Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Fermeture du P.N. 181 : la réouverture c’est Non !

mardi 10 novembre 2009 par rédaction

Ce mardi 10 novembre de 15h00 à 16h45, une vingtaine de personnes, membres ou sympathisants de l’association des usagers des rue et route de Pau, dont Alain Garrot, conseiller municipal PS, ont attendu sous une pluie battante sur le Parvis de la Préfecture, le retour de Christian Gélis leur président, et de Jean-Pierre Artiganave, le maire de Lourdes, reçus en audience par Françoise Debaisieux la préfète, assistée d’Hélène Roulland-Boyer, la sous-prèfète d’Argelès, dont dépend la circonscription de Lourdes, pour tenter d’infléchir la position de l’Etat, dans le but de rendre aux Lourdais l’utilisation du P.N. 181.

A leur sortie, Christian Gélis s’est exprimé devant la délégation qui avait eu le courage d’affronter les intempéries : « Madame la Préfète considère que la doctrine de l’Etat est constante désormais sur le sujet, à savoir que le passage à niveau est fermé, et qu’ il demeurera fermé. Comme nous, elle est dans l’attente du résultat de ce qui se passera au tribunal administratif, et nous a déclaré que la décision qui sera prononcée sera appliquée. La rencontre a été très courtoise. Elle peut nous proposer de nous donner le plus de mesures d’accompagnement que nous souhaiterons pour tenter de trouver les meilleures solutions possibles à l’aménagement de la périphérie du P.N. 181 (axes routiers, conditions de vie des particuliers). Les services de l’Etat se disent prêts à tenter d’apporter une aide pour des solutions. Pour ce qui est du passage à niveau, il est fermé, et de son point de vue, tant que cela dépendra d’elle, il restera fermé. Cela a le mérite d’être très clair. A l’initiative du maire nous avons proposé de trouver avec Réseau Ferré de France des solutions qui puissent pallier aux désordres occasionnés par la fermeture. Cela sera étudié, la Préfète s’engage à continuer à étudier ce qui permettra de rendre vivable cette fermeture, qui a son point de vue est franche et définitive. Pour ce qui nous concerne, il reste à savoir si nous en sommes d’accord ou pas, et, si comme je le comprends nous ne sommes pas d’accord, nous continuerons à mener une action de groupe et des manifestations sur des modalités que nous allons initier. Nous vous informerons les uns et les autres. Peut être nous rendrons nous sur les escaliers de la Mairie pour trouver un lieu où nous pourrons nous exprimer. Monsieur le Maire, comme nous tous, je tiens à le préciser, subit cette fermeture, car elle provoque beaucoup plus d’ennuis qu’elle ne résout la situation. Monsieur le maire est obligé de se conformer à la décision de l’Etat, il s’y conforme. Si demain on rouvre le passage à niveau, j’imagine qu’il en sera, en tant que premier magistrat, le premier satisfait. Aujourd’hui la Préfète a exprimé son désaccord quant à cette ouverture. Nous nous donnerons rendez-vous pour donner plus de visibilité à nos manifestations, y compris devant le bureau de Madame La Préfète, à laquelle j’ai annoncé que le mouvement ne faiblirait pas. Nous n’abandonnons pas ce que nous avons commencé ».

Henri Soulet