Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Dojo lourdais : Marc Galan fait le point avec Khalid Boussif

dimanche 20 février 2011 par rédaction

Nos juniors et cadets ont disputé le week-end du 12 février à Toulouse le championnat régional en décrochant haut les mains la qualification pour les inters régions juniors et le championnat de France cadets.

Nathan et Romain terminent 3ème du championnat régional en démontrant une force de caractère non négligeable contrastant avec des carences technico-tactiques à travailler.

Marion est désormais, une vraie combattante. Elle prend beaucoup d’initiatives dans ses combats et ne lâche rien. Il lui reste à construire une détermination qui ne laissera pas à ses partenaires la place pour lui ravir le combat alors que tout était fait. Nous regrettons tout aussi bien ses résultats que nous louons sa progression et son évolution.

Floriant fût la star de dimanche. En effet, après 3 compétitions complètement loupées, il fait un sans faute dans la gestion, l’impulsion et la création. Il ne se contente plus de faire trébucher ou gagner au sol, mais met des "caramels" (durs) sur des techniques inédites comptées toutes par Ippon. Et si l’arbitre dormait au point de ne pas voir le 1er Ippon, il en met un deuxième sur ce combat. Il semble avoir tout compris (saisie, déstabilisation permanente en prise ou reprise d’initiative, prise d’avance, élan et finition.
Est-ce que ce sera imprimé durablement ?. En tout cas il décroche sa première sélection individuelle au niveau national.

Pierre fait une super entame avec un combat difficile où il ne renonce pas et reste en appui pour attaquer à droite et à gauche (nouveau aussi !!!) sans s’écrouler : ippon, mais bute contre sa bête noire qui l’a déjà sorti à Auch. Il se met alors en retrait et perd sans lâcher mais sans non plus modifier le rapport de force.

Max continue son chemin mais n’a pas encore la finition de Floriant et laisse échapper des combats qui sont maintenant accessibles pour lui. Il gagne son 1er tour puis suit un peu trop, gagne un autre tour et perd parce qu’il laisse trop la certitude à l’autre.

Gabin marque waza ari dans son 1er combat au sol et pour quelques secondes donne l’occasion à l’autre de lui marquer ippon. Au 2ème combat, il perd face à un partenaire expérimenté.

Nous évoquerons aussi la qualification de Marion Jardiné et Nathan Soutric pour les championnats de France académique Unss par équipe.

Première expérience nationale pour Marion et seconde pour Nathan avec la chance de participer à une entreprise collective. C’est sûrement une contribution essentielle de l’Unss que de permettre à des jeunes gens de participer à un championnat par équipe réunissant 4 garçons et 3 filles d’origine sportive différentes dans une même équipe.

Les effets seront sans nul doute positifs tant sur le plan personnel, relationnel que sportif.

Aux cotés d’eux, Benjamin, Floriant, Olivier et Romain ont eu eux aussi l’occasion de combattre et, de ce fait, de chercher à se sélectionner, entraînant avec eux des élèves motivés et talentueux du collège Peyramale [Kevin (2ème), Nayloudine (3ème), Quentin (3ème) et Yohan (3ème)].

Olivier termine brillamment à la 2ème place, Romain et Floriant à la 3ème d’une même catégorie très difficile, et benjamin à la 4ème place. Ils ne seront malheureusement pas pris pour la sélection.

Marc Galan revient donc sur ses résultats à la mi saison : « … des résultats encourageants avec un état d’esprit combatif et de

recherche qualitative collectivement soutenue. Qu’il me soit permis ici, de féliciter chacun des membres du groupe d’entraînement (notamment le groupe de t’huit ans et plus !!!), et des judokas qui nous font le plaisir de venir échanger avec nous (cf. art. Lourdes-infos), qui par leur seule attitude de travail et leur engagement authentique entraîne une vraie culture du randori permettant l’évolution de chacun sans renoncer ni à la qualité ni à l’intensité. … »

« …Pour moi c’est un retour en arrière formidable : Lorsque j’étais jeune judoka, les anciens n’étaient pas séparés (pour pratiquer du "soft judo") du groupe des combattants. Ils faisaient avec, nous mettant des "pions" (c’est comme ça qu’on disait quand on prenait des ippons) nous entraînant à faire face à chercher des solutions, à rentrer en relation, à redresser la tête, à prendre les choses en main, à nous connaître mutuellement...Bref le trait d’union culturel et humain est de mise. »

Félicitations à tous et banzaï.

Khalid Boussif pour le dojo Lourdais