Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Approbation du projet de convention pluriannuelle des projets de renouvellement urbain de Tarbes et Lourdes cofinancés par l’ANRU dans le cadre du NPRU (Rapporteure Marie-Henriette Cabanne)

vendredi 29 janvier 2021 par rédaction

En 2014, les quartiers de l’Ophite à Lourdes et Bel-Air à Tarbes ont été retenus au titre du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) en qualité de quartiers d’intérêt régional.

Un travail de définition des projets de renouvellement s’est engagé au moyen d’études urbaines et sociales sur chacun des deux quartiers, dans le cadre de protocoles de préfiguration avec l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU).

Un travail partenariat d’écriture de cette convention pluriannuelle a été conduit par la Communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées (CATLP). Il a amené à la réalisation d’un projet de convention validé par l’ANRU.

Cette convention présente les quartiers de l’Ophite à Lourdes, et Bel-Air à Tarbes, les éléments du projet urbain sur chaque quartier, les concours financiers du NPNRU aux opérations programmées figurant à la convention, les modalités d’évolution et de suivi de ladite convention ainsi que diverses dispositions.

Ces deux projets de renouvellement urbain visent, à Lourdes comme à Tarbes, des opérations de démolitions, de reconstructions et de réhabilitations de logements locatifs sociaux, d’aménagement d’espaces publics ou encore de construction d’équipements de proximité.

Le concours financier de la ville de Lourdes est porté dans le projet de convention à hauteur de 955 000 € sur la durée de la convention.

Le conseil municipal a été invité à approuver la convention pluriannuelle des projets de renouvellement urbain de l’Ophite à Lourdes et à Bel-Air Tarbes, cofinancés par l’ANRU dans le cadre du NPNRU.

Les interventions

Marie-Christine Assouère

Monsieur le Maire,

Tout d’abord, nous félicitons l’État, l’Agence Nationale pour la rénovation urbaine, l’Office Public du logement, la Région Occitanie, le Département des Hautes-Pyrénées et la Communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées pour leur implication sans faille depuis 2018. Grâce à eux et aux services de la ville de Lourdes, notre cité va être régénérée et nous les en remercions. Ensuite, pour contribuer encore plus et à moindre coût au renouvellement urbain, il serait bénéfique de postuler au plan de lutte contre les logements vacants.

Si Lourdes était retenu comme territoire pilote, nous pourrions bénéficier d’un accompagnement ciblé et accéléré.

Pour cela, il convient de prévenir de l’intention de concourir avant le 12 février 2021 et d’envoyer le dossier complet avant le 26 février 2021. Cette seconde proposition présente un intérêt financier pour Lourdes.

Si vous le désirez, je peux vous fournir toutes les informations utiles.

Enfin, nous sommes soucieux des difficultés rencontrées par les locataires de l’Ophite pour se reloger. L’Humain doit être au cœur de nos actions !

Julien Poque

« Monsieur le Maire, nous désirons donc de manière plus précise attirer votre attention sur les questions suivantes :

Tout d’abord, le lancement de la première phase de démolition pour le bâtiment B de l’Ophite est prévu pour le premier semestre 2021 selon la convention annexée à la délibération.

Pouvez-vous nous préciser si le calendrier est toujours d’actualité et si c’est le cas avez-vous déjà des solutions pour le relogement des 8 familles concernées ? Ont-elles déjà été relogées et dans quelles conditions ?

Nous voudrions aussi émettre le vœu que les entreprises retenues fassent bénéficier autant que possible les heures d’insertion aux lourdais qui en sont bénéficiaires.

Sur l’ensemble des 56000 heures d’insertion prévues, près de 14600 le sont pour la démolition. Souhaitons que les entreprises jouent le jeu (même si nous sommes conscients qu’une clause territoriale est illégale).

Enfin, où en sont les négociations entre l’OPH et les propriétaires concernés par les sites proposés pour la relocalisation ? De nombreux sites notamment en centre-ville avaient été évoqués, pouvons nous savoir si ces opportunités ont été retenues ? »

Ci-dessous sur le fichier audio, on peut écouter les interventions de Marie-Christine Assouère, Julien Poque et les réponses du maire.

A SUIVRE...