Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Michel Pélieu revient sur le contournement d’Adé

vendredi 5 février 2021 par rédaction

Lors de la session du conseil départemental sur les orientations budgétaires 2021, le dossier du contournement d’Adé est revenu une fois de plus dans la discussion. Adeline Ayela, conseillère départementale du canton de Lourdes 1, a saisi la balle au bond. Elle a ensuite enchaîné dans son intervention avec les difficultés rencontrées par les métiers de l’autonomie et notamment de l’aide à domicile. Michel Pélieu a apporté des réponses sur ces deux problèmes. S’agissant du contournement d’Adé, le Préfet de Région a dit que le dossier avançait. Le président du département reste prudent, il attend de voir. Ci-dessous l’intervention d’Adeline Ayela et la réponse (audio) de Michel Pélieu : 

L’intervention d’Adeline Ayela

« Tout d’abord, merci, Monsieur le Président, pour avoir remis sur le tapis, le gros dossier de la RN 21 avec le contournement d’ADÉ. Vous rappelez dans votre courrier du 15 janvier 2021 à Monsieur le Préfet toutes les promesses diverses et variées faites par l’Etat ces dernières années. Comme vous, Monsieur MARTHE et moi-même nous souhaitons une saisie rapide de ce chantier pour réactiver au plus vite une relance d’investissement, donc d’emploi, donc d’économie.

Avec l’activité extrêmement ralentie et dans un contexte défavorable, nous y voyons une opportunité pour l’Etat de nous aider, dans un cadre de relance, en nous accordant enfin le feu vert sur ce chantier qui n’a que trop duré.

Pour aborder le sujet de la plate forme des métiers de l’autonomie, en guichet unique axé plus particulièrement sur les emplois du domicile avec pour objectif de répondre aux multiples difficultés rencontrées dans ce secteur. C’est une excellente initiative, tout ce qui peut favoriser, faciliter le retour à l’emploi ou la création d’emplois doit se développer, s’harmoniser et se concrétiser. Ce qui est très intéressant, c’est que pour mettre en place cette plate forme, il va falloir remettre à plat notamment le travail des aides à domicile. Les principales difficultés nous les connaissons, et on ne va pas se voiler la face : peu de formation, pas d’évolution de carrière, peu d’heures, bas salaire, frais de véhicule...Et comme tout métier dévalorisé, il n’est pas considéré. Or, la demande dans ce secteur est forte au regard de notre population vieillissante. Néanmoins, il nous appartient de garantir un service réel et sérieux auprès des personnes âgées dites vulnérables. Cette plate forme devra pouvoir être garante d’une certaine qualité.

Le « turn over » si régulier dans ce métier difficile et astreignant ne va pas s’effacer par magie ! Donc, en même temps, il appartient à tous les partenaires concernés de faire naître une vraie profession, bien cadrée, bien formée, bien rémunérée. Une plate forme des métiers de l’autonomie performante doit pouvoir s’appuyer sur des demandeurs formés ou en passe de l’être. La bonne volonté, l’empathie c’est très bien, la formation c’est beaucoup mieux et c’est aussi le chemin de la reconnaissance.

Aide à domicile est un vrai métier qui a toute sa place dans notre société et c’est surtout un métier porteur maintenant et dans les années à venir. On se doit d’y apporter une attention toute particulière.

Concernant l’habitat partagé pour personnes âgées et handicapées, c’est une nouvelle corde à l’arc qui peut répondre à une demande, mais je reste convaincue que la cible Perte d’autonomie, dépendance doit se travailler dans un cadre spécifique de prévention bien en amont. Le vieillissement est pour chacun de nous une évolution certaine tandis que la dépendance est un point d’interrogation. La complexité de la dépendance rend la visualisation et la projection personnelle difficile, pour autant devant la longévité programmée, nous nous devons d’anticiper. C’est cette anticipation qui nous permettra de retarder, freiner, limiter le basculement dans la dépendance. C’est le chemin de l’économie pour les collectivités et pour être tout simplement humain, c’est garder le contrôle de notre vie en restant maître de nos choix ».