Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Echos, Bruits et Chuchotements...

mardi 20 novembre 2012 par rédaction

UMP : Encore un mauvais choix d’Artiganave !

Depuis qu’il a décidé de mêler la politique à sa fonction de maire, le « royal » démocrate Artiganave n’en finit pas de faire les mauvais choix. Le dernier en date étant le soutien à François Fillon pour l’élection à la présidence de l’UMP. On connaît les résultats depuis dimanche dans le département. JPA s’est bien planté puisque largement désavoué dans les deux circonscriptions. S’est-il enfin rendu compte du désintérêt des militants à son endroit ? Ce n’est pas en se retranchant avec trois ou quatre supporters dans le cagibi de la permanence de l’UMP (rue de l’Harmonie à Tarbes) qu’il gagnera la sympathie des militants. Ces derniers en faisaient l’observation dimanche lors du fameux vote qui devait départager Fillon et Copé. Certains de ses proches aiment à dire aujourd’hui que, dans un premier temps, les préférences artiganaviennes allaient vers Jean-François Copé. Mais la pression de son directeur de cabinet lui a fait choisir finalement François Fillon. Avec le succès que l’on sait. Depuis l’annonce, hier soir, des résultats de l’élection à la présidence de l’UMP, la carrière politique du maire de Lourdes va prendre un autre tournant. Difficile pour lui de continuer à « militer » à l’UMP. Il serait en effet étonnant qu’il soit reconduit au poste de secrétaire départemental où il a brillé par son inefficacité. Tout comme s’est évanouie son intention de briguer la présidence de l’UMP 65 où il a dû enfin s’apercevoir qu’il n’avait aucune chance de supplanter Gérard Trémège, le maire de Tarbes. Va-t-il faire des appels du pied à l’équipe de Jean-Louis Borloo pour lui sortir la tête de l’eau ? Le tandem qui se vante d’influencer Arti cherche la tactique à appliquer !

Serge l’omniprésent

Serge Labordère qui est arrivé à la mairie de Lourdes pour sauver le « soldat » Artiganave colle de plus en plus aux basques de ce dernier. Il ne le lâche plus. En tant que directeur de cabinet, il accompagne son patron quasiment partout . On le voit fréquemment (et pas que lui !) à Paris avec JPA. La dernière sortie commune dans la capitale a été agrémentée par une visite à Marcoussis où réside le XV de France. Serge Labordère dont on ne connaissait pas la fibre rugbystique était là pour offrir avec Artiganave au président de la FFR un cadre représentant la fresque du stade Antoine Béguère. Comme en témoigne un cliché paru ce matin dans la NR et que l’auteur (e) n’a pas osé signer* .

*NDLR*. Un lecteur nous signale que la photo est bien signée "Delphine Pereira" (nous n’avions pas vu la signature sur le bord gauche). Et notre lecteur de rajouter parlant du groupe de presse concerné : "Ils ont du fric pour affecter une hagiographe à temps complet auprès du phare de la pensée et conducator local".

Rénovation de la piscine : un chantier de 9,2* millions d’euros !

Où en est le dossier de la piscine de l’avenue Alexandre Marqui ? Pas mal de Lourdais se posent la question. Artiganave avait souhaité que la piscine new-look soit mise en service, sur le pôle Alexandre Marqui, avant le prochain renouvellement municipal, c’est-à-dire en 2014. Ce sera raté. « Encore des paroles en l’air ! », lance-t-on du côté de ses opposants. Aujourd’hui, nous apportons des éléments nouveaux. La semaine dernière, le cabinet chargé d’étudier ladite restructuration a livré ses conclusions : il en coûtera la bagatelle de 9,2 millions d’euros ! Pour le prix qu’aura-t-on ? Une nouvelle armature puisque l’actuelle va être démolie. Les bassins seront conservés. A l’extérieur, il y aura une plage aqualudique, du moins si Arti et sa majorité en acceptent le coût (300 000 euros). Pas question d’y installer des toboggans pour les enfants. Par contre, pendant que les tout-petits pourront s’amuser en cet endroit, leurs parents auront la possibilité d’aller dans l’espace bien-être pour profiter du hammam et du sauna. S’agissant du financement, la formule d’un partenariat public-privé (les fameux PPP) a été un temps évoqué. Selon nos sources d’informations, des pourparlers avaient été engagés avec la société Lavalin. L’option était défendue par Serge Labordère, le directeur de cabinet de JPA, dont on dit que son influence auprès de l’actuel locataire de l’hôtel de ville est de plus en plus grandissante. Pour financer le projet, on recourra à l’emprunt. L’endettement de la ville en prendra donc un coup.

* NDLR. C’est bien 9,2 millions d’euros et pas 92. Nos lecteurs auront rectifié d’eux-mêmes.