Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Reconfinement : Ce qu’il faut savoir...

vendredi 30 octobre 2020 par rédaction

Ce confinement doit durer "a minima" jusqu’au 1er décembre. Il se fera selon des modalités qui "ne seront pas celles de mars-avril, car nous avons appris de la première vague", selon Jean Castex.

 

Port du masque à l’école dès 6 ans 

 

Comme en mars-avril, les dérogations seront possible pour faire ses courses, aller chez le médecin, mais aussi prendre l’air pendant "une heure maximum" et dans "un rayon d’un kilomètre du domicile". L’amende coûtera toujours 135 euros, mais pour faciliter les choses des "attestations permanentes" seront cette fois délivrées par les entreprises et les écoles.

 

Trois changements majeurs ont été mis en place par rapport au printemps : les écoles, collèges et lycées resteront ouverts, le travail pourra continuer, les Ehpad et les maisons de retraite pourront être visités. Mais les activités extra-scolaires pour les enfants, comme le sport et la musique, seront arrêtées. 

 

Le port du masque à l’école est étendu aux enfants de primaire dès l’âge de 6 ans, alors qu’il était réservé jusque-là aux seuls élèves du collège. 

 

Télétravail obligatoire 

 

Le nouveau protocole sanitaire renforcé prévu dans les établissements scolaires "permettra l’accueil de tous les élèves", a martelé le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer. Mais conservatoires, clubs de sports et plus généralement "les établissements qui proposent des activités extra-scolaires" seront fermés. 

 

Pour les travailleurs, "le recours au télétravail doit être le plus massif possible" pendant le confinement, et institué" "cinq jours sur cinq" selon Jean Castex. Ce n’est "pas une option", mais une "obligation", a insisté la ministre du Travail Elisabeth Borne. Sur le front économique, l’activité va chuter de 15%, après avoir plongé de 30% lors du premier confinement.

 

Les guichets des services publics ou les marchés alimentaires resteront ouverts (sauf si le préfet en décide autrement). Mais les commerces jugés non essentiels (dont les bars et restaurants) seront fermés - une "erreur" pour le chef du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, qui risque selon lui de coûter "entre 50 et 75 milliards d’euros de PIB".

 

Colère dans le monde de la culture

 

Ce reconfinement est "un coup dur", a reconnu le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, en annonçant que le fonds de solidarité pour les entreprises obligées de fermer allait être réactivé et élargi aux sociétés comptant jusqu’à 50 salariés (et non plus 10). Au total les mesures de soutien s’élèveront à 15 milliards d’euros par mois. 

 

Autre aide : les propriétaires qui renonceront à "au moins un mois de loyer" entre octobre et décembre pour certaines entreprises bénéficieront d’un crédit d’impôt. 

 

Pour le secteur de la culture il s’agit d’un "coup de tonnerre", a admis la ministre de la Culture Roselyne Bachelot en promettant des "mesures complémentaires" de soutien. Cinémas, théâtres mais aussi librairies resteront en effet fermées, ce qui a poussé le jury du Goncourt et de d’Interallié à reporter leurs prix, qui devaient être remis les 10 et 18 novembre.