Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

mardi 7 septembre 2010 par rédaction

J’ai servi et je glorifie le sport, ses éducateurs, ses dirigeants et plus particulièrement le rugby, pour tout ce qu’il m ’a appris et apporté tout au long de ma vie.

C’est pourquoi en retour, je tente, par reconnaissance, de transmettre les valeurs de respect, tolérance, solidarité et entraide, qui doivent être les armes essentielles et nécessaires dans les défis que proposent notre société.

Au moment où le F.C.L. XV engage des réflexions et des actions pour préparer son centenaire qui sera célébré courant Juillet 2011, j’observe que surgissent, déjà sur Internet, des appréciations, des allusions, des affabulations et des provocations utilisées par certains querelleurs pour régler des comptes dont le FCL XV n ’est en rien redevable.

Aujourd’hui, je demande solennellement et publiquement à ceux qui seraient tentés d’alimenter les provocations et les critiques stériles de comprendre qu’il est nécessaire de préparer, dans la paix et la sérénité ce centenaire.

Cette manifestation mérite que Mr le Maire et sa municipalité s’associent au F.C.L XV comme ils le font depuis déjà longtemps, pour qu’il soit un événement à la hauteur des exploits des anciens qui ont hissé le club au sommet du rugby français.

Le président du Football Club Lourdais XV
Michel Crauste

NDLR - Dans notre écho que l’on peut lire ci-dessous, nous nous sommes basé sur les commentaires recueillis auprès de certains membres de l’amicale des anciens du FCL XV qui se réunissent tous les 15 jours, depuis un an, pour préparer ce centenaire. Ladite amicale ne travaille pas en catimini. Le 11 septembre 2009, elle avait adressé un premier courrier à Michel Crauste, président du FCL XV, l’informant de son intention d’organiser le centenaire du FC Lourdais, souhaitant bien évidemment l’y associer. Le maire de Lourdes a également été destinataire de courriers, les deux derniers en date des 4 et 19 mai 2010. Il n’a jamais été question de ne pas associer le maire et la municipalité à cet évènement puisqu’il a été demandé à M. Artiganave de bien vouloir mettre à la disposition de ce centenaire - les 2 et 3 juillet 2011 - les infrastructures municipales (stade, buvettes, salle des fêtes, etc.). Là, où les grincements de dents se sont fait jour c’est lorsqu’il a été question dernièrement de confier certaines tâches à des "professionnels". Cela a été mal pris car les bénévoles de l’Amicale s’investissaient à fond depuis plusieurs mois. Est-ce qu’il y a eu un malentendu ? On le saura le 15 septembre, après la réunion qui se tiendra à 20h, dans le bureau du maire.

Pour en revenir au droit de réponse de Michel Crauste, nous nous étonnons que le président du FCL XV n’ait pas réagi de la même manière lorsqu’un site internet local (drivé par le tandem CG-DPP) dont un collaborateur exercera cette saison la fonction de délégué à la presse du FC Lourdais, écrivait un véritable brûlot le 25 janvier 2010 sous le titre "Mais où est passé le FC L. XV ?" (Lire ci-dessous).

Main basse sur le FCL

"Cela n’a pas échappé aux initiés : depuis un certain jour du mois d’août 2009, le maire de Lourdes a clairement fait entendre qu’il allait prendre en mains les affaires du FC Lourdais XV. On se souvient de son intervention et de ses menaces à peine voilées au palais des congrès où on allait voir ce qu’on allait voir. Le FCL redresserait la tête lors de la saison à venir. Sinon, la subvention municipale pourrait être revue à la baisse. Et puis, il n’en faisait pas mystère : il avait sous le coude un staff de communicantes qui remettrait le club au sommet de la couverture médiatique. Fichtre ! Finalement, on a vu ce que cela a donné : le club s’est sauvé in extremis. Les prêtresses de la « com » artiganavienne n’ont pas cassé trois pattes à un canard. Elles nous ont plutôt amusés quand elles se sont aventurées dans certains commentaires. Et les sponsors ne se sont pas bousculés au portillon.

