Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Echos, Bruits et chuchotements...

lundi 3 octobre 2022 par rédaction

Les décisions du maire : anomalies sur le site internet de la ville

Une anomalie importante dans la transparence de la vie publique et de la communication aux administrés : il n’existe aucune publication des décisions du maire antérieures à juillet 2022. Or, la majorité des décisions importantes a été prise antérieurement et ces dernières ne sont pas sans intérêt pour les Lourdaises et les Lourdais.


Le Plan Avenir Lourdes décortiqué

On nous parle beaucoup, le maire Thierry Lavit en premier, des retombées du Plan Avenir Lourdes. Dans une série d’articles publiés dans cette chronique, nous allons faire des commentaires qui ne manqueront pas d’intérêt pour nos concitoyens.

D’une manière générale sur le PAL (version définitive), le plus intéressant se trouve dans les Annexes 1 et 2 - partie financière du document.

Un ajout très intéressant (par rapport à la version précédente) se trouve au bas du tableau récapitulatif qui, comme le préambule, dit tout de cette aide de l’Etat :

« En complément de sa participation aux actions mentionnées dans le tableau, l’État s’engage à porter sa contribution au maintien de la liaison Tarbes-Lourdes/ Paris (OSP) à un total de 4,5 M€ sur les 4 prochaines années. La contribution totale de l’Etat au plan avenir Lourdes est ainsi de 38 millions d’euros. »

Il faut donc retenir ceci : la contribution totale de l’Etat au PAL est de 38 M€ et non de 100 M€ comme annoncé par le maire. 100 M€ (très exactement 97 090 402 €), c’est ce qui représente le coût estimatif des 23 actions prioritaires dont il est à noter que pour seulement 15 d’entre elles la maîtrise d’ouvrage est portée par la Ville de Lourdes, pour lesquelles “Yo Soy” et sa majorité sont décisionnaires. En effet, l’opposition ne représentant que 6 voix, tout pourra passer sans problème. Reste toutefois le problème du financement de ces projets par la collectivité.

Ainsi, l’Etat participera à hauteur de 38 M€ (33 476 862 € pour les actions prioritaires + 4,5 M€ pour le maintien de la liaison Tarbes-Lourdes/Paris), la ville quant à elle, participera à hauteur d’un peu plus de 6 M€ (6 155 409 €), le reste financé selon « des accords de principe des financeurs qui doivent être confirmés sur la base des dossiers qui seront déposés par les maîtres d’ouvrages et qui devront respecter les critères d’éligibilité et sous réserve du vote des instances délibérantes » (préambule annexe 2). Il faut retenir « accords de principe à confirmer » tout est dans la modulation.

Il faut bien que les citoyens le comprennent, il s’agit d’une communication politique, le chiffre annoncé est le coût des opérations. Il ne s’agit en aucun cas de l’aide de l’Etat, c’est écrit noir sur blanc et en caractères gras dans la dernière phrase de la page 63 (annexe 2).


Le même tour de passe-passe est utilisé dans la présentation des aides aux saisonniers. Le diable se cache toujours dans les détails.


Le pont Peyramale : un coût exorbitant !

La municipalité Lavit a jeté au gave le projet de la précédente municipalité conduite par Josette Bourdeu concernant le pont Peyramale (appelé aussi pont Pomès). 2 millions d’euros, c’était le coût du projet qu’on appellera projet Bourdeu. Avec Thierry Lavit, c’est plus du double que ce nouveau pont va coûter : 5 millions d’euros aujourd’hui. (https://www.lourdes.fr/actualités). Et combien demain ? La participation supportée par la ville de Lourdes sera de 1,250 M€. Ses finances le permettront-elles ? Il semblerait que la Région soit disposée à faire un effort. Mais dans les 4 ans à venir, peut-être ne faudra-t-il plus rien demander (de subventions) à Carole Delga ?


Le cartel médiatique lourdais favorisé

Ce n’est plus une surprise : pour faire passer ses messages, le maire de Lourdes, aidé par son cabinet, appelle à son secours le cartel médiatique lourdais. Pour l’annonce du nouveau projet du pont Peyramale, il est évident que le trio des thuriféraires locaux ont bénéficié, avant que cela ne passe au conseil municipal, de l’esquisse du mirifique projet “lavitinesque”. On a même pu lire, le lendemain matin, dans le quotidien local le commentaire de Laurent Jubier, le directeur de cabinet du maire, dont on se demande si c’est vraiment son rôle alors qu’il n’est pas intervenu et n’a pas à intervenir dans une séance du conseil municipal. Remarquez que cette faveur ne nous a pas gêné et qu’elle n’a pas engendré une avalanche de connexions chez la concurrence.

(A SUIVRE…)