Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Santé, reconstruction sociale et dispositifs de solidarité au menu de la conférence de presse de la liste URPL (+vidéos)

vendredi 12 juin 2020 par rédaction


Lors de la conférence de presse qui s’est tenue ce vendredi au local de campagne de la liste « Unis et Rassemblés Pour Lourdes » (URPL), autour de Sylvain Peretto, Adeline Ayela, Christophe Jean-Louis, Anjelika Omnès et Michel Rebollo ont abordé les sujets de la santé et de la reconstruction sociale ainsi que les dispositifs de solidarité.

Intervention de Sylvain Peretto

Comme convenu, nous allons présenter une première série de mesures qui constituent l’ossature de notre projet pour Lourdes.

Elles s’appuient sur la nécessité absolue de retrouver un second souffle pour imaginer la ville de demain et définir les nouvelles priorités au rang desquelles la protection sous toutes ses formes : sanitaire, sociale... tient une place prépondérante.

La ville de demain c’est la ville d’hier avec tout ce qu’elle nous a donné, ce qu’elle nous a appris, son histoire, son destin... et c’est la ville d’aujourd’hui qui est en pleine mutation pour préparer l’avenir.

C’est exactement l’objectif que nous nous sommes fixé avec cette équipe et qu’importe ce que l’on dit d’elle.

Je demande juste qu’on ne la juge que sur son travail, ses propositions, sur son enthousiasme et son énergie.

Vous le savez, mon méfier c’est architecte, j’aime construire, j’aime travailler en équipe, réunir divers corps de métiers.

Je ne suis pas un gladiateur ou un héros issu de la mythologie et donc je ne sais pas tout faire tout seul. Et je persiste : le rassemblement des savoir-faire est un atout et la solidarité dans l’adversité : une nécessité.

Plutôt que de faire le catalogue de tout ce que l’on sait faire, je veux m’attacher, dans le peu de temps qu’il nous reste, à présenter les grandes orientations que nous souhaitons prendre, les premières mesures et quelques solutions innovantes, du concret, des actions.

L’ampleur de la tache exige humilité et modestie car ce sera difficile et je n’en suis pas moins déterminé. Vous verrez que c’est le cas de tous ceux qui m’entourent et me font confiance.

Ainsi, vous ne m’entendrez pas dire « je » à tout bout de champ, vous m’entendrez dire « nous ».

En effet, dons les circonstances dramatiques que nous vivons, il est plus que jamais nécessaire de réunir les compétences et les bonnes volontés pour réussir ce pacte de solidarité.

Et avant de passer la parole à mes colistiers, je voudrais évoquer un sujet en lien avec l’objet de cette conférence de presse et qui nous tient tous particulièrement à cœur : la situation parfois dramatique dans laquelle se trouvent les saisonniers et les entreprises touristiques de la ville.

En effet, et je ne vous l’apprends pas, la plupart des entreprises en lien avec l’activité touristique de Lourdes sont fermées et risquent de le rester jusqu’à la saison prochaine. Beaucoup de leurs employés sont actuellement au chômage et, pour certains, les droits risquent de s’arrêter prochainement ou avant la reprise d’une quelconque activité.

Cette situation particulièrement alarmante n’a fait que renforcer notre volonté de créer un véritable « guichet unique » où demandeurs d’emplois et saisonniers trouveraient des interlocuteurs en capacité d’apporter des réponses à leurs multiples interrogations et difficultés.

Soyez assurés que, si nous sommes élus, vous me trouverez avec mon équipe sur le terrain de l’urgence sociale et de l’accompagnement des plus défavorisés.

Nous saurons activer tous les leviers qui relèvent de la collectivité ainsi que tous ceux qui relèvent des différentes institutions que peuvent être le Conseil départemental, la Région, l’Etat et même l’Europe.

Ce volet social s’accompagnera, bien évidemment, d’une forte politique de relance de l’économie lourdaise que nous évoquerons lors d’une prochaine conférence de presse.

Nous sommes conscients des énormes défis que nous aurons â relever, et soyez persuadés que nous serons au rendez-vous.

