Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Dix pistes de travail pour améliorer la situation des urgences dans le département

vendredi 10 décembre 2021 par rédaction

Suite au deuxième conseil territorial de santé qui portait sur les urgences dans le département le préfet Rodrigue Furcy et Manon Mordelet, adjointe à la directrice départementale de l’ARS ont annoncé le plan d’actions défini.

Le préfet a précisé que la situation des urgences était extrêmement tendue, dans un contexte d’insuffisance de médecins qui n’est pas lié à des problèmes budgétaires mais à des problématiques de recrutement. Qu’il y a des difficultés à attirer, recruter et conserver des professionnels de santé en particulier dans les services d’urgence.

Face à cette situation, l’ARS avait engagé un travail de concertation avec l’ensemble des acteurs.

Manon Mordelet a présenté les pistes de travail :

-l’amélioration de la situation des urgences. Avec comme objectif de couvrir Bagnères et de soulager Tarbes et l’accentuation d’arrivée d’internes.

- l’éligibilité totale du département dès 2022 aux aides maximales à l’installation de médecins.

-développer un dispositif de réorientation des patients vers la médecine de la ville par un pool de 20 médecins.

-l’accompagnement d’un projet de centre de soins non programmés spécialisé en petite traumatologie afin de désengorger les urgences.

-le déploiement de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) de Tarbes Adour qui aura pour mission de structurer les soins de premier recours sur le bassin de vie qu’elle couvre par la mise en place d’un secrétariat dédié à l’orientation des soins.

-afin d’éviter le retour des patients aux urgences, développer l’hospitalisation à domicile avec un projet de prise en charge des sorties d’urgence.

-le déploiement du service d’accès aux soins dans le courant 2022 afin de répondre aux situations d’urgence santé et aux besoins de soins non programmés en cas de non accès au médecin traitant.

-les modifications des conditions d’exercice de la permanence des soins ambulatoires afin de fluidifier l’articulation entre la ville et les urgences.

-mise en place d’un comité d’attractivité médicale, un espace d’échange à destination des acteurs concernés, notamment les élus et qui regroupera  tous les acteurs du département, dont les présidents des EPCI et les représentants des maires pour identifier les problématiques d’installation et de démographie médicale.

 -le dispositif d’appui à la coordination pour venir en appui aux professionnels de santé, sociaux et médicaux sociaux faisant face à de situations complexes liées à des personnes cumulant diverses difficultés. Apporter des réponses adaptées et coordonnées entre les professionnels. Répondre aux demandes des personnes et de leurs aidants en facilitant le parcours. Soulager les professionnels souvent embolisés par des démarches administratives etc…

Manon Mordelet a précisé qu’en plus de l’afflux des malades liés aux maladies hivernales, la situation des urgences s’est encore plus aggravée avec la fermeture définitive des urgences de la polyclinique de l’Ormeau. Le groupe ELSAN ne souhaite plus le maintien de ce service.

Nicole Lafourcade