Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Veille sanitaire de la faune du Parc national des Pyrénées : un bilan positif

lundi 28 décembre 2009 par rédaction

Communiqué

Le comité de pilotage sur la veille sanitaire de la faune sauvage du Parc national des Pyrénées s’est réuni* le 15 décembre, à Lagor. Rappelons que le Parc national des Pyrénées a monté, depuis 2002, un programme de veille sanitaire passive sur son territoire. Il s’agit de récupérer les cadavres de la faune sauvage, et de les faire analyser. Ceci, dans le but de rechercher des maladies réputées contagieuses* et d’appréhender leurs relations avec la faune domestique, mais aussi d’évaluer l’impact de l’activité humaine sur la faune sauvage (électrocutions, collisions, intoxications). En parallèle, un programme d’analyse sanguine sur les isards a été mis en place, afin de déterminer la présence ou l’absence de maladies.

En 2002, la veille sanitaire portait sur les rapaces, et, depuis 2008, ce sont tous les mammifères et oiseaux qui sont analysés, avec des recherches spécifiques sur les chauves-souris (rage), le sanglier pour la tuberculose et l’isard pour les maladies propres à l’espèce (pestivirose) ou en lien avec les ovins (FCO et agalaxie).

En 2009, plus d’une centaine de cadavres a été analysée, dont les deux tiers sont des oiseaux. La Ligue de protection des oiseaux (LPO) finance une partie des analyses.

Aucune maladie pouvant contaminer l’homme ou la faune domestique n’a été détectée. Aucune contamination en agalaxie contagieuse – cette maladie touche les ovins - n’a été relevée. Rien, non plus, du côté de la fièvre catarrhale ovine (FCO), et absence totale de tuberculose sur le blaireau et le sanglier.

Seuls quelques cas de maladies propres à la faune sauvage ont été diagnostiqués. C’est le cas de la gale du renard, non transmissible à l’homme et à la faune domestique, de la leucémie du chat forestier. Cependant, on relève d’importants problèmes bactériologiques sur les oiseaux, ainsi que des cas d’intoxications par organochlorés (produits de traitements liés aux activités humaines).

Pour 2010, la veille sanitaire entend renforcer la surveillance de la maladie de Carré qui touche principalement les carnivores, et aussi celles sur la tuberculose aviaire et la trichinose.

*Etaient présents : le parc national des Pyrénées, les laboratoires des Pyrénées, trois vétérinaires nationaux spécialisés, des représentants des usagers des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées Atlantiques -chasseurs, éleveurs-, la LPO, les directions des services vétérinaires (DSV), un représentant du 64 et un du 65 des vétérinaires praticiens et le réseau SAGIR ainsi que du Ministère de l’Agriculture.

* la surveillance de ces maladies est en effet réglementée au plan national et fait partie des missions de base d’un établissement public tel que el Parc national