Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Le séduisant projet “L’école ouverte 2021”

samedi 28 août 2021 par rédaction

Du 16 août au 27 août 2021, le Château fort - Musée pyrénéen a accueilli du lundi au vendredi, tous les après-midi, de 13h30 à 16h30 des enfants (de niveau CP à CM1) participant au projet L’école ouverte.

Une offre éducative a été proposée autour des notions de Patrimoine, de Culture et de Nature. Ces activités développent une approche pédagogique vivante et interactive. Elles contribuent à sensibiliser et à éveiller la curiosité des enfants, s’articulant en visites guidées, manipulées, parcours-jeux et ateliers.

Nombre d’enfants maximum par visite et atelier était de 15

Voir la programmation proposée

Vendredi après-midi, à l’occasion du dernier jour des ateliers de « l’Ecole ouverte », Sylvie Mazurek, vice-présidente du Simaje et adjointe au maire de Lourdes, en charge de la Culture et du Patrimoine, Catherine Lavit, inspectrice de l’éducation nationale de la circonscription Lourdes-Bagnères et Marie-Pierre Barrère, responsable des services du public au château-fort-Musée Pyrénéen, ont tiré le bilan de ce dispositif particulièrement enrichissant pour les enfants fréquentant les écoles lourdaises du Lapacca et d’Honoré Auzon.

Catherine Lavit explique le dispositif de l’école ouverte

« Le dispositif « Vacances apprenantes » a été mis en place depuis plusieurs années par l’Education Nationale, fait observer l’inspectrice de l’éducation nationale. Nous organisons des stages de réussite. Pendant les vacances, les élèves ayant besoin d’être réactivés, encouragés ou accompagnés en mathématiques et en français sont suivis lors des matinées sur les petites vacances et début juillet/ fin août. Suite au confinement et au COVID, on s’est rendu compte que pour beaucoup d’enfants ça avait été compliqué, beaucoup étaient restés à la maison, ou sont très peu sortis. On a donc mis en place dès l’année dernière ce qu’on appelle “vacances apprenantes” qui comprend plusieurs dispositifs : un dispositif stage de réussite avec classe tous les matins pendant toute une semaine, les enfants rentrant après à la maison. Ce stage est assuré par les enseignants de l’Education nationale qui sont volontaires, les enfants sont là avec l’accord de leurs parents bien sûr. Ensuite est mise en place depuis l’année dernière, ce qu’on appelle une école ouverte. C’est ce que nous vivons aujourd’hui ici. Ce sont toujours des enseignants qui assurent l’accompagnement le matin sur les apprentissages, ils accompagnent aussi le temps de repas. Ce sont des pique-nique préparés par les familles, ça se passe dans l’école et l’après-midi suivent les activités sportives et culturelles. Ça c’est le deuxième dispositif c’est ce que nous vivons aujourd’hui. Le 3ème dispositif c’est ce qu’on appelle l’école buissonnière où ce sont toujours des enseignants qui travaillent à la fois le matin sur des apprentissages mais ensuite ils ne sont plus dans une école comme c’est le cas pour l’école ouverte. Ils sont dans un centre et ils sont accompagnés souvent des animateurs des équipes de centres de vacances et à ce moment-là, le repas, les activités de l’après-midi mais aussi les nuits sont en présence des enseignants et des élèves et de ses animateurs. Ces trois temps sont organisés cette année au château de Lourdes. Avec le château de Lourdes, nous avons organisé un partenariat nouveau en tout cas pour nous et unique aussi. Les enseignantes sont là le matin, s’occupent du repas et puis grâce à Mme Mazurek, à la fois vice-présidente du Simaje qui s’occupe des écoles mais aussi chargée de la Culture à la ville de Lourdes, nous avons pu monter ce projet qui permet de travailler tous les après-midi avec les animateurs du château le volet culturel et patrimonial que propose le château. Ça permet une découverte pour les enfants de Lourdes, puisque sont essentiellement concernés des enfants scolarisés à l’école du Lapacca et d’Honoré Auzon qui découvrent un patrimoine, leur donnant le sentiment de partir un peu en vacances en vacances, de sortir de la maison. L’objectif bien sûr c’est de consolider les apprentissages, de faire en sorte que les enfants ne perdent pas le lien avec l’école. Sur ces vacances apprenantes, les dispositifs avec l’approche culturelle et sportive permettent à des enfants qui ne seraient pas partis en vacances ou qui ne bénéficieraient pas de ces moments-là de pouvoir en profiter et c’est gratuit. C’est une démarche vraiment très volontariste de la part du ministère de l’Éducation Nationale en partenariat avec les associations et les collectivités territoriales pour accompagner au mieux tous les enfants et faire que tous puissent profiter de belles choses, importantes et intéressantes pour leur culture et leur devenir citoyen ».

