Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Conférence de presse de l’opposition municipale

mercredi 6 octobre 2010 par rédaction

Les élus de l’opposition municipale sont revenus, en début de soirée, sur le dernier conseil municipal pour s’expliquer sur certains de leurs votes ainsi que pour revenir sur des dossiers où ils estiment ne pas voir eu assez de temps pour intervenir. Bruno Vinualès y est allé aussi de son intervention qui n’est pas passée inaperçue.

De nombreuses barrières de sécurité, trop vétustes, laissent place pour du court terme longue durée, à des plots de béton, identiques à ceux du PN 181. Au delà de la laideur de ces objets, nous constatons que durant toute la saison, la circulation fut des plus difficiles, occasionnant stress et frictions. Comme cela ne suffisait pas, des travaux de réfection de route ont été réalisés en centre ville. A croire que l’urgence n’attendait pas l’hiver.

Quelles vont être les conclusions de nos dirigeants sur cette circulation « douce », mais en réalité « lente », qui favorise la pollution ? Vont-ils, enfin, envisager de vraies solutions ?

II n’est pas du moins original de voir certains élus tarbais prendre place sur la chaise laissée vide par Monsieur Artiganave, afin de défendre notre hôpital et la réouverture du PN 181.

C’est aussi de Tarbes qu’auraient dû venir les secours de police lors de la fameuse alerte à la bombe du 15 août, si le système de caméras avait fonctionné. Puisqu’elles sont reliées au Commissariat de Tarbes, dont nous sommes maintenant dépendants. Mais là encore nous avons été confrontés à la défaillance d’un système, pourtant tout neuf.

En guise de communication : encéphalogramme plat. Silence radio. Pas d’infos sur la future zone commerciale. La volonté de la Mairie est de perfuser les conseillers municipaux d’opposition au compte goutte de renseignements minima. Pas ou peu de commission avec le moins d’éléments possibles. La preuve en est, au sujet de l’augmentation de la taxe de séjour. Elle n’a pas été évoquée lors de la réunion de l’Epic. Elle n’a pas été non plus évoquée lors de la commission tourisme, qui d’ailleurs n’a pas eu lieu. Elle a juste été effleurée lors de la commission des finances. C’est au moment du vote, en Conseil Municipal que Monsieur le Maire en a exprimé les détails, sans avoir échangé avec les syndicats professionnels comme il l’avait pourtant promis. De fait, il impose une augmentation qui sera dorénavant annuelle et soit disant indexée sur le coût de la vie. Mais déjà cette année, elle y est supérieure...

Il ne sert à rien d’être Conseiller Municipal. Nous n’apprenons les informations que dans la presse écrite au même titre que l’ensemble des Lourdais. Bien entendu cette stratégie a pour seul but de limiter notre action.

Aux dernières nouvelles, Monsieur Artiganave « décapite » deux de ses plus proches adjoints de sa garde rapprochée, comme il aimait le dire en campagne. Il ne s’en est pas expliqué avec le refus de revenir sur le sujet.

Y a t’il eu mensonge sur la marchandise ou ces adjoints servent-ils de boucs émissaires ? Ce qui est sûr, c’est qu’une fois de plus, la cohésion de façade fait place à la division et la victimisation. Sans ses deux piliers qui cimentaient le socle de l’équipe municipale, la Mairie est-elle encore solide dans son organisation, sa cohérence et sa crédibilité ?

Devant de tels agissements, nous comprenons que Monsieur le Maire continue de faire de Lourdes la banlieue de Tarbes. C’est même à se demander s’il n’échangerait pas volontiers ses adjoints pour ceux de la préfecture des Hautes Pyrénées. Bien sûr je m’indigne devant cet ostracisme, cet obscurantisme et devant tant d’opacité. J’ai bien peur que nous soyons passés de la « Commedia Dell’Arte » à « Guignol autocrate »

• Marie-Josée Moulet est revenue sur la décision de l’opposition municipale de ne pas voter le projet ayant trait à l‘exploitation du site de l’embarcadère. Ce refus repose sur un cahier des charges qui ne convient pas aux opposants d’Artiganave. Lesquels regrettent que le restaurant ne soit pas ouvert l’hiver (ouverture du dimanche des Rameaux au 31 octobre). Ils notent que l’appartement des exploitants est seulement un T2 au lieu d’un T4 initialement. L’exploitant pourra-t-il payer un gardien pour conserver le site propre ? En somme, l’opposition prétend que le cahier des charges ne répond pas à l’attente des Lourdais. Pour Alain Garrot, le maire s’est débiné suite à leurs questions.

• L’opposition n’est pas d’accord avec Michel Rebollo, adjoint à l’urbanisme, qui disait il y a quelque temps qu’il était heureux de l’avancement du dossier de la ZAC d’Anclades : « Nous ne savons rien sur ce dossier ni sur son avancée. Les propriétaires attendent toujours les résultats des audits. Il aurait été plus prudent d’attendre le jugement du tribunal administratif sur l’action intentée par des propriétaires et le résultat sur la DUP. La SEPA envoie toujours les courriers à la limite des délais imposés par la loi. Cela ne sert pas la clarté de cette ZAC d’Anclades ».

• L’autosatisfaction du maire en matière de politique sociale, ce n’est pas du goût d’Alain Garrot qui note qu’avec un taux de 22% de logements sociaux, on est à la limite de ce qui est imposé par la loi. « Les quartiers ont droit à une amélioration aussi légitime que le centre-ville ». Pour lui, les difficultés de l’OPH viennent du désengagement de l’Etat.

• Les ronds-points du carrefour Bouillot et de Labastide ne conviennent pas à l’opposition. Pour le premier, Alain Garrot regrette que le projet des jardiniers n’ait pas été retenu. Celui de Labastide empêche la bonne circulation des bus et des poids lourds. Les chaussées et les trottoirs de la Serre de Sarsan laissent à désirer. L’éclairage du pont de fer a coûté la bagatelle de 30 000 euros.

• PN 181 : Alain Garrot a précisé qu’une rencontre avec le directeur de cabinet du préfet avait eu lieu dernièrement. Y assistaient : Christian Gélis, président de l’association des usagers et riverains des rue et route de Pau , José Marthe, conseiller général, Alain Garrot, conseiller municipal, José Montéagudo, membre de l’association et ancien adjoint au maire de François Abadie. Là encore, on attend le jugement du tribunal administratif prévu pour la fin de l’année.

• Coiffant sa casquette de militant socialiste, Alain Garrot a appelé les Lourdais à aller manifester en masse le 12 octobre à Tarbes (rendez-vous à 10h, à la Bourse du Travail). Il a annoncé que la fête départementale de la Rose aura lieu le 16 octobre à Agos-Vidalos. Elle sera organisée par les sections du PS de Luz, Argelès et Lourdes. S’agissant des réunions du collectif « Hôpitaux santé 65 », elles se poursuivent. Les socialistes y participent activement.