Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Echos, Bruits et chuchotements…

vendredi 9 mars 2012 par rédaction

Retour sur une visite ministérielle

Samedi dernier, comme nous avons déjà eu l’occasion de le dire, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, est venu à Lourdes faire un passage éclair. Le « démocrate » maire de Lourdes avait fanfaronné lors de la visite de Rachida Dati en annonçant que le ministre de la Culture viendrait à sa demande dans la cité mariale. Il oubliait à l’époque de préciser que c’était d’abord Tarbes que Frédéric Mitterrand avait coché sur son agenda. Et pour cause, il n’entendait pas rater l’inauguration du remarquable musée des Hussards. Si le ministre de la Culture est bien venu à Lourdes au château-fort, cela s’est fait dans la précipitation. Puisque, à l’heure où le ministre devait commencer sa visite lourdaise, il n’avait pas encore terminé son discours au Musée des Hussards. Son entourage auprès duquel nous nous trouvions s’interrogeait : fallait-il annuler la visite et se rendre directement à la basilique du Rosaire découvrir les mosaïques que Frédéric Mitterrand voulait voir absolument ? Finalement, si le ministre de la Culture a décidé de venir au château-fort, Artiganave n’a pas à gonfler les muscles pour souligner qu’il était, lui, capable de peser sur un ministre. En fait, celui qui a insisté auprès de F. Mitterrand pour qu’il visite, même à la vitesse de l’éclair, le château-fort, c’est Gérard Trémège, le maire UMP de Tarbes. L’influent c’est le Tarbais, pas le Lourdais. Désolé JPA.

Législatives : pas de directeur de campagne pour « Arti » , des référents !

Candidat UMP dans la deuxième circonscription aux élections législatives de juin prochain, le maire de Lourdes a promis une campagne originale. « Du jamais vu ici ! », nous a confirmé quelqu’un de son entourage. On a pu percer quelques secrets. Ainsi, on a appris qu’Artiganave n’aurait pas de directeur de campagne. Par contre, il disposera de ce qu’il appelle des référents. Il en aura 11 (dont 3 à Lourdes) sous sa coupe, chargés de couvrir la circonscription. Ça évoque une équipe de football sur un terrain à priori défavorable. On peut penser que Serge Labordère, son actuel directeur de cabinet, sera le gardien de but, chargé de la tactique. En milieu de terrain, il y a tout lieu de penser que ce seront des Lourdais. Le choix s’annonce difficile. A la pointe de l’attaque, on devrait trouver Jacques Béhague, le conseiller général UMP du canton de Luz-Saint-Sauveur. Là où le sélectionneur est devant un vide sidéral, c’est à Tarbes.

Et qui aura en charge son compte de campagne ? D’aucuns le disaient en disgrâce, il semblait en recul : eh bien non, Michel Azot a accepté d’être le directeur financier. Chargé des finances en tant qu’adjoint au maire, il faudra qu’il veille à ce qu’il n’y ait d’interférences entre les affaires de la ville de Lourdes et la campagne législative. Nous apportons cette précision car nous avons appris qu’Artiganave n’ouvrira pas de permanence à Lourdes. Les directives partiront-elles alors de la mairie ? (Rappelons les invitations pour les visites de Rachida Dati et de Pierre Trouillet, directeur de la CCI de Paris, réalisées depuis la mairie avec relances téléphoniques depuis le secrétariat de JPA). Les contribuables lourdais financeront-ils indirectement sa campagne ? C’est ce que craignent ses opposants. Peut-être en sera-t-il question lors de la séance du conseil municipal de ce soir. Pas de permanence à Lourdes ? Est-ce pour des raisons d’économie ? Ou est-ce qu’il a été impossible de trouver un emplacement bien situé au centre-ville ? Emplacement qu’a trouvé, semble-t-il, sa concurrente PRG Jeanine Dubié. Lequel ne devrait pas être très éloigné de l’office du tourisme et du monument aux morts.

Pas convaincant au meeting de J-F Copé

Le maire de Lourdes, secrétaire départemental de la fédération UMP des Hautes-Pyrénées, n’a pas fait forte impression lors du meeting de Jean-François Copé à Tarbes. Son discours n’a guère passionné les militants. Et à l’applaudimètre il a été largement battu par son collègue maire de Tarbes, Gérard Trémège. Il était arrivé sur l’estrade, effacé derrière le secrétaire général de l’UMP et derrière Gérard Trémège. Contraste saisissant : alors que ces derniers manifestaient de l’enthousiasme, on aurait dit que le maire de Lourdes portait sur lui la misère du monde. Pas de sourire, pas d’expression de joie ! Ça doit faire partie de la stratégie originale que l’on nous annonce. Quant au discours, qu’a-t-on retenu ? S’en prenant au candidat socialiste à la présidentielle, il a plusieurs fois répété : « Docteur François ou Mister Holllande ? ». Visiblement, avec cette expression,il était content de lui. Il ne pensait pas qu’à Lourdes, on allait lui retourner souvent : « Docteur Jean-Pierre ou Mister Artiganave ? » , tant les exemples ne manquent pas.

Pour ce meeting, on aura aussi remarqué le peu de Lourdais présents. Mauvais présage ? Ci-dessous une photo où l’on pourra reconnaître quelques visages lourdais. Bref, la soirée n’est pas à marquer d’une pierre blanche pour le maire de Lourdes, dont quelques personnes de son entourage cherchaient les raisons de ce qui ressemblait chez Arti à une bouderie. Qui aurait bien pu le contrarier ? Celle qui fulminait de n’avoir pu assister au comité départemental réservé aux seuls élus UMP ?

Le laboratoire de langues ne part pas de Lourdes

Depuis quelque temps, une rumeur circulait selon laquelle le laboratoire de langues de la CCI abrité dans un immeuble de la chaussée du Bourg donnant sur la place du Garnavie s’en irait. Renseignements pris auprès du président François-Xavier Brunet, il n’en est rien. Pour des raisons économiques et fonctionnelles (la configuration des locaux n’était pas idéale, beaucoup d’espace était perdu), la CCI a décidé de transférer le laboratoire de langues, place du Champ-Commun, anciennement Hôtel Café de la Halle, là où se trouvait Forum. Le rez-de-chaussée suffira pour l’instant. Il permettra d’accueillir 45 stagiaires, comme auparavant. Plus tard, il n’est pas exclu que le deuxième étage soit occupé. Les professionnels et salariés saisonniers n’ont donc aucun souci à se faire.

G.M.