Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Pleurs dans la ville...

lundi 22 juin 2020 par rédaction

Cette campagne municipale lourdaise s’est emballée. Faute surtout aux réseaux sociaux où les personnes se croyant à l’abri, dissimulées derrière leur (s) pseudo (s) ou pas, se permettent d’écrire n’importe quoi.

Notre rubrique les + ou les a fait son petit effet. Samedi matin, et dimanche, nous avons reçu plusieurs appels de personnes qui pour certaines d’entre elles n’apprécient pas ce qu’elles font aux autres. Première à se manifester Marie-Agnès Staricky qui ne se reconnaît plus dans la démarche macronienne, nous rappelant qu’elle avait démissionné de La Rem. Avant d’achever notre entretien, elle nous a passé son mari qui nous a lancé cet avertissement : « Gérard, je ne veux plus que mon nom figure sur ton site (sic) ». Nous lui avons rétorqué que son nom n’avait été sali par aucun de nos propos. Si son nom est apparu quelques fois sur notre site, c’est que son épouse Marie-Agnès nous transmettait des communiqués à publier, d’abord en tant que responsable de LREM sur Lourdes, puis ensuite à titre personnel. Bref, qu’elle était une personne publique.

Deuxième client à se manifester : l’honorable Monsieur Forniès qui nous annonce une lettre recommandée, laquelle ne nous est pas parvenue à ce jour. Il n’aime pas qu’on dise de lui que c’est un extrémiste de gauche. Gilet jaune ok. Il se revendique plutôt de l’abbé Pierre (sic). On ne pense pas que de là-haut le respectable fondateur entre autres du mouvement Emmaüs qui a lutté pour le logement des défavorisés et pour bien d’autres causes encore, ait demandé au sieur Forniès de participer au saccage du temple maçonnique de Tarbes.

Troisième mécontent, et c’est à mourir de rire : notre voisin Jean Anguera. Celui qui passe son temps à flinguer sur les réseaux sociaux, et nous le reconnaissons avec talent, les personnes qui n’épousent pas ses orientations politiques (Au fait il rejette lui aussi l’étiquette d’extrémiste de gauche”. sic). Il se défend aussi de soutenir Thierry Lavit (c’est son droit de le nier mais il ne doit pas se relire). Il aimerait aussi être informé lorsque l’on parle de lui. A-t-il la même attitude lorsqu’il cloue au pilori certaines de ses cibles ? On retiendra sa conclusion : « Par respect pour vos lecteurs qui méritent une information circonstanciée et pour faire cesser les commentaires et les réflexions qui conséquemment à cette publication… affluent et portent préjudice à ma personne… je ne demande pas réparation… je ne demande même pas le retrait de cette mascarade… je vous demande simplement que ce droit de réponse… soit publié… afin qu’on comprenne… que si la presse est libre … elle ne peut bafouer les droits fondamentaux de tout un chacun… »

S’est-il posé la question de savoir si ses commentaires ne portaient pas préjudice aux personnes qu’il dézingue ? On a affaire à une version de l’arroseur arrosé…

G.M.