Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Saint-Pé-de-Bigorre : Sauvé !

jeudi 26 avril 2012 par rédaction

Samedi 21 avril, au petit jour, un guide breveté en spéléologie accompagnait un groupe de 3 jeunes et un accompagnateur, initiateur en spéléologie, pour une sortie en initiation au gouffre de la borne 109, sur les hauteurs de Saint-Pé. Après un parcours d’environ 500 m et à 60 m de profondeur, le guide a fait une chute. Immobilisé, il lui était impossible de remonter par ses propres moyens. Afin de ne pas perdre de temps, l’accompagnateur a mis les 3 jeunes en sécurité et est remonté seul à la surface pour appeler les secours. Le conseiller technique auprès du Préfet a reçu l’alerte à 9h30. Immédiatement, le plan secours spéléo fut déclenché.

A 11h00, la première équipe était en contact avec la victime. Grâce au système Nicola, transmission par le sol, les informations remontent « en direct » et un médecin spéléologue et bénévole est alerté.

A 12h30, le verdict est tombé : fracture de la jambe. Durant la matinée, le conseiller technique a organisé et mis en place 3 équipes d’évacuation (de 3 à 8 membres), tout au long du parcours souterrain très technique. Ce boyau est alors équipé pour permettre l’évacuation par civière de la victime. L’étroitesse de la zone dénommée « Kamasutra » rend l’opération d’évacuation très technique et difficile. Pour y passer, un spéléologue doit se contorsionner… mais avec une civière rigide, c’est plus délicat ! Les 3 jeunes ont pu ressortir à 11h30.

A 15h00, la victime est mise en civière. A la surface, le poste de commandement réceptionne toutes les informations. Le déroulement de l’opération est tout à fait normal. Alors qu’un spéléologue aurait mis 1h30 pour remonter à la surface, notre victime a retrouvé l’air libre à 20h18 ! « Sauvé ! » a-t-on pu entendre sous la tente du poste de commandement, sous les applaudissements des participants, heureux de cette belle réussite.

Heureusement, cette initiative n’était qu’un exercice de secours spéléo. Pourtant initié par la Préfecture des Hautes-Pyrénées (choix de la date notamment), cette opération n’a pu être suivie par les corps constitués de l’Etat (CRS, PGHM et pompiers), pour devoir de réserve (lié aux élections présidentielles !!!). Seuls les bénévoles du Spéléo Secours Français, de la Croix Rouge (mise à disposition d’une tente gonflable avec chauffage et électricité) et de l’Association Départementale des Radios Amateurs au service de la Sécurité Civile (test de systèmes de communication possibles en ces lieux, téléphone, Internet…) ont assuré, avec efficacité et succès, ce sauvetage. 45 personnes, dont la moitié du département renforcés par des bénévoles du 64 et du 32 (la solidarité dans le milieu de la spéléologie est très importante), ont participé à cet entrainement qui, outre la technicité que maîtrisent parfaitement les spéléologues présents et très motivés, permet aussi de régler l’intervention des divers corps de sauveteurs (professionnels et bénévoles) pour plus d’efficacité. Malheureusement, cette cohésion n’a pu être testée lors de cet exercice, seuls les bénévoles étaient présents ! Bruno Nurisso, conseiller technique, tient à féliciter tous les intervenants et à remercier la propriétaire de la ferme Couret, pour son accueil et sa compréhension. Chapeau à tous ces bénévoles !

Pierre Demasles