Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Robert Hossein, un géant du cinéma, du théâtre et un grand ami de Lourdes, est mort

jeudi 31 décembre 2020 par rédaction

Monument du théâtre, le comédien et metteur en scène Robert Hossein, connu pour son rôle du comte de Peyrac dans la série des "Angélique" ainsi que ses méga-productions sur scène, est décédé ce jeudi 31 décembre.

Il est décédé "ce matin à l’hôpital", après "un problème respiratoire", a indiqué son épouse, la comédienne Candice Patou, confirmant une information du Point. L’acteur avait fêté 93 ans la veille, mercredi 30 décembre.

Du théâtre comme vous n’en verrez qu’au cinéma", prônait ce défenseur du théâtre destiné au plus grand nombre avec de superproductions comme "Un homme nommé Jésus", "Les Misérables" ou encore "Notre Dame de Paris".

Mais avant cela, il était un acteur devenu sex symbol dans les années 60 grâce au rôle de Joffrey de Peyrac dans "Angélique, marquise des anges", qui le rend célèbre.

Né le 30 décembre 1927 d’un père iranien zoroastrien compositeur et d’une mère russe orthodoxe, Robert Hossein, né Abraham Hosseinoff, a grandi dans la pauvreté et décidé après la guerre, à 15 ans, de se consacrer à l’art dramatique.

A Reims, il fonde son "théâtre populaire" et une école dont sortiront Anémone et Isabelle Adjani.

Au cinéma, sa carrière s’étend de 1948 à 2019, donnant notamment la réplique à Brigitte Bardot dans "Le repos du guerrier" (1962) et devenant l’acteur fétiche de Roger Vadim ("Le Vice et la Vertu" en 1963, "Barbarella" en 1968).

"Il a été acteur, auteur, metteur en scène, c’était le prince du théâtre populaire, on ne compte pas ses succès, il avait un sourire charmeur, un œil de velours, une belle voix : que d’atouts pour un homme qui avait le charme de Robert Hossein - c’est normal puisque c’était lui !", a réagi l’ancien président du Festival de Cannes Gilles Jacob sur Twitter.

Robert Hossein était tombé sous le charme de Lourdes

Lourdes n’oublie pas ce grand acteur et metteur en scène. Le 13 août 2011, il avait produit dans l’enceinte du Sanctuaire le méga spectacle « Une femme nommée Marie ». Nous gardons toujours en mémoire la présentation de ce moment exceptionnel, au dernier étage de l’accueil Notre-Dame. Aux côtés du célèbre metteur en scène très ému pour la circonstance, se trouvaient Mgr Jacques Perrier, alors évêque de Tarbes et Lourdes ; J-P Artiganave, alors maire de Lourdes ; le Père Jacques Nieuvarts, directeur du pèlerinage national 2011 et Arnaud Legrez, alors président de l’Hospitalité Notre-Dame de Salut.

Le témoignage de l’abbé Jean-François Duhar

Le projet du célèbre metteur et « monstre » du cinéma est né d’une rencontre avec l’abbé Jean-François Duhar, curé de Luz-Saint-Sauveur et futur curé de Lourdes (installation le 12 septembre 2011), au retour du festival de Gavarnie où jouaient les fils de Robert Hossein. « L’été dernier, souligne le père J-F Duhar, la providence me donna la joie de croiser la route de Robert Hossein et de son épouse Candice Patou, autour des roches de Massabielle. Descendant de Gavarnie où Robert Hossein présidait le festival théâtral annuel, ils s’arrêtèrent tous deux à Lourdes. S’approchant de la Grotte, l’émotion fut trop forte pour notre ami et de ce cœur généreux naquit ce souhait fou d’offrir en ce lieu, pour nos frères et sœurs blessés par la vie, une des plus belles pages de notre histoire. En cet endroit si particulier, Robert Hossein se laissa imprégner par le visage de la belle Dame comme aimait la nommer Bernadette. Tout naturellement s’imposa à notre ami le désir de mettre en scène cet instant où la Vierge Marie catéchise Bernadette, lui montrant la vie de son Fils Jésus. Belle aventure qui me permit tout au long de cette année d’entrer dans ce projet et de découvrir un homme au cœur débordant de générosité et d’enthousiasme, s’insurgeant contre la misère de ce temps, et aimant faire partager sa foi »

Mgr Jacques Perrier, l’évêque de Tarbes et Lourdes, donna son feu vert. Le spectacle eut lieu le samedi 13 août 2011, sur l’esplanade du Rosaire. Les répétitions débutèrent en avril 2011. La ville de Lourdes mit à disposition la salle des fêtes que la municipalité baptisa « Espace Robert Hossein », sur la suggestion de Jean-François Anton, conseiller municipal.


Robert Hossein déclara à cette occasion : "Nous allons tourner en trois dimensions le spectacle en première mondiale qui sera vivant à Lourdes, sur l’esplanade, devant tous les pèlerins, les malades. Nous allons tenter de reproduire le spectacle en le tournant en relief après des mois de répétition. Nous allons essayer de le faire en 3D pour pouvoir l’envoyer dans toutes les langues et dans le monde entier. Nous essayerons de rendre ce spectacle international. Ça demande énormément de temps et de travail. Il s’agira d’une représentation unique sur ce site". 

Ci-dessous le lien de l’interview que réserva à la presse Robert Hossein :

AUDIO