Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

La pizzeria Da Marco inaugure son laboratoire

jeudi 26 août 2021 par rédaction

La pizzeria Da Marco, exploitée rue de la Grotte par Marc Dandré, est depuis de très longues années une institution de la gastronomie lourdaise et de la vallée. Partie de rien, l’entreprise compte aujourd’hui 14 salariés dont les deux derniers résultent de l’opération Action Cœur de ville, initiée par l’Etat, la Région Occitanie, la Communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées et la ville de Lourdes.

Mercredi 25 août 2021, en fin d’après-midi, autour de Didier Carponcin, sous-préfet d’Argelès-Gazost, Thierry Lavit, maire de Lourdes, Julien Lemaitre, « Monsieur Commerce et de la Communication » de la municipalité lourdaise, des responsables du service « Commerce et Développement », la presse avait été conviée pour l’inauguration d’un nouveau laboratoire qui va permettre aux salariés d’avoir de meilleures conditions de travail.

Marc Dandré a expliqué les aménagements qu’il avait entrepris au niveau de la cuisine, de la réfection des sols, de l’hygiène et du laboratoire. « C’est là, dit-il, qu’intervient la participation de la municipalité, de la région, de la Communauté d’agglomération avec l’opération Cœur de ville. Grâce à ce dispositif, 2 emplois ont été créés au mois de juillet ». Et de rajouter qu’avec la Covid, le changement climatique, le comportement et la consommation des clients, beaucoup de choses ont changé. « Notre espace étant restreint, on a été obligé de trouver de la place ailleurs. Nous nous sommes aperçus de l’étendue de notre clientèle sur la périphérie de Lourdes. À l’heure actuelle, des distributeurs sont très au point. Nous avons fait un essai à Argelès sur le parking du Tilhos, à côté de la boulangerie Dirasse et ça marche très bien. Il y aura des investissements assez importants. Mais la vitrine c’est toujours ici Da Marco. Le siège est à Lourdes rue de la Grotte ».

Julien Lemaitre, « l’expert du commerce de l’équipe de Thierry Lavit », a souligné que Marc Dandré avait bénéficié de 4 226 € de subventions de la part de partenaires que sont l’Etat, représenté par Monsieur Carponcin, sous-préfet d’Argelès-Gazost, la Région Occitanie, la ville de Lourdes et la CA TLP. « Ça fait partie des 11 projets que nous suivons. Je remercie le service commerce et développement et Julie Cabarrouy qui a suivi le dossier. » A l’aide financière s’ajoute l’aide apportée aux commerçants lourdais. Il a rappelé les soirées “Rejoins-moi je suis au resto” organisées durant l’été permettant aux établissements d’étendre leurs terrasses. Ces soirées qui devaient s’arrêter à la fin du mois d’août seront prolongées jusqu’au 4 septembre. Elles concerneront la rue de la Grotte, la place Marcadal et la place du Champ-Commun. Et de signaler que fin septembre le service commerce et développement se déplacera au salon de la franchise à Paris pour aller à la recherche de commerces qui font défaut à notre ville. Puis de conclure fièrement : « Je profite de cette occasion pour signaler que le taux de vacance des commerces est en baisse depuis notre élection. »

Didier Carponcin, sous-préfet d’Argelès-Gazost, s’est félicité que la dynamique collective initiée via l’action du programme Action Cœur de ville se concrétise de manière significative par des aides de ce type dont bénéficient les entreprises. « C’est un programme qui est co-construit par l’État, la CA TLP, la région et la ville. Si on voit plus large, il y a eu la dynamique des Estivales et un projet qui se dessine. Il y a de l’espoir autour de cette ville. C’est, je pense, le signe que vous souhaitez tous relever ».

Il appartenait au maire Thierry Lavit de conclure : « Juste un petit mot pour dire tout simplement qu’on continue humblement le travail de reconquête. En tant que maire de la ville, je suis obligé de gérer le point d’équilibre. Lorsque nous développons ces soirées, dans d’autres endroits de la ville ça engendre des mécontentements. Je ne fais pas ça pour rendre service à Monsieur Da Marco. Nous voulons que l’intérêt général des commerçants soit préservé. La difficulté, c’est de faire des choses qui sont dans le consensus général. Dans quelques semaines un projet va voir le jour sur Lourdes ( ?) et qui va apaiser peut-être les contraintes et les mécontentements, et faire de Lourdes dans 10 à 15 ans une ville moderne. Je pense que la belle endormie qui est Lourdes doit progressivement se réveiller. »