Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Bruits et Chuchotements…

mercredi 27 juillet 2011 par rédaction

JPA : la grande classe

Dans notre précédente chronique en date du 21 juillet, nous avions posé la question « Qui, selon vous, a dit devant une dizaine de personnes : "Est-ce que vous avez des relations commerciales avec ce site de merde et ce journaliste de merde ?" » . Vous avez été nombreux à répondre par courriels. Deux noms sont revenus le plus souvent. La pigiste Pereira et son mentor Artiganave, le maire de Lourdes. Ce n’est pas la première même si l’on se souvient des propos haineux et orduriers qu’elle a tenus par deux reprises à notre égard (cliquez ici pour réécouter sa première sortie, et cliquez ici pour sa seconde sortie). Par contre, c’est bel et bien d’« Arti » le grand « démocrate » qu’il s’agit. On peut se demander qui déteint sur l’autre ! Ces paroles, il les a tenues il y a quelques mois devant une délégation d’anciens joueurs du Football-Club-Lourdais XV venus préparer, en mairie de Lourdes, le centenaire du club. Eh oui, lourdes-infos.com qui a sans doute fait le plus pour promouvoir médiatiquement ledit centenaire – on n’a pas les chevilles enflées ni l’ego démesuré en affirmant cela – n’a pas pris un centime et ne s’est pas gavé comme d’autres sur le dos du FCL XV. Jean Abadie et Michel Corsini eux aussi ont écrit le livre du centenaire sans réclamer une compensation financière. Eh oui JPA, il existe encore à Lourdes des journalistes qui savent donner de leur personne et de leur temps pour un club qui les a fait rêver. Pour la couverture du centenaire, nous pensons également que nous avons été de très loin le media qui a le plus couvert l’évènement et ce jusqu’ avant le gala VIP pour lequel nous n’avions pas été convié. Un gala VIP dont nous reparlerons dans la journée.

Qui a profité des bracelets du Tour de France ?

Pour l’arrivée de l’étape à Lourdes du Tour de France, la municipalité avait eu droit de la part de la direction d’ASO à 40 bracelets réservés là encore aux VIP. Nous en avions un nous aussi mais venu d’un autre canal. Ces bracelets servaient de sésame et permettaient d’accéder près du podium d’arrivée et dans les tribunes avoisinantes. Les adjoints et conseillers municipaux de la majorité en ont été privés, sauf un ou deux. On ne parle pas des élus de l’opposition oubliés comme souvent. C’est Artiganave et son directeur de cabinet intérimaire qui ont procédé à la distribution. Furax, les élus lourdais n’ont pas caché leur mécontentement. Le maire prendrait-il les conseillers municipaux de sa majorité pour quantité négligeable ?

Centenaire du FCL XV : les plus et les moins

Dans l’ensemble, le centenaire du Football-Club-Lourdais XV a été une réussite qui en a surpris plus d’un dans une ville peu habituée à s’enflammer. Ce succès, on le doit surtout à l’amicale des anciens joueurs du FCL présidée par Michel Hauser qui s’était approprié l’évènement depuis plusieurs mois. Une amicale qui s’est attachée à développer le côté populaire des festivités avec pour finalité de reverser les bénéfices de la manifestation à l’école de rugby du FCL XV. Par contre, l’arrivée dans l’opération de l’association « AOC » « Association Organisation Le Centenaire » présidée par Philippe Rancoule, voulue par le maire qui voyait mal lui échapper « Le Centenaire », a quelque peu perturbé la préparation de ce centenaire programmé de longue date pour les 2 et 3 juillet 2011. Artiganave a imposé d’associer l’arrivée du tour de France et le centenaire. Un passage en force qui a failli tout faire capoter, puisque à plusieurs reprises, il y a eu des menaces de démissions. Nous n’inventons rien puisque nous étions dans le secret des Dieux. Voyons maintenant ce qui a fait l’unanimité et ce qui a donné lieu à la controverse, à la lumière des réflexions entendues ça et là.

