Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Rodrigue Furcy, préfet des Hautes-Pyrénées et Thierry Lavit, maire de Lourdes ont visité le centre de vaccination à l’espace Robert-Hossein

jeudi 14 janvier 2021 par rédaction

Ce jeudi, en début d’après-midi, le préfet des Hautes-Pyrénées qu’accompagnait le maire de Lourdes a rendu visite au centre de vaccination de Lourdes et du pays des vallées des gaves, installé à l’espace Robert-Hossein. Ils ont rencontré l’équipe des soignants qui a mis en place l’infrastructure. Quatre boxes peuvent accueillir les personnes souhaitant se faire vacciner. Les demandes sont nombreuses. Cette semaine est consacrée aux personnels soignants. Les personnes ayant plus de 75 ans pourront se faire vacciner dès le début de la semaine prochaine, laquelle est quasiment complète. Pour s’inscrire, il suffit de passer par son médecin traitant qui s’occupe de procéder à la réservation.

Le centre s’est organisé autour de trois médecins, du dentiste Michel Sarniguet, d’une infirmière Asalée, d’une kiné, de l’ostéopathe Olivier Cazenave. Pour vacciner, les médecins sont nombreux, des médecins retraités ont aussi proposé leurs services.

Ce jeudi, 70 vaccinations ont été programmées. Elles seront plus nombreuses par la suite. « On est sur des logiques de tranches d’âge. Dans le département, les plus de 75 ans sont environ 27 000, précise le préfet. L’idée c’est que pour éviter des décalages dans les territoires, il y ait une logique de répartition des doses de vaccins sur les différents centres, afin qu’il y ait une montée en charge à peu près au même rythme. Ici comme ailleurs, on organise la montée en puissance de façon à ce que ça se passe de façon homogène.(…) On a tenu compte de la spécificité lourdaise dans l’organisation. Il faut que ce fonctionnement s’articule bien avec un numéro unique, la capacité de prendre son rendez-vous en ligne. C’est cette interopérabilité que nous sommes en train d’organiser. »

Et Thierry Lavit d’ajouter : « J’ai tenu à la demande des médecins et du docteur Sarniguet à être un facilitateur, et non pas de déroger à la règle pour le lancement, à savoir aller voir le médecin traitant qui lui devait faire la consultation pré-vaccinale, puis contacter le centre. Aujourd’hui, on rentre dans une phase nationale avec un numéro unique par Doctolib ». Un membre du personnel soignant soulignait : “On part du principe que les médecins traitants connaissent très bien leurs patients et qu’ils sont mieux à même de dire si quelqu’un est éligible ou pas. Ici, nous n’avons pas les dossiers médicaux”.

Pour Rodrigue Furcy, c’était important de pouvoir s’appuyer sur la communauté des professionnels de santé, volontaires, engagés. « C’était aussi la façon de reconnaître leurs souhaits et de les encourager dans leur engagement, de les laisser fonctionner comme ils l’entendaient »

Conclusion du maire de Lourdes : « Il y a eu la première phase Covid. On a vu tous les professionnels de santé qui se sont mobilisés à l’échelon du territoire (PLVG, ville de Lourdes). Aujourd’hui, on a le même élan de solidarité avec la même participation des soignants présents aux avant-postes pour aller dans le sens de la vaccination. Il y a quelques semaines, les Lourdais, comme les Français, étaient circonspects pour se faire vacciner, quand on constate qu’il y avait hier soir 200 vaccinations et 300 prévisions à 6 jours, on peut penser qu’on arrivera à 1500 personnes dans le mois ».