Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Echos, Bruits et Chuchotements...

lundi 15 octobre 2012 par rédaction

La prestation ratée d’Artiganave

Après la conférence de presse commune sur le dossier des hôpitaux de Tarbes et Lourdes, d’aucuns pensaient que les relations entre les deux maires UMP de Tarbes et Lourdes s’étaient améliorées. Eh bien, il n’en est rien. C’est toujours aussi tendu entre eux deux. Les militants présents la semaine dernière à la permanence de la rue de l’Harmonie, à Tarbes, pour la tenue du comité départemental de l’UMP présidé par Gérard Trémège et auquel assistait bien évidemment Artiganave, secrétaire départemental, s’en sont aperçus. D’ailleurs, la plupart des 70 à 80 personnes présentes ce soir là n’en sont pas encore revenues. Dès le lendemain matin, nous étions informé de ce qui s’était déroulé. Mais cela nous paraissait tellement ENORME que nous avons jugé nécessaire de recouper nos informations.

Gérard Trémège est revenu sur le « brulôt » paru dans la presse sous forme de lettre ouverte signée Artiganave (http://www.lourdes-infos.com/65100lourdes/IMG/pdf/Tribune_politique_JPA.pdf). Gérard Trémège a dit devant les militants ce qu’il en pensait. Il n’a pas mâché ses mots. Avant de céder la parole au maire de Lourdes, il a voulu un échange avec l’assistance. Il a constaté que la quasi totalité des militants l’approuvait, Artiganave ne pouvant compter que sur ce que nous avions appelé pendant sa désastreuse campagne électorale « son bureau ambulant ».

Quand il a pu enfin s’exprimer, Arti était blanc comme un linge. Pour sa défense, il n’a rien trouvé de mieux que d’attaquer lourdes-infos (sic) qui s’en prendrait aussi selon lui à sa vie privée. (re-sic). Ce n’est pas la première fois qu’Artiganave utilise cet argument qui est faux et archi-faux. Jamais, nous n’avons dit un mot sur sa vie privée. Ce n’est pas le genre de la maison. Qu’il apporte la preuve du contraire. Il ne pourra pas. Il a aussi accusé à Gérard Trémège de soutenir notre site. Là aussi c’est FAUX et ARCHI-FAUX. Le maire de Tarbes auquel on n’apprend pas la communication ne fait pas, lui, de sélection dans les medias locaux et départementaux. Alors que ce grand « démocrate » d’Arti est un orfèvre dans le tri sélectif… médiatique. Entre parenthèses, il paraît qu’il a aussi quelqu’un d’autre ( dans la presse lourdaise) dans le collimateur ! Nous ne lui ferons pas le reproche de soutenir pour sa part un site qui n’a aucun impact sur Lourdes (la vidéo de sa permanence mobile pendant la campagne artiganavienne des législatives a été vue 66 fois, une misère !) et à la tête duquel on trouve le même responsable de la rédaction de « Vivre Lourdes », le coûteux magazine municipal. Dans la salle, les militants ont été stupéfaits par la prestation de leur si peu performant secrétaire départemental. La responsable des jeunes UMP des Hautes-Pyrénées lui a fait savoir en l’interpellant. Artiganave s’est mis dans une colère noire, lui disant en substance qu’il n’avait aucune leçon à recevoir de sa part, qu’elle n’avait rien prouvé jusqu’à présent. A 20 ans, ça fait mal d’entendre de tels propos !

A la sortie, les militants se retrouvaient par petits groupes. «  Qu’est ce que cherche Artiganave ?  », les discussions allaient bon train autour de cette interrogation. Et certains de dire qu’en 2014, si certaines villes pourraient basculer de gauche à droite, Lourdes pourrait bien être une des rares à basculer de droite à gauche. A méditer dans le camp artiganavien…

Quand Artiganave se sert de son secrétariat à la mairie à des fins politiques

Le très donneur de leçons Artiganave ne recule devant rien. Il n’hésite pas à demander à son secrétariat personnel, à la mairie de Lourdes de travailler pour lui en tant que secrétaire départemental de l’UMP. Un mélange des genres pas très orthodoxe, c’est le moins qu’on puisse dire. « Ça se fait ailleurs », diront ses fans. Peut-être et même sans doute. JPA qui se pare de la transparence la plus totale dans l’exercice de son mandat de maire nous avait déjà fait le coup pendant sa calamiteuse campagne législative. Son secrétariat à la mairie avait fonctionné : coups de téléphone, mails, courriers divers. Est-ce que ces services rendus sur le dos des contribuables lourdais ont été mentionnés dans son compte de campagne ? Mystère. Depuis quelque temps, il remet ça. On en veut pour exemple les courriels partis (lire ci-dessous) en direction de la presse locale pour informer le public de la tournée artiganavienne des sections locales de l’UMP 65 (à Vic-en-Bigorre, à Asté, à Cauterets). Cette soif de visites qui le dévore aujourd’hui en a interpellé plus d’un dans le camp umpiste haut-pyrénéen. Certains rappellent qu’Artiganave n’avait pas mouillé autant sa chemise pour Nicolas Sarkozy. En fait, Artiganave a voulu tâter le pouls des militants. Savoir qui de lui ou de Gérard Trémège avait le plus la cote. Après les trois réunions programmées, il a compris : il n’ira pas défier son collègue maire de Tarbes pour la présidence départementale du mouvement. C’est mission impossible. Depuis, il le dit, l’amertume aux lèvres.

Sidérant !

De tous temps, le bureau municipal de Lourdes (quelle que soit la municipalité) se réunissait une fois par semaine. C’était l’occasion pour le maire et ses adjoints de traiter certains dossiers à chaud. De suivre en somme les affaires courantes. Depuis quelque temps, les réunions hebdomadaires du vendredi n’attiraient plus beaucoup de « clients ». Il était fréquent que les élus se retrouvent seulement à 4 ou 5 autour d’Artiganave, alors qu’il y a neuf adjoints et trois ou quatre conseillers délégués. Cela prouve le désintérêt de la majorité municipale. Notre « royal » premier magistrat a tiré les enseignements : désormais le bureau municipal ne se réunira au minimum que tous les 15 jours ! C’est tout simplement sidérant. Comme si une ville de l’importance de Lourdes pouvait se passer d’un bureau municipal hebdomadaire ! « A quoi bon y aller, confient certains élus, puisque tout est décidé à l’avance et que l’on ne nous dit pas tout !  » Ambiance, ambiance…

Déjeuner en tête en tête

Non ce n’est pas ce que vous pensez et pourtant c’est bien d’un déjeuner qui concerne Artiganave. Cela s’est passé vendredi dernier 12 octobre.. L’invité de JPA était Mgr Brouwet, le nouvel évêque de Tarbes et Lourdes. En quoi la ville de Lourdes peut être utile aux sanctuaires ? C’est le genre d’interrogation que notre grand « démocrate » a bien pu poser à un moment où les sanctuaires enregistrent une baisse des dons et des legs. Et de promettre sans doute qu’il allait s’occuper aussi avec la SNCF et RFF du problème des trains de pèlerinage. Un dossier qui revient depuis 10 ans sur le bureau de l’actuel premier magistrat et pour lequel il a démontré une effarante inefficacité. La réhabilitation des berges du gave dans le cadre du projet Peyramale-Paradis a-t-elle évoquée ? That is the question.