Indiscutablement, le côté populaire du village a réjoui les supporters et anciens joueurs lourdais, notamment les plus anciens qui ont eu à cœur de se retrouver durant un jour et demi. La bodega et le buffet campagnard ont fait un carton (1200 couverts). L’Amicale est en droit de revendiquer ce succès avec l’aide ô combien précieuse des bénévoles du RIS (Rassemblement International des Sportifs). Sans eux (ils étaient une bonne cinquantaine), c’était mission impossible. Succès que l’on doit également à l’amicale : c’est le livre du centenaire écrit par Jean Abadie et Michel Corsini. Pour permettre la sortie de ce remarquable ouvrage, un ancien - Jacky Cauvis - s’est porté garant auprès de l’imprimeur. Et dire qu’Artiganave, lors d’une réunion, avait douté du professionnalisme des auteurs ! Il voulait que ce soit réalisé par les spécialistes « rugbystiques » du groupe de presse régional. Un opuscule pour lequel JPA s’est transformé en VRP est bien sorti avec le soutien financier de la ville de Lourdes mais il n’a pas eu visiblement le succès espéré. Signalons au passage que la municipalité artiganavienne avait commandé au départ 100 livres du centenaire. Avant de se rétracter pour finir par en commander ... 25 ! Par comparaison, notons que la Fédération Française de Rugby en a commandé 250, le comité Armagnac-Bigorre, le conseil régional et le conseil général se positionnant bien au-delà de la commande de la ville de Lourdes.

Pour illustrer l’aspect fédérateur du centenaire, nous mettons en ligne ci-dessous ces deux photos où l’on voit que politiques de gauche et de droite ont fait l’union sacrée. Et où était donc le maire de Lourdes, lui qui avait annoncé en conseil municipal qu’il paierait comme chacun les 15 euros (l’amicale a toujours avancé la somme de 20 euros, c’est dire s’il était au courant !) ?

Ce qui a été le plus critiqué (les langues se délient), c’est le gala VIP qui a mis à l’écart les vrais supporters. Pour cela, il avait été fait appel à la société événementielle toulousaine Team One. S’inspirant de ce qui est fait dans le Top 14, on est allé à la pêche aux entreprises pour réserver des tables au prix unitaire de 150 euros le repas ! Sous le chapiteau, ils étaient 400 personnes environ (40 tables de 10 et 6). Cela représentait une trentaine d’entreprises car la ville de Lourdes disposait à elle seule de 4 tables (l’équivalent de 6000 euros). Il serait intéressant que le « transparent » Artiganave nous dise qui a-t-il fait profiter de sa largesse (ou plutôt de la largesse des contribuables lourdais) ? Fera-t-il une communication à ce sujet lors du prochain conseil municipal où son opposition ne manquera sans doute pas de lui réclamer des comptes. Une opposition qui a, précisons-le, refusé les invitations.

Ce genre de gala VIP où l’argent fait la différence est très souvent risqué. Les oublis sont fréquents. Celui du samedi 15 juillet n’y a pas échappé. Plusieurs amoureux du FCL XV nous ont fait part de leur étonnement de ne pas avoir été conviés à cette soirée. Ils sauront à quoi s’en tenir. On terminera par la grosse bévue de ce final qui témoigne d’une énorme légèreté de la part du duo qui s’est occupé des invitations : Antoine Fernandez, le plus ancien dirigeant du FCL XV (plus de 60 ans de présence au club), a été carrément oublié !!! Ce brave et dévoué Antoine, sorti l’avant-veille de l’hôpital où il était soigné, rêvait de ce centenaire dont il a partagé longtemps l’existence. C’est lui qui était allé chercher le bouclier de Brennus à Saint-Gaudens pour le ramener le mercredi soir à Lourdes où les jeunes de l’école de rugby l’attendaient. Résultat des courses : il a été « zappé ». Comme d’autres…
Il nous reste maintenant à comparer ce qu’ont ramené dans les caisses « bleu et rouge » l’Amicale des Anciens d’une part et ASO-Team One d’autre part. Nous vous en toucherons deux mots bien évidemment.


titre documents joints

27 juillet 2011
info document : PDF
202.6 ko