Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
     

Dans son discours d’ouverture de l’assemblée plénière des évêques de France, le cardinal Vingt-Trois a évoqué notamment la crise économique et sociale, et la question de l’immigration.

mardi 3 novembre 2009 par rédaction

Dans son discours d’ouverture de l’assemblée plénière des évêques de France, le cardinal Vingt-Trois a évoqué notamment la crise économique et sociale, et la question de l’immigration.

Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France, a ouvert ce matin à 9h la 49e assemblée plénière des évêques de France. Cette assemblée, la seconde en 2009, se tient à Lourdes jusqu’au dimanche 8 novembre en milieu de journée.

Avant d’en venir aux travaux de l’assemblée plénière, le cardinal Vingt-Trois a d’abord évoqué la crise économique et l’immigration, puis des événements qui ont récemment marqué la vie de l’Eglise universelle.

A propos de la crise économique et financière, dont il a mentionné les conséquences tragiques, le président de la Conférence des évêques de France a souligné que « c’est à une véritable réforme de notre pratique sociale que nous sommes appelés ». Il a salué le dévouement généreux des membres de l’Eglise qui « se portent au secours des détresses les plus criantes » et appelé « tous les catholiques à soutenir leur action ». « Nous appelons aussi les chrétiens à exercer pleinement leurs responsabilités de citoyens dans tous les domaines de la vie économique et politique pour construire une société plus juste » a-t-il ajouté.

Sa réflexion sur la question de l’immigration l’a conduit à rappeler trois points de repère :
- Les personnes en centre de rétention administrative doivent non seulement « bénéficier de moyens de subsistance dignes d’une personne humaine, mais encore elles doivent pouvoir accéder normalement aux informations nécessaires à leur défense ».
- « Le fait d’être en situation irrégulière ne fait pas perdre ses droits élémentaires à quelque personne que ce soit. Ayant enfreint la loi, elles doivent néanmoins bénéficier de la protection de la loi. En particulier, leurs demandes de droit de séjour ou de reconnaissance de leur statut de réfugié
ne sauraient rester sans réponse sur des longues périodes ».
- « Quel que soit le bien-fondé des décisions judiciaires ou administratives, leur application doit respecter ceux qui sont concernés, en particulier les enfants et les jeunes pour lesquels les liens familiaux doivent être privilégiés ».
Le cardinal Vingt-Trois a également souhaité que « la répression des réseaux de traite humaine soit poursuivie avec fermeté sans que cette action se retourne encore sur leurs victimes ».

Parmi les événements qui ont récemment marqué la vie de l’Eglise, le cardinal Vingt-Trois s’est attardé en particulier sur le synode pour l’Afrique. Il a noté, à ce propos, que « notre Eglise a une belle vitalité et une grande force dans ce continent pour rassembler une telle représentation de ses évêques par delà les différences de chaque région et de chaque pays ».

Revenant sur la canonisation de Jeanne Jugan, la fondatrice des Petites Soeurs des Pauvres, l’archevêque de Paris a estimé que « sa sainteté est un message d’espérance pour notre monde : le vieillissement, l’isolement ou les handicaps de la fin de vie ne font pas de celui qui les subit un personnage inutile n’ayant de prix pour personne. La valeur de notre vie, sa dignité, ne tient pas à ce que nous faisons, à l’image que nous avons de nous-mêmes, ou aux projets que nous
réalisons. Elle se découvre dans le regard d’amour, d’espérance ou de fraternité que les autres portent sur nous. C’est parce que nous avons du prix à leurs yeux que notre vie vaut la peine d’être vécue ».

Enfin, à propos des travaux de cette assemblée plénière d’automne, le président de la Conférence épiscopale en a rappelé les différents axes tout en indiquant que le centre en serait "Demain la vie de nos communautés", qui sera « nourrie et éclairée par les conclusions du groupe de travail sur "l’Indifférence religieuse et la visibilité de l’Eglise" et par le dossier "Mouvements et associations de laïcs" ». A ce sujet, il a indiqué que « nous sommes aussi probablement arrivés à un moment clé pour notre organisation ecclésiale. Après le concile Vatican II et les synodes qui lui ont fait écho sur la mission des laïcs (exhortation apostolique Christi Fideles Laici) et sur le ministère des prêtres (exhortation apostolique Pastores dabo Vobis), les changements des structures de notre société, comme le développement de l’action des laïcs et l’évolution du ministère des prêtres, nous invitent à approfondir l’articulation des missions et de l’exercice des responsabilités, et aussi à renouveler l’appel au sacerdoce et au diaconat permanent ».

Cette assemblée de novembre 2009 rassemble cent quatorze évêques des diocèses de France en exercice (métropole et DOM), quatorze évêques émérites (en retraite), trois évêques des territoires d’outre-mer. Quinze évêques représentant des conférences épiscopales étrangères, les directeurs des services nationaux de la Conférence des évêques des France, les responsables des conférences des religieux et religieuses, ainsi que des représentants d’autres confessions chrétiennes assistent également à l’assemblée plénière.

LIRE LE DISCOURS D’OUVERTURE

[bleu]DECOUVREZ NOTRE GALERIE PHOTOS[/bleu]


titre documents joints

3 novembre 2009
info document : PDF
78.3 ko