Combien d’enfants ont été concernés ? “Au mois de juillet, nous avons eu aussi un stage de réussite avec une dizaine d’enfants concernés la première semaine. Du 16 au 20 août nous avions 10 enfants en stage de réussite et une douzaine sur l’école ouverte. Sur cette deuxième semaine, du 23 au 27 août, nous avons 40 élèves en stage de réussite et une douzaine aussi qui sont sur la classe école ouverte”.

Comment sont-ils recrutés ? “Ce sont les enseignants qui font des propositions aux parents en fonction des besoins des enfants sur les apprentissages et les besoins sociaux. Ce travail-là a été fait en amont. Dans la circonscription Lourdes-Bagnères, il y a en même temps un stage à Arras-en-Lavedan et dans le département il y a plein d’autres stages aussi”.

Une première pour la ville de Lourdes

Sylvie Mazurek, vice-présidente du Simaje, adjointe à la Culture et au Patrimoine de la ville de Lourdes : «  C’est la première fois que nous tissons ce partenariat dans le cadre d’une école ouverte avec un outil aussi étonnant que le château et avec les équipes de Mme Barrère, spécialisée dans le château pour tout ce qui est médiation envers les écoles, les centres, et tous les apprentissages pour les enfants. C’était une aubaine de décliner à la fois hors temps scolaire et en partenariat avec l’Éducation nationale ces temps d’ateliers et de présentation d’un dispositif de médiation que Mme Barrère a travaillé depuis longtemps, que j’ai pu expérimenter déjà lorsque j’étais enseignante et que j’ai à cœur de faire vivre sur les écoles dans le temps scolaire, périscolaire et extrascolaire puisque ce sont aussi mes attributions au niveau du Simaje. Cette double casquette (vice-présidente du Simaje et adjointe à la culture) me permet de faire un lien étroit et de proposer ces activités. Je suis très contente que ça se mette en place. Je crois qu’on a de bons retours »

Catherine Lavit : “Les élèves sont ravis mais c’est aussi très intéressant pour les enseignants qui voient aussi que l’on peut créer vraiment sur l’année une dynamique pédagogique et culturelle à proximité ”.

Un enjeu pour l’équipe de médiation du château-fort

Marie-Pierre Barrère, responsable des services du public : “Pour l’équipe du musée, pour l’équipe de médiation c’était aussi un enjeu pour nous parce qu’on n’a jamais fait ça. Durant une semaine, tous les après-midi, on a fait une proposition d’offres. C’est vrai qu’on a une offre de pédagogie qui est large, variée, qui va de la découverte du château fort, de la forteresse à la découverte du musée comme aujourd’hui les collections ou les salles du pastoralisme comme hier mais aussi le jardin, l’apiculture ; la partie jardin est importante et on avait aussi fait un jeu pour le premier jour qu’on appelle la “passeyade” - la promenade en occitan - qui permettait aux enfants - c’était un jeu d’observation - de commencer à appréhender un petit peu tout le site qui est grand et pas simple. Il y en avait très peu qui était venus ici au château. Chaque jour, il y avait une activité très différente. Des élèves avaient plus ou moins de difficultés. La partie jardin les a intéressés. On a proposé un programme assez varié autour du château, du musée et de l’environnement, on va dire de la nature. La journée était coupée en deux ateliers, un de découverte où l’on amené un peu de connaissance et ensuite une partie plus ludique, ça pouvait être avec des maquettes mobiles à reconstituer le château, ça va être aujourd’hui une partie dessin avec des cadres de points de vue. Hier, c’était sur la partie musée, la découverte du monde des bergers. On a essayé d’alterner les activités pour que ce soit le plus ludique aussi et le plus varié. Ils ont tous tenu. Ce qui nous a étonnés parce que c’était sur 5 jours avec mercredi compris. Ce qui n’était pas évident pour eux. Notre ambition c’est de les amener à autre chose qu’à l’école, à d’autres découvertes. On a un autre regard d’ouverture pédagogique, culturel et environnemental ».


titre documents joints

28 août 2021
info document : PDF
819.6 ko