Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Suite du Débat d’orientations budgétaires 2021

mercredi 3 mars 2021 par rédaction


Marie-Christine Assouère  : Monsieur le Maire, merci de me donner la parole, j’espère que vous ne prendrez pas le bâton pour me battre…

Alors dans la mesure où la situation de Lourdes est préoccupante et même s’il fallait alléger un petit peu la tension de ce soir, j’aimerais poser des questions. C’est vraiment des questions ouvertes pour essayer de comprendre quelles sont les perspectives pour Lourdes et comment on va fonctionner également à l’avenir.

D’abord, j’aurais aimé savoir pourquoi cette année n’ont pas été organisés le débat d’orientation budgétaire et le vote du budget primitif avant le début d’année comme vous l’aviez annoncé.

Ensuite, des questions plus précises concernant notamment le plan d’action « Lourdes horizon 2030 ». Concernant en premier lieu l’action 20, qui est relative à la Maison du travail saisonnier dont vous avez parlée. Donc c’est un beau projet. Elle sera adossée donc à la Maison France Service. C’est une bonne nouvelle et nous aimerions savoir en tant que copilote avec l’État, s’il y aura des créations d’emplois pour informer, accueillir, faire la gestion administrative ? Si oui, combien ? Est-ce que nos saisonniers qui sont privés d’emploi pourraient éventuellement prétendre à postuler ? Et est-ce que ce local sera mis à disposition gracieusement à l’association des saisonniers ?

Réponse de Thierry Lavit sur l’audio ci-dessous où il dit notamment à ces 3 opposantes qu’il les adore !

Sur l’annualisation

Par rapport à ce que vous disiez là sur l’annualisation de la saison, est-ce qu’il n’y a pas un risque pour nos socio-professionnels. Dans la mesure où s’il y a une annualisation, est-ce qu’il n’y pas un risque qu’il y ait donc un lissage du nombre des pèlerins qui viendraient, des visiteurs et dans ces cas là, combien d’hôtels, combien de commerces auront la capacité financière à tenir le coup compte tenu des coûts d’exploitation ? On le voit, là, il y a beaucoup d’hôtels par exemple qui restent fermés parce qu’ils ne peuvent pas ouvrir ou même des commerces. Quand on sait que justement on est en train de vivre une crise sanitaire avec des répercussions économiques et sociales foudroyantes, il y a beaucoup d’entreprises déjà qui vont fermer parce qu’elles n’ont pas de trésorerie malgré les aides importantes apportées par l’État. Donc est-ce que ce n’est pas un risque aussi ?

Et donc, est-ce qu’il ne faut pas - bien sûr l’annualisation cela peut présenter des avantages mais est-ce qu’il ne faut pas aussi avoir à l’esprit qu’il faut pour l’intérêt à la fois de notre économie, de notre population, il est important de sauver le plus grand nombre de commerces, d’hôtels, etc. Et donc je pense que même si c’est une perspective très intéressante, l’annualisation, je crois qu’il va falloir faire attention aussi aux risques que cela peut induire, ou en tout cas trouver des alternatives pour ne pas justement que cela soit un pari risqué ! (…)

Thierry Lavit répond que des hôteliers y sont favorables, d’autres non.

Il est vrai que Lourdes est actuellement la 2ème ville hôtelière de France, en capacité, la difficulté, le véritable défi pour notre ville c’est à la fois de maintenir cette capacité car c’est grâce à cette capacité aussi que nous avons un surclassement démographique, qui permet d’avoir aussi plus de moyens aussi pour la ville il ne faut pas l’oublier pour la commune en tant que telle. Je crois en effet que dans une perspective très courte à l’horizon 2021, 2022, 2023 peut-être, bien sûr que le tourisme comme on l’a connu avec de grands pèlerinages, le « tourisme de masse » je ne trouve pas l’expression très heureuse c’est pour ça que je ne l’emploie pas mais c’est le terme effectivement qu’il convient d’utiliser.

Bien sûr que dans les trois années à venir on ne peut pas se projeter sur ce type de tourisme et de visiteurs et donc il faut privilégier aussi ce tourisme individuel et ça c’est peut-être aussi - vous le disiez, je suis d’accord avec vous – il faut savoir tirer des difficultés des forces et peut-être que cette pandémie elle a au-moins cet avantage de nous montrer les vraies valeurs : le retour aux circuits courts, la recherche d’une quête vers l’environnement et ça nous on peut effectivement avoir une vision complémentaire de ce tourisme que l’on connaissait ou en tout cas de ces visiteurs qui venaient plutôt avec les pèlerins à Lourdes, et donc il faut effectivement diversifier, c’est une logique, tout en confortant bien entendu cet aspect qui fait la signature d’exception dont vous parliez toute à l’heure pour Lourdes.

Thierry Lavit évoque la perte des établissements. Il refuse à donner des chiffres. « Que sera, dit-il, le parc urbanistique du bas dans 10 ans si le nombre d’hôtels diminue ? » Marie Etcheverry, vice-présidente de l’OT, donne des précisions sur les actions à venir, avec notamment un workshop.

Toujours par rapport au plan d’action « Lourdes horizon 2030 », concernant l’action 37 relative à « l’étude urbaine », il est précisé qu’elle est censée compléter des études stratégiques existantes. Alors, nous voulions savoir lesquelles ?

Et quelles suites avaient déjà été données et notamment est-ce que des suites avaient été données aux conclusions du Comité des sages qui avait été organisé dans le cadre de la précédente mandature ?

Réponse de Thierry Lavit : Non

La dernière question concernant le plan d’action « Lourdes horizon 2030 », c’est l’action 38 où il est question de créer des services numérisés pour le commerce. Donc ça c’est une piste très intéressante et donc nous aurions aimé en savoir plus sur ces services numérisés pour le commerce. Quels sont ces services envisagés ? Quels seront leur intérêt et leur finalité ? Et est-ce qu’il va y avoir une action en complémentarité avec les services déjà mis en œuvre par la Chambre de commerce et d’industrie ainsi que la Région Occitanie ?

Julien Lemaître, adjoint au commerce, fait référence à la marketplace qui est opérationnelle depuis ce dernier lundi pour laquelle une centaine de commerçants lourdais se sont inscrits.


titre documents joints

3 mars 2021
info document : MP3
33.8 Mo