Mais pour décourager Artiganave et ses thuriféraires, il en faut un peu plus. Voilà qu’il remet la gomme ! Une nouvelle reprise en mains du FCL par notre « chavezien » local se dessine. Une dernière info vient de remonter à nos oreilles. Il faut savoir que depuis plusieurs mois, autour de Michel Hauser, une dizaine de bénévoles préparent activement le centenaire du Football-Club-Lourdais programmé pour 2011. Ils connaissent tous l’histoire du club. Il y a des anciens joueurs, pas uniquement les plus glorieux. Certains n’ont pas dépassé le niveau des juniors mais ils ont tous la passion du maillot « bleu et rouge ». Petit à petit, le programme s’affinait. Un livre était en préparation avec des spécialistes autour de Jean Abadie, la mémoire du club, et Michel Corsini. Et puis, patatras ! Artiganave entre en scène. Il fait savoir que l’évènement doit être abordé sous un angle professionnel. Les festivités seront prises en charge par la ville. Il annonce que le livre sera réalisé par le groupe de presse Baylet, où sévit sa pigiste préférée dont on devine qu’elle pourrait être la plume de l’ouvrage. Et le maire d’annoncer qu’il invite les bénévoles « recalés » à venir le rencontrer dans son bureau incessamment. Il semblerait, aux dires de certains, que l’entrevue ne se passera pas sans éclat de voix. Cet évènement que doit être le centenaire du FCL mérite le consensus le plus large. Le « démocrate » maire ne va-t-il pas d’ores et déjà plomber l’ambiance ? Le centenaire ne lui suffisant plus, c’est vers le club qu’Artiganave repart à la charge. Toujours flanqué de ses deux « stars » de la communication, il entend s’immiscer un peu plus dans les affaires du club. Il ne serait pas étonnant qu’il parvienne à imposer son duo de choc à la « com » du FCL. Dans ce cas, il pourrait y avoir des dégâts collatéraux. Pour notre part qui nous étions limités la saison dernière à la couverture des matchs et aux interviews d’avant et d’après-matchs, nous serions alors amenés à prendre certaines dispositions. En voulant faire main basse sur le FCL, « Arti » court un risque. En cas d’échec, d’aucuns ne manqueront pas de le rendre responsable".

Mais où est passé le FCL XV ?

"C’est pire que l’an dernier, c’est la catastrophe ! », soupire un supporter du FCLXV au lendemain de la défaite du club lourdais face à l’équipe de Périgueux.

Pourtant, la saison 2009-2010 devait être celle du renouveau, les caisses renflouées grâce à un prêt salvateur, une subvention municipale qui atteint les 200 000 euros et une bande de jeunes loups hyper-motivés pour former le comité directeur et épauler le président Michel Crauste, Le club semblait paré pour prendre un nouveau départ. Force est de constater qu’en ce début d’année, le bonheur n’est ni sur le terrain, ni dans les tribunes !

Des joueurs démotivés, des entraîneurs non soutenus par leur hiérarchie, un comité directeur fantôme dont on a oublié la moitié des noms, voilà ce qu’il reste aujourd’hui du FCL XV. Ajoutons à cela, un grand manque de communication, la situation actuelle était finalement prévisible.

Résultat des courses : des supporters, dotés de cartes d’abonnement, qui se sentent floués ! Comment soutenir le FCL en déplacement quand aucun transport n’est organisé à l’instar des autres équipes ? Avec des garçons sur le terrain qui manquent cruellement de confiance et un encadrement visiblement plus occupé à fournir de quoi manger lors des bodégas improvisées que de remotiver et soutenir les joueurs. Autre problème et non des moindres, financièrement, la boutique en centre ville : à quoi sert-elle ? est-elle visible ? y vend-on des articles, lesquels ?, quelles sont les heures d’ouverture ?... Autant de questions que se posent les supporters sur un lieu qui leur était à l’origine dédié.

Il est peut-être temps de se réveiller, le FCL XV n’est plus ce qu’il était, il faut évoluer et s’ouvrir aux autres et en particulier à des joueurs qui ne se sentent pas toujours respectés.

Côté finances, ce n’est guère plus brillant : où sont les nouveaux sponsors qui devaient être attirés et que l’on a jamais vu et les autres qui n’ont pas été recontactés sans parler de ceux qui n’ont même pas été sollicités ?

Le FCL XV ne vit plus sur ses acquis ni sur son image depuis fort longtemps, il faut que les dirigeants s’en rendent maintenant compte, l’ère du « parce que je le vaux bien » est terminée, il est vital de travailler en équipe en laissant les égos de côté, il en va de la survie du club ! Le comité directeur doit prendre ses responsabilités sous peine de voir les derniers supporters déserter définitivement le stade".
Mis à jour (Lundi, 25 Janvier 2010 13:03)