Intervention d’Adeline Ayela

Je souhaite tout d’abord faire valoir tout le dévouement de l’ensemble de notre nouvelle équipe pour la ville de LOURDES, les Lourdaises et les Lourdais.

Cette équipe enrichie d’acteurs profondément investie, n’aspire qu’à une conjugaison bienveillante entre un travail commun, une mise en adéquation des savoir-faire et des compétences,

Après le passage de cette crise sanitaire sans pareille qui, maintenant, nous entraîne vers une crise sociale gravissime, il est plus que nécessaire de nous unir, de nous rassembler avec un seul objectif « LOURDES » sans aucune autre considération.

Nous sommes une équipe motivée, créative, solidaire autour d’une seule tête. L’inertie ne fait pas partie de notre vocabulaire, car nous sommes plus que dans l’action. Nous avons une vision réaliste du terrain, une vision réaliste de ce qui nous attend et cette nouvelle équipe est le fruit de la « réactivité » de notre chef de file. Notre force, c’est la conscience de l’enjeu qui nous attend.

La situation sanitaire que nous connaissons impose la mise en oeuvre d’un dispositif de santé capable de répondre à la fois à des problématiques quotidiennes et à des situations d’urgence.

Dans cette optique, l’offre de santé de proximité est à développer à Lourdes. Notre ville accueille des milliers de malades chaque année et cette dimension est primordiale.

Pour faire face â la désertification médicale, il faudra profiter des innovations numériques pour déployer les consultations de télémédecine auprès des professionnels de santé, les aider dans l’installation, les accompagner, récupérer les aides financières à disposition.

L’accès aux soins est un droit pour toute la population. Il s’agit de consolider l’offre au public fragilisé et/ou en situation de handicap. Nous devons, bien entendu, soutenir avec force l’hôpital de Lourdes tout en sachant que les décisions concernant le devenir d’un hôpital public relève de l’État et que, si le projet de l’hôpital unique devait finalement aboutir, nous devrons analyser tous les avantages pour notre population pour que cette nouvelle offre de santé publique soit plus ciblée, plus performante, plus importante en termes d’emplois.

Toute la vigilance sera portée sur le maintien du nombre de lits hospitaliers de Lourdes et de Tarbes.

Nous soutiendrons l’offre de soins de médecine spécialisée et gériatrique de l’hôpital de Lourdes indispensable à notre population vieillissante sur Lourdes et sa vallée mais nous contribuerons également au maintien à domicile des personnes âgées en partenariat avec les professionnels de santé.

Agir d’une façon plus incisive sur la prévention de la perte d’autonomie des personnes âgées par des projets d’activité physique adaptés, de nutrition, de bien-être et d’accès plus simplifié au numérique sous forme d’atelier.

Et enfin des conseils adaptés à la rénovation, l’amélioration et l’adaptation de l’habitat pour un maintien au domicile plus pérenne.

Intervention de Christophe Jean-Louis

Pôle intergénérationnel : 

Nous souhaitons mettre en place une politique pour être au plus près des citoyens, pour mieux les accompagner. Cette politique sera portée par le futur pôle d’action sociale.

Ce pôle devra devenir un véritable lieu de rencontres intergénérationnelles à destination des jeunes, des parents, des aînés. Le but est de faire du lien autour d’ateliers thématiques pour, par exemple, réduire la fracture technologique, proposer des formations pour les mères de jeunes enfants avec des professionnels ou même animer des ateliers cuisine...

Dans ce lieu, les Lourdais pourront retrouver l’ensemble des services sociaux des diverses institutions regroupées pour un meilleur service d’aide à la personne.

Une attention plus particulière doit être portée à nos aînés. En effet, l’isolement social chez nos aînés, du fait du manque de relations durables insuffisantes en nombre et en qualité, peut représenter un vrai danger. Cet isolement a été dès ressenti pendant la période de confinement.

Pour y répondre, notre tissu associatif est un début de solution et nous contribuerons dans un premier temps à encourager la formation pour développer l’engagement bénévole.

Nous souhaitons également mettre en place un Conseil ville-handicap pour élaborer des priorités et s’inscrire dans une pérennité d’actions pour une ville inclusive.

