Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Face aux interventions des élus de l’opposition, le maire reste sans voix !!!

mercredi 27 janvier 2021 par rédaction

La vidéo de la séance du conseil municipal qui s’est tenue hier soir à l’espace Robert-Hossein parle évidemment d’elle-même. Les observateurs neutres ne nous contrediront pas quand on fera remarquer le silence étrange voire embarrassé de Thierry Lavit, le nouveau maire de Lourdes. Etait-il en manque d’arguments, faute de ne pas s’attendre à de telles salves du quatuor présent (Marie-Christine Assouère, Marie-Laure Pargala, Stéphanie Lacoste et Julien Poque) ? Ou alors reconnaissait-il la justesse des propos déversés qui, si l’on en croit les réactions recueillies, ont fait mouche ? Au point d’insister lui-même plusieurs fois sur la qualité de ces interventions ? Bref, on était loin du premier magistrat arrogant qui s’était tristement illustré le 30 novembre 2020 en coupant la parole aux dames de la minorité. Hier soir, on n’a donc pas retrouvé la morgue de celui qui est affublé depuis du pseudo « El Sécator ». Nous allons sur les jours à venir distiller l’ensemble des interventions piquantes de cette soirée qui s’est achevée sur la question des primes du Covid 19 attribuées aux agents municipaux évoquées par Marie-Laure Pargala. Délibération que le maire a oubliée de mettre aux voix puisqu’il a levé la séance dans la foulée. La vidéo est claire sur ce point. Des bruits circulent aujourd’hui, rapportant que les élus de la majorité ont été réunis après coup pour les faire voter. Si tel était le cas, l’opposition n’en ayant pas été informée, quid de la légalité de cette délibération ? Cela pourrait-il se traduire par le non-paiement de cette prime Covid qui serait à nouveau évoquée lors du prochain conseil municipal ? Est-ce de la fatigue ? Est-ce du cafouillage ? Est-ce de l’amateurisme ? On s’étonne que cela ait échappé au 1er adjoint au maire Philippe Ernandez qui fut dans un passé pas si lointain, pour ceux qui ne le saurait pas, Directeur Général des Services Adjoint de la ville de Lourdes.

La mise en bouche de Stéphanie Lacoste

Première à demander la parole, Stéphanie Lacoste a donné le ton comme on peut s’en percevoir ci-dessous :

« Concernant le PV du 30 novembre 2011, au-delà du fait que dans les pages 36, 37, 38, il y ait un condensé de fautes d’orthographes… Faire des fautes peut arriver à tout le monde, moi la première même si je m’emploie à ne pas en faire… ce message ne s’adresse pas à la technicienne ou au technicien qui l’a rédigé car j’imagine la difficulté à retranscrire plusieurs heures de conseil… mais je suppose que ce PV a été visé, revisé, contrôlé…

Un document émanant de la mairie ne doit pas présenter de fautes, c’est ainsi… Je vous invite à relire et corriger et à revoir certaines règles comme celle du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir quand le COD est avant…

 

Cette parenthèse étant refermée, dans ce PV, que je vais approuver car il retranscrit les propos tenus lors du conseil municipal du 30 novembre dernier… Il ne sera donc pas la peine Monsieur le Maire que vous disiez toute à l’heure « tout ça pour ça ! » comme vous savez si bien le dire…

Donc je disais, je vais l’approuver mais je ne peux m’empêcher de vous dire que ce jour-là vous n’auriez pas dû vous adresser à moi au titre de ma profession, pour laquelle seule ma Direction a autorité sur moi… 

Je rappelle qu’au sein de cette assemblée, nous sommes tous des élus et nous y sommes à ce titre. Nous n’y sommes pas au titre de notre profession.

Pour exemple, quand je m’adresse à vous, je m’adresse au Maire, je ne m’adresse pas au technicien en imageries médicales.

Aussi, je vous saurais gré de le noter. Je vous remercie ».

Réponse de Thierry Lavit : Merci Madame Lacoste !

On peut suivre cette intervention sur la vidéo du conseil municipal mise en ligne sur la chaîne YouTube de la commune de Lourdes (de 3’05 à 5’01)

Modification du Règlement intérieur

Dans sa séance du 17 décembre 2020, le conseil municipal a examiné le projet de règlement intérieur pour le mandat 2020-2026. Quatre amendements avaient été déposés par Marie-Christine Assouère au nom de la minorité. Ils ont été examinés le 11 janvier 2021 par la 2ème commission qui en a retenu 1 et rejeté les 3 autres. (LIRE .pdf)

Marie-Christine Assouère démissionne de la vice-présidence de la commission des Finances

Déclaration de Marie-Christine Assouère :

(Suivre sur la vidéo du conseil les trois interventions ci-dessous de 16’45 à 24’45)

Monsieur le Maire,

« Le débat est nécessaire au bon exercice de la démocratie ». Voilà vos paroles du 5 juillet 2020.

Le mois de janvier étant celui des bonnes résolutions, mettez vos paroles en musique.

Passez aux actes car d’un côté la coupe est pleine et d’un autre côté le compte n’y est pas !

La coupe est pleine : Vous limitez la prise de parole à deux fois. Pourquoi avoir si peur de débattre ?

Vous n’envoyez plus les projets de délibération de sorte que nous les découvrons au moment du conseil municipal…

Pourtant, nous avons démontré l’intérêt que dis-je la nécessité de les avoir AVANT compte tenu de toutes les erreurs et oublis déjà décelés.

