Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Denis Thuriot et Thierry Lavit : deux maires dont la trajectoire politique se ressemble

lundi 15 novembre 2021 par rédaction

Après le jumelage des villes de Nevers et Lourdes, il nous a paru intéressant de regarder le parcours politique des maires qui administrent ces deux cités. Denis Thuriot a été élu en 2014, stoppant 43 ans de gestion socialiste de la mairie neversoise. Il avait conduit une liste apolitique, ouverte à la société civile, sans le soutien d’un parti même si cet avocat de 55 ans avait effectué un court passage au PS. En 2017, il avait été séduit par Emmanuel Macron. En 2020, il fut réélu maire, face à une opposition divisée. Il a été question à l’époque de son entrée au gouvernement Castex. Sans suite. Il a été tenté en 2021 par une élection au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, obtenant l’appui de La République En Marche. Cette fois, les urnes ne lui furent pas favorables. Il recueillit 9,79% au niveau régional et 34,04% à Nevers. 


Thierry Lavit, le maire de Lourdes, a été élu en 2020, prenant la succession de la PRG Josette Bourdeu. Cette dernière était parvenue à mettre fin à une hégémonie de 25 ans de la droite à Lourdes. Thierry Lavit, ancien radical de gauche, il présida durant longtemps le cercle radical lourdais, s’est présenté lui aussi apolitique, avec dans sa liste d’anciens élus de droite et des représentants de la société civile. Depuis son élection, il a conquis le siège du canton de Lourdes 1, tenu pendant 45 ans par le divers droite José Marthe. La crise sanitaire et la situation économique l’ont amené à rechercher des appuis tous azimuts, notamment du pouvoir en place et du président de la République. Ce dernier est venu dans la cité mariale où les ministres se sont succédé. Au point que d’aucuns annonçaient la probable entrée de Thierry Lavit au gouvernement. Pour l’instant, chou blanc de ce côté-là. Ce qui ne l’empêche pas de prétendre avec force que plusieurs partis le sollicitent pour lui accorder une investiture aux prochaines législatives. Reste à connaître son point de vue sur l’élection présidentielle. “Il ne peut pas faire autrement que de soutenir Emmanuel Macron”, dit-on dans son proche entourage. Et de suivre ainsi l’exemple de son “jumelé” neversois…

G.M.