos
services, les pompiers, la protection civile, la sécurité civile mais aussi,
les entreprises, les élus, tout le monde est à pied d’œuvre, dans un esprit de
solidarité, pour faire face aux 1ers besoins d’urgence. Les propositions de
dons et de bénévolats se manifestent également. Le comité de direction de notre
Institution s’est réuni ce matin pour proposer une organisation de coordination
départementale de cette solidarité.

font-family:"Cambria","serif"'> 

Voilà,
la vie reprend son cours avec, toutefois, en plus, une exigence renouvelée
d’humilité et la nécessité de concentrer notre énergie sur les vrais défis.

normal'>(Minute de silence)

font-family:"Cambria","serif"'> 

Audio ci-dessous

Plusieurs intervenants ont ensuite pris le relais : José Marthe, Jacques Béhague, Jeanine Dubié (au bord des larmes), Josette Bourdeu, Jean-Claude Palmade, Josette Durrieu, Maryse Beyrié, Georges Azavant, François Fortassin, Chantal Robin-Rodrigo, Jean Glavany, Rolland Castells, Jean-Claude Duzer. Nous en parlerons.