Intervention d’Anjelika Omnès

Sécurisations des abords des établissements scolaires :

Vous connaissez les problématiques autour de ce sujet car nous en avons parlé avant le premier tour.

Ce sujet fait partie de nos priorités. Notre objectif est d’améliorer la sécurisation des abords des différents établissements scolaires.

Il conviendra ainsi de réfléchir sur différents procédés à mettre en oeuvre pour aménager l’espace public alentour.

Par exemple, dans la dépose/repose des élèves : emplacements, signalétique, dispositifs lumineux éco-responsables...

À cet égard, il est intéressant de citer l’exemple du collège/lycée de Sarsan pour lequel un processus d’amélioration de la sécurité d’accès à l’établissement est en cours.

Madame Armagnac, Proviseur de l’établissement, avait ainsi sollicité la commune de Lourdes.

Les différents Conseillers départementaux avaient alors organisé plusieurs réunions de travail avec l’Agence des routes pour mener à bien le projet.

Le projet n’est cependant toujours pas finalisé ; si nous sommes élus, nous reprendrons rapidement ce dossier afin qu’il soit réglé dons les meilleurs délais

Intervention de Michel Rebollo

Si nous sommes en responsabilité nous aurons à cœur d’ouvrir un livre blanc des associations qui consistera à recevoir l’ensemble des associations afin d’évaluer, avec chacune, les besoins et les opportunités de développement.

Chaque résidant lourdais doit pouvoir trouver, s’il le désire, une association dans laquelle il pourra s’exprimer et développer sa passion.

Il nous faut aussi penser à un lieu dédié au monde Associatif qui sera situé en centre-ville. Ce lieu deviendra un endroit d’échanges avec des espaces partagés pour des réunions mais aussi des ateliers et des animations diverses.

Nous proposerons de renouer avec l’esprit constructif qui animait dans le passé le Comité de Coordination des Foyers Lourdais devenu plus tard le Centre Social Forum. Cette initiative permettra des rencontres positives entre les différents dirigeants et nous donnera l’occasion d’organiser des moments festifs communs. Pour cela, nous créerons un Conseil de quartier qui fonctionnera de manière identique au Conseil Municipal. Il sera chargé d’élaborer et de proposer des projets qui seront présentés aux élus afin d’être étudiés et validés.

Concernant, plus particulièrement, la vie dans les quartiers de Lourdes. chaque Maison de quartier qui le désire pourra bénéficier de cours de gymnastique par un éducateur sportif de la Ville. La mise à disposition gratuite (comme cela se pratiquait par le passé), donnera à ceux qui le désirent l’occasion d’exercer une activité sportive bénéfique pour leur santé.

Concernant les activités du C.C.A.S. afin de dire que, face à la crise sociale importante qui nous accable, nous sommes dans l’obligation de rechercher des solutions pertinentes capables d’y répondre.

Nous insisterons donc plus particulièrement sur le souci d’améliorer la politique de proximité afin de lutter contre l’isolement des populations en fragilité physique, économique ou sociale.

De même, nous avons aussi l’ambition de travailler contre l’exclusion numérique des personnes d’un certain âge et des ateliers seront mis en place pour ceux qui le désirent.

=============

En vrac…En vrac…

Sylvain Peretto : “Vous avez pu voir au travers de ces interventions que nous ne sommes pas sur des propos non généralistes mais sur des propositions concrètes et des actions. Ces actions que nous avons évoquées, nous sommes capables de les réaliser très rapidement. Nous sommes également dans le pragmatisme parce qu’il faut être performant sur le terrain, immédiatement actifs et constructifs”.

Question  : Actuellement, il est beaucoup question du Simaje avec des communiqués qui se multiplient à propos des centres de loisirs. Si vous êtes élus, briguerez vous la présidence du Simaje ?

S.P. : Si nous sommes élus, je serai bien évidemment candidat à la présidence du Simaje.

Question : On constate sur les réseaux sociaux, un certain emballement. Comment réagissez-vous à ces attaques, souvent au ras du caniveau ?

