Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

mardi 9 novembre 2010 par rédaction

Histoire de virements
Dans des microcosmes lourdais, il est de plus en plus évoqué une histoire de virements dont on ne sait pas pour l’instant si cela correspond à la réalité. Il en est aussi souvent question ces temps derniers dans les réceptions des fêtes de villages du pays de Lourdes. De quoi s’agit-il ? De virements réguliers que toucheraient depuis quelques mois les deux grandes prêtresses de la communication du maire de Lourdes et président de la CCPL. Chacune d’elles verrait son compte en banque gonfler de quelques milliers d’euros. La rumeur va même jusqu’à parler de 1500 euros. Pour quels services rendus ? On parle de communication, de mise en page et d’autres choses. Certes, on savait de façon officielle qu’à travers le nom d’ARVIMA, étaient édités le magazine municipal et le bulletin de la communauté des communes (Il n’y en a eu que deux pour le premier et deux pour le second). A notre connaissance, dans les décisions du maire ou du président de la CCPL, il n’a jamais été question de traiter individuellement avec D(P)P ou CG. Si cette rumeur s’avère fondée, notre maire « chavezien » devrait fournir les explications que les contribuables lourdais attendent puisqu’il s’agirait d’argent public. Si cela est faux qu’il le dise. Il lui faut éteindre ce qu’il qualifie parfois, quand ça l’arrange, de « ruminologie ». Lors du prochain conseil municipal, l’opposition montera-t-elle au créneau pour connaître la vérité ? Toujours est-il que les lecteurs d’une certaine presse pourraient avoir, si tant est que cela soit encore nécessaire, l’explication de « papiers » de complaisance parus sous la plume de la « voix de son maître ». Où est la déontologie journalistique quand on est juge et partie ?

A propos d’une démission
Le 25 septembre dernier, dans les colonnes de la presse quotidienne (NR et dépêche du Midi), sous la plume de la très « artiganavienne » Delphine Pereira, on pouvait lire : « J’ai besoin que le train avance », c’est par ces mots que Jean-Pierre Artiganave a annoncé les changements qu’il opère actuellement dans sa propre majorité avec, une première à Lourdes, le remplacement de l’adjoint à la culture et au tourisme et le retrait de la délégation de l’adjoint au personnel (…)« La future ex-adjointe à la culture et au tourisme, privée de sa fonction et de ses indemnités, a préféré, pour sa part, remettre sa démission au préfet des Hautes-Pyrénées ». C’est faux ! Voilà ce qui arrive quand on ne vérifie pas l’info. Pascale Miqueu est bien toujours adjointe à la Culture et ,renseignements pris, elle n’a pas envoyé de lettre de démission au préfet. Par contre, on croit savoir qu’elle a envoyé une lettre (recommandée ?) au maire de Lourdes où elle lui aurait demandé des explications sur certaines déclarations ou écrits. Elle attend toujours une réponse. Dans ce domaine, l’actuel maire de Lourdes est un expert : il aime faire le sourd. Nous, cela fait plus de 6 mois qu’on attend des explications à sa décision de nous faire retirer du listing des médias municipaux. Et on sait très bien que ce grand « démocrate-donneur de leçons » ne se foulera pas le poignet pour nous écrire. Le cas de Pascale Miqueu sera-t-il réglé par un vote en séance publique du conseil municipal ? Quelque chose nous dit qu’il faut s’attendre à des rebondissements…

Elections à l’UMP : exit Péretto ?
Des élections ont eu lieu à l’UMP des Hautes-Pyrénées. Il a fallu, entre autres, procédé à la désignation des membres du comité de la 2e circonscription. Des élus de la majorité du conseil municipal de Lourdes étaient candidats : Azot, Garuet, Peretto, Monique Estaun, Pascale Miqueu, Philippe Ayela. C’est Monique Estaun qui a obtenu le meilleur score devant Garuet, Pascale Miqueu, Philippe Ayela, Azot et … Peretto. Ce dernier, 1er adjoint au maire de Lourdes, aurait été déclaré battu. Des contestations seraient par la suite intervenus pour décider de son élection. On ignore où en est la situation. Les résultats démontrent en tout cas que deux des bras-droits d’Artiganave ne font pas un tabac chez les militants. Comme par hasard, il s’agit de ceux dont on parle pour conduire la liste sortante aux municipales de 2014.