Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Dojo Lourdais : Qualifications par équipe des cadets aux championnats de France

mardi 7 décembre 2010 par rédaction

Ils l’ont fait... Certes Maxime Courtade, Florian Labarrière, Pierre Cachat-Melat, Nicolas Migliore (notre partenaire des Moustayous, élève de Sandrine Gilquin) et Gabin Nivelle en se hissant jusqu’à la finale des championnats régionaux, gagnent leur sélection au championnat de France.
Félicitations à eux, et surtout à leur capacité à faire équipe, c’est à dire à faire le mieux possible pour que le collectif se construise. Ainsi, sur cette journée physiquement et émotionnellement intense, le groupe s’est appuyé sur des élans autres que la seule valeur sportive.

Le premier effet visible est l’enrôlement de Gabin à cette aventure, le deuxième est la capacité et la détermination affichées lors des combats clés notamment par Max et Flo. La place de 2 (loupé de la finale) ramène cette équipe qui en veut à des valeurs humaines avec un sentiment mitigé entre satisfaction et surtout humilité.

Marc Galan l’entraineur qui a accompagné les 2 équipes (cadets et juniors) à Toulouse le samedi 4 décembre revient sur cette journée : « Je pense d’abord à ceux qui sont passés juniors cette année. Ils ont su l’an dernier se classer à la même compétition sur le podium, et échouent d’un petit rien (une équipe incomplète, un combat loupé alors que tout était fait) à la même sélection. Ce "loupé" l’an dernier associé à la poursuite du travail constructif dans lequel ils s’engagent depuis, est sans aucun doute un coup de pouce aux cadets de cette année. D’ailleurs, cette année les juniors n’ont pas à rougir de leur prestation. Romain Jardiné, Antoine Briand, Christophe Chauvin, Nathan Soutric et Benjamin Lafforgue se font éliminer certes au premier tour mais dans des conditions valeureuses. Les premiers combats ne suffisant à déterminer des vainqueurs (égalité de victoires et égalité de points) c’est lors de la deuxième manche que nos jeunes ont cédés leur place. »

A titre d’information, notre équipe alignait seulement des juniors 1ère année et Benjamin n’a qu’un peu plus de un an de judo (pour être plus précis, il a fait 1 an de judo à l’âge de 8 ans et a repris l’activité avec une avidité contagieuse il y a 2 mois...le résultat est impressionnant !!!). De plus, ils ont, quasiment tous, participé dans la catégorie de poids supérieure. Là, où les grosses équipes Toulousaines et des autres départements se regroupent, il nous a fallu compter sur nous-mêmes.

Mais avant ces juniors, il y avait l’équipe des Jules, Robin, Jean-Pierre, Alex, Guillaume, Sébastien. Certes trop éloignés des tapis actuellement (études obligent). En matière de construction nous savons que nous pouvons nous appuyer, le plus souvent possible, sur l’apprenti architecte, Jules Mousseigne, et le futur ingénieur, Sébastien Rieudebat.

Pour Marc Galan le do (ou voie) est long mais accessible : « L’expérience nationale de compétition de chacun des cadres techniques (Magali Lopez, Marion Dupont, Katia Dupont, Stéphanie Artigas) du dojo et de St Pé de Bigorre (Sandrine Gilquin), voire du très haut niveau (pour Katia et Marion toutes deux furent Athlètes de 1ère division et classées premières au niveau national de leur catégorie) associée à l’intention éducative qui les animent feront le reste : c’est à dire se servir de l’enjeu de sélection et des résultats pour faire vivre à chacun une tranche de vie authentique, intense, exigeante, mobilisatrice donc structurante où chacun est amené à jouer sa part, la plus ambitieuse possible et ainsi se découvrir autrement tout en contribuant à construire un collectif inédit mais s’inscrivant dans une histoire. Dans cette perspective, le résultat est second. Seul le cheminement impulsé compte. Il semble que les parents des jeunes du dojo Lourdais l’ont bien compris par l’accompagnement toujours plus dense et convivial qu’ils manifestent ».

Dans cette dynamique, nous ne pouvons pas opposer à notre sens le judo éducatif au judo sportif.

Bravo à tous.

Khalid Boussif pour le dojo lourdais