Sans cela, des délibérations auraient été irrégulières !

De plus, j’aimerais savoir comment vivraient les élus de Lourdes qui siègent à l’agglomération, s’ils ne recevaient plus les projets de délibération avec la convocation.

La dernière fois, vous avez pris la Communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées et Tarbes en modèles, vous devriez suivre leur exemple et continuer à nous envoyer les projets de délibération avec la convocation.

De plus, le compte n’y est pas : La vice-présidence de la commission des finances s’avère être une fiction.

Or, je n’avais accepté cette fonction qu’à condition de ne pas faire de la figuration.

Si certains se satisfont des titres, moi, ce qui m’intéresse c’est d’être dans l’action au service des Lourdais.

Par conséquent, face à cette rétention d’information et ce manque de concertation, je vous présente officiellement ma démission de la vice-présidence de la commission des finances.

Soyez rassurés, Chers Collègues, Lourdaises et Lourdais, je continuerai bien sûr et toujours à m’impliquer pleinement dans la commission des finances en tant qu’élue de l’opposition.

D’ailleurs, tout à l’heure, je présenterai deux propositions dans l’intérêt financier de la ville.

Vous pouvez compter sur ma détermination pour défendre l’intérêt général.

Lourdes le mérite. Lourdes l’exige.

Plus qu’une vocation professionnelle, c’est une ambition citoyenne ».

Déclaration de Stéphanie Lacoste :

« Nous nous félicitons d’avoir eu gain de cause sur 1 amendement sur 4 !!!

En conséquence, nous constatons avec ce nouveau règlement intérieur votre souhait de museler l’opposition. La possibilité de parler 2 fois seulement sur un même sujet, l’absence d’envoi des délibérations avant le conseil, en sont, entre autres, les principales preuves.

Nous vous empêchons de régner sans partage et ça vous n’aimez pas. Les masques tombent. Ces méthodes sont la preuve qu’il y a un cap entre vos paroles et vos actes. C’est consternant pour la démocratie et pour notre ville. Nous sommes surpris que cela ne gêne pas certains membres de votre majorité d’ailleurs et qu’ils puissent s’en accommoder… A suivre…

Vous parlez d’union sacrée. Pour cela, Monsieur le Maire, il faut rassembler, fédérer, qui plus est, dans les temps très contraints que nous traversons… Notre ville a besoin de l’aide et des compétences de tous nous semble-t-il…

Dès le début, nous avons compris : aucun élu de la minorité à l’Office du Tourisme, aucun élu de la minorité au SIMAJE, pas de commission municipale consacrée au tourisme, des propos entendus de ci de là : « Je les ai tous tués les Peretto, les ceux-ci, les ceux-là », des propos condescendants… Je vous cite : « C’est bien, vous avez bien travaillé… », « Votre travail vaut mieux que vos paroles parfois Mme Assouère… », « Vous griffez Mme Pargala, c’est bien… », « Dépêchez-vous… », « Mme Lacoste, vous votez, vous ne votez pas, vous ne savez pas ?... », « Tout ça pour ça !... », « Comment vais-je vous appeler : minorité ou opposition ? »

Ce n’est pas ainsi que l’on rassemble… La campagne est finie Monsieur le Maire…

Nous sommes surpris également du comportement de certains de vos soutiens, proches, parfois même certains sous contrat depuis l’élection ou plus récemment…, sur les réseaux sociaux notamment.

En effet, que vous puissiez tolérer que ceux-ci s’expriment toujours avec des propos véhéments alors que certains sont même nouvellement embauchés à vos côtés, nous choque. Vous devriez les informer qu’en tant qu’employés de mairie, ce n’est pas recommandé et cela peut être une faute.

Vous êtes en poste… Vous êtes aux fonctions. Pourquoi continuer de véhiculer encore tant de propos pleutres, veules, parfois vulgaires, parfois sous couvert d’anonymat malveillant, parfois pas, surtout dans une période comme celle que nous traversons où l’union et la bienveillance sont la priorité et où vous devriez et ils devraient montrer du recul, de l’apaisement ?

Tout cela n’appelle pas à l’union sacrée… »

Déclaration de Marie-Laure Pargala :

« Quand la malice domine la courtoisie, nous en arrivons à faire le constat, Monsieur le Maire, que la presse compte davantage à vos yeux que (des relations directes avec) les élus de votre commune.

C’est ainsi que nous pourrions qualifier la convocation de ce conseil municipal que nous avons découverte dans la presse écrite locale qui elle au moins respecte le pluralisme et que nous remercions.

Je crains que vous n’utilisiez une fois de plus vos nombreux mandats chronophages pour vous servir d’excuse pour ne pas avoir respecté la place de l’opposition municipale.

Pourtant suite à notre interrogation, en Commission RH, sur la date et la modification de l’horaire de cette réunion, vous vous étiez engagé à nous répondre en revenant directement vers nous.

Au-delà du manque de considération à notre encontre et de ce fait aux lourdais que nous représentons, quelle conclusion devons-nous en tirer ? »

Cette avalanche de critiques n’a pas fait réagir le maire. Une attitude qui lui sera difficile de poursuivre lors des prochains débats.

La modification du règlement antérieur a été approuvée à l’exception de 5 élus de la minorité qui se sont abstenus.

G.M.

A SUIVRE...


titre documents joints

27 janvier 2021
info document : PDF
417.2 ko