S.P. : « L’hydre à 4 têtes ? Elle en comprend une au départ. Ensuite, lorsqu’on lui coupe la tête c’est un multiple de 3. Nous sommes l’hydre à 35 têtes. Certains appellent notre union une coalition. Je ne suis pas dans cette démarche-là. Je ne me prends pas pour Napoléon. Notre union est une équipe. Je pense que c’est mieux de se mettre au-dessus de tout cela parce que je n’attache pas une grande importance à ces propos, même si ça peut toucher. Il faut dépasser tout cela. Aujourd’hui, les Lourdaises et les Lourdais n’ont pas besoin d’entendre des propos de ce type-là. Moi, je suis plutôt pour la réconciliation. Ceux qui me connaissent savent que je suis pour le respect de la personne, je ne suis pas pour l’insulte. Mais à force d’être insulté, on peut gentiment répondre, sans provocation et sans méchanceté. Je le répète, aujourd’hui nous avons besoin d’une ville réconciliée, de travailler autour d’un projet pour remonter cette ville. Vous avez vu dans l’état où elle se trouve, plus particulièrement dans le secteur hôtelier. Lourdes est la 2ème ville hôtelière de France. Elle est particulièrement touchée. C’est une des seules villes en France où nous allons vivre un été et une saison avec des hôtels quasiment fermés. Si certains vont rouvrir, on n’aura qu’une clientèle de passage, des individuels probablement. La tâche va être très compliquée mais avec mon équipe qui a envie, on sera là très rapidement. On ne réussit pas tout seul, on mettra toute l’énergie et tout l’enthousiasme à la recherche de financements pour permettre la remise en route d’une ville qui est morte aujourd’hui ».

Question  : Pourquoi ne pas avoir sollicité Mme Bourdeu ou M. Lavit pour ce pacte de solidarité ?

S.P. : J’ai déjà répondu à cette question. Depuis le 28 juin 2018, le mouvement « Unis et Rassemblés Pour Lourdes » avait pour objet de rassembler des personnes de bonne volonté qui ont envie de travailler pour la ville, de donner du temps pour la ville et de donner du temps à autrui. Je prends souvent des critiques dans la gueule parce que l’on a envie de s’intéresser à la ville, ça fait de la peine. J’ai fait cette démarche et aujourd’hui je me suis effectivement rapproché des personnes qui étaient naturellement proches de nous. Je considère avoir réussi cet exercice. Notre équipe et chacune des équipes des candidats têtes de liste se sont évertués à faire cet exercice, cet effort de pouvoir créer cette union que nous avons appelé « pacte de solidarité ». On œuvre tous pour le même objet, c’est de relever Lourdes.

Des surprises dans le programme ? Sylvain Peretto a annoncé que le programme qui sera dévoilé la semaine prochaine réservera des surprises.

Projet de réhabilitation de la cité de l’Ophite : la parole à Nadia Medjahed, membre du Conseil citoyen 

Nous avons questionné Nadia Medjahed au sujet du projet de réhabilitation de la cité Ophite.

« Je suis Lourdaise de naissance et réside à Lourdes répond-elle. Je suis salariée à la cité Ophite depuis 20 ans et locataire depuis ma venue au monde, très impliquée dans le bien être de ma ville. Je suis membre du Conseil Citoyen depuis sa création en 2015.

Après plusieurs affabulations et rumeurs quant au devenir de notre lieu de vie l’Ophite, les locataires s’interrogent sur leurs perspectives de logement car aujourd’hui aucune réponse concrète ne leur parvient.

Le projet de réhabilitation de la cité de l’Ophite date quand même du 26 juin 2015 et il n’est toujours pas abouti... Il est donc temps pour cette nouvelle équipe d’aborder ce sujet afin que l’ensemble des locataires de la cité se positionne dans l’avenir.

Il faut quand même retenir que le quartier de l’Ophite est multiculturel ce qui en fait à ce jour sa richesse, et sa diversité !

La cité Ophite fait partie intégrante de la ville de Lourdes où la population aspire au bien vivre ensemble.

Unis et rassemblés pour Lourdes” mettra tout en oeuvre pour rétablir le dialogue avec les locataires et les principaux acteurs de ce projet ».

G.M.