Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Bruits et Chuchotements

jeudi 3 décembre 2020 par rédaction

Vers un nouveau porte-parole du collectif des saisonniers lourdais ?

Où est donc passé David Forniès, le responsable du collectif des saisonniers lourdais, qui depuis le début de la crise sanitaire et son impact sur la vie économique de la cité mariale, remue ciel et terre pour faire reconnaître un statut des saisonniers. On se souvient de ses coups de gueule constatés durant la dernière campagne municipale où il est apparu comme un supporter inconditionnel de Thierry Lavit, maire de Lourdes, se distinguant particulièrement sur les réseaux sociaux où il n’hésitait pas à interpeller avec virulence les pouvoirs publics et certains élus, désormais il est étrangement muet. Et pour cause, depuis le début du mois, il exerce la fonction de médiateur de la ville de Lourdes (pour une durée de 3 ans), opérant au sein de la cité Ophite. Il va donc lui être impossible de livrer bataille auprès des quelque 2500 salariés saisonniers qui, pour la plupart d’entre eux, n’ont toujours pas trouvé d’emplois. D’ailleurs, il n’apparaît plus dans l’organigramme du collectif présidé désormais par Emilie Auburgan. A ses côtés, on note 2 vice-présidentes : Catherine Bénédé et Manuela Goncalves. Au poste de trésorier, une connaissance : Alain Staricky, l’époux de la directrice de cabinet et de la communication de Thierry Lavit, au secrétariat Emilie Vivian. Aux dernières nouvelles, selon les statuts du collectif, le siège social serait situé au domicile familial de la directrice de cabinet et de la communication du maire de Lourdes. Nous ne parlerons pas de confusion des genres ni de retour sur investissement, nous espérons au contraire que cela laisse augurer des jours meilleurs pour tous ceux qui redoutent de tomber dans la précarité.

Pas facile d’effacer la trace de l’Inspiratrice !