Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Echos, Bruits et Chuchotements...

jeudi 13 décembre 2012 par rédaction

Le shérif Artiganave a pris son étoile

Hier après-midi, Henri d’Abzac, préfet des Hautes-Pyrénées, Chantal Firmigier-Michel et le grand « démocrate lourdais », le « coupeur de tête » de la presse lourdaise ont signé la convention de coordination de la police municipale de Lourdes et des forces de sécurité de l’Etat qui officialise la création de la police municipale. Comme toujours depuis le mois de mai 2010, Artiganave a fait à notre endroit de la rétention d’information en ne nous conviant pas à cette signature, conforté dans son obstination par son proche tandem à l’influence néfaste. Couvrant la majorité des évènements où se trouve le préfet, nous saurons lui dire à la prochaine occasion les raisons de notre absence. Cette cérémonie a donc fait d’Artiganave le premier shérif de la cité mariale, fier « dans le cadre d’une stratégie territoriale de sécurité de pouvoir exercer la surveillance de la cité et d’avoir plus de proximité ».

Comme nous l’avons déjà dit, la création de la police municipale sera effective à partir du 1er janvier 2013. Et si, il a finalement renoncé à équiper ses policiers municipaux de « trottinettes » électriques (les fameux Segways), JPA aime à rappeler qu’il a doté la ville d’un système de vidéo-surveillance (qui tombe en panne quand on en a besoin : remember l’alerte à la bombe aux sanctuaires le 15 août 2010 !). Celui qui avait juré qu’il n’y aurait jamais à Lourdes de police municipale tant qu’il serait maire déclare désormais que l’objectif de cette police municipale est de travailler avec la police nationale.

Nous ne pourrons pas vous relater ce qu’ont dit le préfet et la procureur de la République. Et pour cause…

Le FCL XV en crise : vers deux listes pour le renouvellement du bureau ?

Depuis quelque temps, on sent très bien que ça ne tourne pas rond au FCL XV. Cela explique sans doute les prestations en demi-teinte (en étant gentil ) de l’équipe fanion. Lundi, se tiendra l’assemblée générale. Elle s’annonce tendue, si l’on croit les confidences qui nous sont parvenues. Il y aurait de la friture dans les relations entre les deux co-présidents Michel Crauste et Serge Sanguinet, et par voie de conséquence entre les dirigeants soutenant l’un ou l’autre. S’agissant de la dernière réunion du comité directeur, lundi dernier, il nous a été rapporté que l’ambiance houleuse a montré les graves divergences qui n’ont fait que s’accroître au fil des jours. Nous ne mettrons pas de l’huile sur le feu. Toujours est-il que deux listes s’affronteraient pour les élections. Il en était question hier soir. Elles seraient conduites respectivement par Michel Crauste et Serge Sanguinet. On en sait un peu plus du côté du « Mongol » qui aurait notamment le soutien du trésorier actuel Jean-Claude Irigoyen, de Michel Hauser. Et d’autres personnes encore. Le maire suit bien évidemment l’affaire. On ne sait pas de quel côté il penche. Adepte du double langage, osera-t-il prendre une décision officielle ? Assistera-t-il à l’assemblée générale ? Pour l’heure, nous en resterons là. Si on vous en dit davantage, on pourrait nous faire des reproches. Comme nous ne voulons pas de mal au FCL, nous nous limiterons à notre mission (minimum) d’informateur, d’autant qu’il ne reste que quatre jours à attendre.

Plan B pour la caserne des sapeurs-pompiers

La caserne des sapeurs-pompiers sera reconstruite à l’horizon 2015-2016. Rien n’est encore décidé. Disposant de peu de foncier, la mairie de Lourdes, après avoir cherché, a porté d’abord son choix vers la plaine d’Anclades. Mais, du côté des habitants du quartier et même de Michel Rebollo, le président de l’association familiale, par ailleurs adjoint au maire chargé de l’Urbanisme, on commence à redouter les nuisances (fini la tranquillité, circulation accrue, etc) que pourrait entraîner l’implantation de ce centre de secours new-look. Il est mis aussi l’accent sur la relative difficulté d’accès au centre-ville pour les soldats du feu. D’où la recherche d’un plan B. Celui-ci pourrait bénéficier de la prochaine zone d’activités du Monge avec l’acquisition des terrains de la SEB. L’endroit serait plus fonctionnel, proche de la future 2x2 voies. Avec un accès plus rapide vers le centre-ville (ça reste à prouver). Il semble que cela soit vu d’un bon œil par les autorités du centre de secours.

G.M.