Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Echos, bruits et chuchotements...

mardi 21 février 2012 par rédaction

Mairie de Lourdes : Le DGS annoncé ne vient plus !

Le 20 janvier dernier, nous annoncions la venue de Didier Lallemand , appelé à succéder à Philippe Bentz, directeur général des services, qui a fait valoir ses droits à la retraite. Le nouveau Directeur Général des Services, âgé de 55 ans, arrivait de la mairie de Montauban. Il devait prendre ses fonctions le 1er avril 2012. Et Philippe Bentz devait partir aux alentours du 20 mars 2012. On s’est étonné en apprenant la nouvelle (que le « démocrate » maire de Lourdes avait d’ailleurs confirmée en bureau municipal) qu’un haut fonctionnaire ayant sous ses ordres 1350 agents communaux plus ceux de la CMTR (communauté d’agglomération Montauban Trois Rivières), pour une population de 120 000 habitants, débarque dans une ville certes de renommée mondiale, mais qui ne couvre avec la CCPL qu’une population de 20 000 habitants. Etait-ce vraiment une promotion pour cet ancien cadre de France Télécom qui avait activement participé à la transformation de l’opérateur public en société anonyme ?

Avant de débarquer avec ses bagages, Didier Lallemand a tenu à s’informer sur la situation lourdaise. S’il sait se trouver sur un siège éjectable à la mairie de Montauban où la députée-maire UMP Brigitte Barèges paraît très menacée (aux législatives et aux municipales), il a fini par découvrir qu’il atterrirait à Lourdes sur des sables mouvants. Les municipales, elles semblent aujourd’hui très compromises pour Artiganave. Un peu comme l’anti-sarkozysme, c’est l’anti-Artiganave qui domine dans la cité lourdaise. Bon nombre d’électeurs, et notamment à droite, ne cachent pas qu’ils voteront d’abord contre l’actuel locataire de l’hôtel de ville et non pas pour une personnalité de l’opposition qui ne parvient pas pour le moment à se dégager. Didier Lallemand a dû être refroidi et le tableau enjolivé qu’un collaborateur artiganavien lui avait brossé lui a sans doute paru bien trop noir. Résultat des courses : le 1er avril 2012 (ce n’est pas un poisson), on ne verra pas Didier Lallemand à la mairie de Lourdes. Artiganave et son directeur de cabinet sont repartis à la recherche de l’oiseau rare. Philippe Bentz, quant à lui, va prolonger jusqu’au mois de juillet. On saura alors ce que pèse JPA, l’élection présidentielle et les législatives seront passées par là.

CCPL : pas de reproche !

Hier soir, comme tous les lundis, se tenait le bureau communautaire de la CCPL. Artiganave, le président, était présent. C’est d’ailleurs quasiment la seule fois de la semaine qu’il met les pieds au siège. On attendait de voir si Georges Castres, le vice-président, serait sermonné et pourquoi pas sanctionné par Arti pour n’avoir pas voté comme son président contre le financement de la future ligne TLP-Barcelone qui ouvrira en juin prochain (voir notre dernière rubrique). Nous terminions en écrivant : « Parions qu’Artiganave ne remontera pas les bretelles du "grand argentier" de la CCPL...  » Eh bien, une fois de plus, nous avions vu juste. Le grand « démocrate » lourdais n’a pas tancé son vice-président. Surtout pas de vague. Et basta la solidarité ! On peut vous dire que c’est resté en travers de la gorge de certains élus.

Porte-poisse

Samedi soir, notre grand démocrate lourdais a un moment hésité : participer à la procession aux flambeaux qui a lieu traditionnellement chaque année le jour de la fête de Sainte-Bernadette ou aller soutenir le FC Lourdais qui jouait contre Limoges. Finalement, il s’est décidé pour le stade Antoine-Béguère. On l’a bien vu dans la tribune d’honneur encadré d’un côté par son égérie Pereira et de l’autre par la « super-pro » (de l’édition ? de la photo ? de la vidéo ?) Gautier, celle qui nous a pondu, en 2009, avec sa copine un premier numéro du magazine de la CCPL avec pas moins de 32 fautes (revoir). Et puis remarquée aussi la présence d’ Antoine Artiganave , le fiston, de passage à Lourdes, avant de rejoindre paraît-il le Qatar. Quand on vu arriver ce beau monde, nous et d’autres aussi, se sont dit : « Tiens, les porte-poisse sont là. Ça ne sent pas bon pour le FCL ! ». C’est vrai que la plupart du temps quand Arti et sa compagnie vont encourager les rugbymen lourdais, cela se traduit par une défaite (voire au mieux un match nul) des « bleu et rouge ». Eh bien ça n’a pas manqué. Le FCL s’est incliné, suscitant les plus vives inquiétudes chez les supporters. Une suggestion : le 4 mars, ce serait plus prudent de ne pas aller à Mauléon.

Représentation municipale exsangue : mais où sont donc passés les élus ?

Au fur et à mesure que le mandat municipal approche de son terme, on remarque de plus en plus la maigre représentation des élus lourdais à la plupart des cérémonies. Les manifestations culturelles ne semblent guère intéresser beaucoup de conseillers, ça se constate depuis longtemps déjà. C’est toujours la même poignée d’élus qui est présente. Il en va de même des célébrations religieuses. Ainsi pour le 154e anniversaire de la première apparition, le 11 février dernier, aux côtés du maire, on notait deux seuls édiles lourdais, et les conseillers généraux José Marthe et Josette Bourdeu. Pour la fête de Sainte-Bernadette, samedi dernier, ils étaient trois avec Arti. Le soir, pour la messe des Chanteurs Montagnards, ils n’étaient que deux. Il est loin le temps où il fallait réserver à l’église 5 rangées pour le conseil municipal de Lourdes et son maire François Abadie. L’actuel premier magistrat n’a vraiment aucune emprise sur sa majorité qu’il ignore superbement par ailleurs. Ainsi, ont-ils été nombreux à apprendre par lourdes-infos.com que le nouveau Directeur général des services ne venait plus à Lourdes…