Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Echos... Bruits et chuchotements.

samedi 16 janvier 2010 par rédaction

Nous avions annoncé, il y a plusieurs semaines, que le maire de Lourdes, Jean-Pierre Artiganave, secrétaire départemental de l’UMP, figurerait en n°3 sur la liste UMP des Régionales conduite par Gérard Trémège, le maire de Tarbes. A l’époque, l’info était sérieuse. Nous nous étions alors étonné de cette décision, nous rappelant que l’actuel locataire de l’hôtel de ville de Lourdes, avait toujours dit qu’il se consacrerait uniquement à son mandat de maire. Mais auprès de l’état-major UMP, JPA avait précisé, offusqué, qu’il n’avait jamais tenu un tel discours. Depuis une semaine, nous savions qu’il avait déclaré forfait et attendions ce samedi la sortie de cette chronique reprise après la trève des confiseurs, pour l’annoncer. Les évènements nous ont pris de vitesse. Jeudi soir, lors des vœux communs (Evêque, Mairie et Cité Saint-Pierre) à l’accueil Notre-Dame, M. Artiganave a déclaré publiquement dans son intervention qu’il n’était pas candidat aux élections régionales. Et ce samedi, dans les colonnes de la NR, l’info nous est annoncée, soit disant en primeur. Il est vrai que depuis cinq mois (le 14 août 2009 précisément), JPA et certains de ses adjoints ne réservent leurs informations qu’aux seuls journalistes du grand groupe de presse régional. Artiganave, jadis si friand de conférences de presse, s’interdit désormais d’en tenir pour plaire à certain(e)s.

Pour en revenir aux Régionales, on va vous dire en fait ce qui a poussé JPA à renoncer à briguer le dossard n°3 sur la liste UMP. D’abord, il a fait de savants calculs et a abouti à ce que nous disons depuis longtemps : l’opposition de droite dans les Hautes-Pyrénées ne pourra pas avoir plus de deux sièges au conseil régional. Ensuite, dans son entourage, on rapporte qu’il a été véritablement "tétanisé" par l’impopularité qui le poursuit sur le terrain lourdais. Des sondages d’opinion seraient à ce point édifiants. Les sujets ne manquent pas pour expliquer sa chute libre dans la cité mariale : la suppression du PN 181 et ses conséquences, le projet d’hôpital commun Tarbes/Lourdes à Lanne avec la disparition d’un hôpital à Lourdes, le dossier de pôle commercial de la SARL Guignard Promotion et ses 9000 m2 à l’Aquarium qui braquent les commerçants lourdais même si avec son lieutenant Azot il se dit aujourd’hui opposé au projet, les travaux d’aménagement du carrefour Bouillot et et de l’avenue Alexandre Marqui, sans oublier la politique nationale qu’il applaudit des deux mains. Il se chuchote par ailleurs qu’il aurait appris qu’un certain électorat de droite lourdais s’apprêtait à le sanctionner en le faisant rayer sur le bulletin de vote, ce qui rendrait le vote nul. La barre des 500 bulletins nuls avait même été envisagée (sic). Si tel avait été le cas sur la ville de Lourdes, cela aurait fait désordre pour son maire.

Finalement, Artiganave accusé par son opposition municipale de cumuler les fonctions, va faire plaisir à Bruno Vinualès qui l’avait sérieusement titillé lors de la dernière séance publique. Depuis, on a appris qu’il avait renoncé à la présidence de la Maison Commune Emploi Formation du Pays des Gaves, laissant la fonction à Claude Gaits (PRG). Maintenant, il ne veut plus aller au conseil régional. "Je souhaite me consacrer entièrement aux fonctions qui sont les miennes" apprend-on ce matin. "Enfin !" vont dire certains...

G.M.