Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Circulation suite à la suppression du PN 181 : la mairie doit revoir sa copie !

vendredi 27 janvier 2012 par rédaction

Décidément, la fermeture du PN 181 n’en finit plus de créer des problèmes à la municipalité lourdaise. Lors d’une dernière réunion , le maire a annoncé des décisions qui vont à l’encontre de ce qui avait été prévu dans une réunion précédente. Une reculade de plus ! Le nouveau projet concocté par les cerveaux « artiganaviens » va mettre carrément le bazar.

Les riverains, ceux qui sont les plus nombreux, et pas la poignée qui a fait changer d’avis l’actuel premier magistrat , demandent une véritable concertation. La mise en sens unique, dans le sens montant, de la rue de Bretagne va avoir de lourdes conséquences sur le plan de la circulation. Les riverains du chemin de Lannedarré, de la rue de l’Ukraine directement concernés veulent être concertés. « Il n’appartient pas exclusivement aux riverains de la rue de Bretagne, encore moins aux riverains de Lannedarré de décider du sens de la rue de l’Ukraine », nous disait cette semaine un riverain bien connu. Lequel ajoutait : « Pour quelques places de parking sur la rue de Bretagne (combien ?), la municipalité sacrifie l’intérêt général ». Pour lui et plusieurs autres personnes du secteur "la ville renonce à améliorer la desserte du quartier de Lannedarré, à fluidifier l’accès à l’avenue Antoine Béguère et à désengorger le trafic de cette avenue, pénalisant de surcroît des centaines de riverains, usagers de la rue de l’Ukraine, directement concernés et non concertés pour être candidats aux bouchons avec tout le secteur du quartier de Lannedarré".

Autre problème qui va survenir avec la mise en place d’un carrefour à feux en amont de la boulangerie : le désordre sera inextricable. Les voitures stationnées devant la boulangerie et le bureau de tabacs ne pourront plus sortir ni circuler. Avec cette insécurité accrue, les piétons hésiteront à traverser la chaussée. Les bouchons risquent de faire perdre patience aux automobilistes rue de l’Ukraine et avenue Antoine Béguère.

La rue de Gascogne va changer de sens. Conséquences : le trafic et un embouteillage supplémentaire seront constatés rue de l’Ukraine. Avec le changement de sens de la rue de Gascogne, la rue de Bretagne va servir de parkings « arrêt-minute » à des usagers qui repartiront vers le centre-ville par la rue de l’Ukraine. Cela représente des centaines de véhicules par jour qui vont engorger la rue de l’Ukraine et l’avenue Antoine-Béguère aux heures de pointe. (Comme à la sortie d’un grand match) Les bouchons sur l’avenue Béguère et sur la rue de l’Ukraine paralyseraient le quartier de Lannedarré et par ricochet le centre-ville. Beaucoup d’autres choses seraient à relever. Ainsi, le secteur est emprunté pendant la saison par de nombreux pèlerins qui se rendent à pied à Bartrès. Les trottoirs y sont étroits et souvent dégradés. Une voiture de malade, une poussette d’enfant ne peuvent y circuler.

Bref, il est temps que le maire entende enfin les riverains et qu’il ne fasse pas, comme c’est souvent le cas, la sourde oreille. Il devrait y avoir bientôt une conférence de presse des riverains en colère et de l’association présidée par Christian Gélis.